Les archives de la prison font la lumière sur les derniers instants de Jeffrey Epstein – AP – RT World News

0
213

Les documents montrent qu’il avait écrit au médecin olympique et collègue pédophile Larry Nassar et passé un mystérieux appel téléphonique

Les dossiers de prison du financier bien connecté et du séjour fatal du pédophile condamné Jeffrey Epstein au Metropolitan Correctional Center de New York, obtenus par l’Associated Press et publiés sous forme expurgée vendredi, révèlent que ses dernières heures comprenaient un mystérieux appel téléphonique, une tentative de tendre la main à un autre prédateur et frustration face aux conditions de détention.

La veille de sa mort, Epstein s’est absenté d’une réunion avec ses avocats, disant à un garde qu’il appelait sa mère, qui était morte à ce moment-là depuis 15 ans, selon un document intitulé “Reconstruction psychologique de la mort des détenus.” On ne sait pas qui il a réellement appelé, bien que le document indique qu’il s’agissait d’un numéro de New York.

Le profil psychologique d’Epstein note qu’il avait du mal à s’habituer à la prison et réprimande le personnel pour ne pas avoir pris plus soin de le surveiller. Bien qu’il n’ait pas d’antécédents de maladie mentale et qu’il n’en ait pas été diagnostiqué en prison, il était sous surveillance anti-suicide pendant la majeure partie de son séjour en prison, bien qu’il ait dit à un psychologue de la prison qu’il avait un “vie merveilleuse” et “serait fou” pour en finir.

Le pédophile a écrit à Larry Nassar, ancien médecin disgracié de l’équipe féminine de gymnastique olympique américaine, pendant son séjour en prison, bien que le contenu de la lettre soit inconnu car il n’a pas été inclus dans les documents obtenus par l’AP. Nassar n’a pas reçu la lettre, qui a été renvoyée à la salle du courrier de la prison.


Epstein a continué à socialiser avec les A-listers malgré sa conviction – médias

Epstein s’est souvent plaint du bruit dans sa cellule – une toilette défectueuse est mentionnée à plusieurs reprises – et a signalé des troubles du sommeil, se décrivant comme un lâche qui n’aimait pas la douleur et s’inquiétait pour sa sécurité à la fois dans la population générale et dans son unité séparée.

Un incident de “auto-mutilation” est mentionné, mais a apparemment été rayé du dossier. C’est peut-être une référence au moment où Epstein a été retrouvé inconscient sur le sol de sa cellule avec des marques autour du cou. Le profil mentionne également que les avocats d’Epstein déposaient des fonds sur le compte du commissaire de son compagnon de cellule, “pour des raisons inconnues”.

Un document intitulé “Chronologie des suicides” détaille les allées et venues du FBI et d’autres autorités dans les jours qui ont suivi la découverte de la mort d’Epstein dans sa cellule. L’agence visite à plusieurs reprises avant de s’enfuir avec “tous les logiciels informatiques de la salle de communication nouveau système en cours d’exécution [sic].” Les caméras du niveau où Epstein était hébergé étaient censées fonctionner mal, un détail que les critiques du récit du suicide ont mis en évidence comme preuve d’un acte criminel.

