Le défi et la souffrance de Walid Daqqa pendant sa détention en Israël | Conflit israélo-palestinien

0
274

Ramallah, Cisjordanie occupée – La famille et les sympathisants du romancier et militant palestinien emprisonné Walid Daqqa s’inquiètent de la détérioration de son état de santé en prison. L’année dernière, on lui a diagnostiqué un cancer, mais les autorités israéliennes ont refusé de le libérer.

Malgré ses souffrances, l’homme de 61 ans a défié les autorités carcérales israéliennes.

« En général, mon fils ou ma fille, mon nouveau-né, que je nommerai Milad, peut composer un air qui n’est pas encore composé. Il ou elle pourrait devenir astronome ou découvrir un remède contre le cancer. Peut-être qu’il ou elle réalisera ce que nos générations n’ont pas réussi à faire, c’est-à-dire trouver une solution au conflit afin qu’il y ait une paix et une sécurité réelles plutôt que votre sécurité imaginaire », a déclaré Daqqa lors de son procès après avoir fait sortir clandestinement son sperme de prison qui a servi à concevoir sa femme Sana Salameh.

Salameh a donné naissance à leur fille Milad en 2020. En engendrant Milad, Daqqa a pu défier les autorités pénitentiaires israéliennes, qui l’ont empêché de rencontrer sa femme même si les lois israéliennes autorisent la conception d’enfants en prison.

Daqqa a épousé Salameh en 1999 alors qu’il purgeait une peine de 37 ans pour son implication dans le meurtre d’un soldat israélien. Il devait être libéré en février après avoir purgé sa peine de prison, mais sa peine a été prolongée de deux ans pour contrebande de téléphones portables.

Israël a fait de Daqqa un exemple pour son défi en l’empêchant également de recevoir un traitement approprié et une libération anticipée en raison de la détérioration de sa santé.

Milad, la fille de trois ans de Walid Daqqa, a été conçue après avoir réussi à sortir clandestinement son sperme de prison [Aziza Nofal/Al Jazeera]

Diagnostic du cancer

Il a reçu un diagnostic de cancer avancé de la moelle osseuse en décembre 2022 et a déclaré avoir un besoin urgent d’une greffe, mais n’a pas encore eu de greffe.

Le 22 mai, Daqqa a été transféré à l’unité de soins intensifs de l’hôpital Assaf Harofeh au sud de Tel-Aviv en raison de nouvelles complications de santé. Mais trois jours plus tard, les autorités israéliennes l’ont renvoyé à la clinique de la prison de Ramleh en Israël, connue pour ses conditions difficiles, malgré les appels des groupes de défense des droits à le garder hospitalisé pour une surveillance et un traitement constants s’il n’est pas libéré.

Son emprisonnement viole également les accords d’Oslo de 1993, qui comportaient une clause prévoyant la libération de tous les prisonniers palestiniens détenus avant la signature de l’accord.

Salameh, 52 ans, a exprimé ses craintes quant au retour rapide de Daqqa à la clinique de la prison de Ramleh. « Israël essaie de tuer Walid par négligence médicale », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Il souffrait d’une pneumonie aiguë et d’une insuffisance rénale, après quoi il a subi une intervention chirurgicale le 12 avril lorsqu’une grande partie de son poumon droit a été retirée. Il a depuis souffert de complications suite à l’opération, ainsi que d’une grave suffocation respiratoire et d’une infection.

“Israël insiste pour le renvoyer à la clinique de la prison de Ramleh, et chaque fois que son poumon est infecté, nous craignons pour sa vie, mais il nous est interdit de l’accompagner pendant sa maladie”, a déclaré Salameh.

La clinique de la prison de Ramleh est le seul lieu dédié aux soins des prisonniers palestiniens malades. La clinique de deux pièces est située dans une section d’une prison de sécurité construite par la Grande-Bretagne en 1934, où les prisonniers palestiniens blessés et souffrant de maladies chroniques résident en permanence.

Il n’est pas adapté au traitement médical et aux soins nécessaires dans les cas critiques, certains prisonniers palestiniens le décrivant comme «l’abattoir» en raison de son nombre élevé de victimes.

Danger pour sa vie

Le 24 mai, un tribunal israélien a reporté d’une semaine une réunion du comité de libération conditionnelle qui devait envisager la libération anticipée de Daqqa, malgré les rapports médicaux publiés par l’autorité pénitentiaire israélienne reconnaissant la gravité de son état et le danger pour sa vie. Mais le parquet s’est jusqu’à présent opposé à sa libération.

Les officiers israéliens à l’intérieur de la prison lui ont dit qu’ils ne lui permettraient pas d’avoir un enfant, mais il a gagné en ayant Milad

par Sana Salameh, épouse de Walid Daqqa

“Les procédures sont longues et lentes, et nous pouvons recourir à des tribunaux supérieurs”, a déclaré Salameh.

Le retard à statuer sur le cas de Daqqa et d’autres prisonniers malades a été décrit par Qadura Fares, le directeur du Club des prisonniers palestiniens, la principale ONG de défense des droits des prisonniers palestiniens, comme une politique de « meurtres lents et systématiques ».

La prolongation des procédures judiciaires par Israël a contraint la famille, ainsi que les organisations concernées par les cas de prisonniers, à lancer une campagne pour sa libération sous le slogan #Free_Walid_Daqqa.

Alors que les efforts de sa famille et de ses partisans ont mis en évidence les difficultés de Daqqa et d’autres prisonniers, Qadura a déclaré qu’il ne croyait pas que leurs efforts aboutiront à sa libération. Il s’est référé aux déclarations du ministre d’extrême droite israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, selon lesquelles Walid « devrait finir sa vie en prison ».

« Il ne reste que deux ans de la peine de Walid, et pourtant un ministre israélien sort et demande la fin de sa vie en prison. Il s’agit d’un appel explicite des plus hauts niveaux du gouvernement israélien à le tuer », a déclaré Qadura à Al Jazeera.

Jeune Walid Daqqa
Daqqa a épousé Salameh en 1999 alors qu’il purgeait une peine de 37 ans pour son implication dans le meurtre d’un soldat israélien en 1986 [Courtesy of Daqqa family]

La famille pense que les autorités israéliennes se vengent de Daqqa pour son acte de défi contre l’occupation israélienne illégale.

« Israël essaie de se venger de Walid en le privant de traitement car, tout au long de sa dernière peine, il a rejeté tous les accords israéliens, donnant l’exemple d’un état de résistance sans précédent », a déclaré Salameh, faisant référence au refus de Daqqa de compromettre son rôle d’activiste.

Daqqa a pu obtenir des diplômes de licence et de maîtrise en prison, malgré les restrictions qui lui ont été imposées, notamment l’interdiction des livres. Il a également publié des romans, des articles et des poèmes racontant la lutte palestinienne contre l’occupation, qui ont atteint le monde entier.

Daqqa s’est vu refuser la possibilité de faire ses adieux à son père avant sa mort ou de rendre visite à sa mère, qui souffrait de la maladie d’Alzheimer, il y a 10 ans. Il a également été exclu de quatre précédents accords d’échange de prisonniers dans lesquels son nom était mentionné.

Malgré la douleur que sa famille a éprouvée, ils espèrent que Daqqa pourra sortir de prison vivant pour rencontrer Milad, qui accompagne désormais sa mère dans toutes les manifestations qu’elle organise pour la libération de son père.

L’un des plus grands défis qu’il a posés aux autorités pénitentiaires était d’épouser Salameh et de faire de la contrebande de sperme qui l’a mise enceinte 21 ans plus tard. Après avoir découvert cela, Israël lui a imposé des sanctions sévères, l’isolant et l’empêchant de recevoir des visiteurs.

“Les officiers israéliens à l’intérieur de la prison lui ont dit qu’ils ne lui permettraient pas d’avoir un enfant, mais il a gagné en ayant Milad”, a déclaré sa femme à Al Jazeera.

Des Palestiniens portent le drapeau et des photographies du prisonnier palestinien de la prison israélienne Walid Daqqa, atteint d'un cancer de la moelle épinière
Des Palestiniens portent des drapeaux et des photographies du prisonnier palestinien Walid Daqqa, qui a reçu un diagnostic de cancer avancé [File: Mostafa Alkharouf/Anadolu Agency via Getty Images]

Source: https://www.aljazeera.com/features/2023/5/30/walid-daqqas-defiance-and-suffering-while-in-israeli-custody

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire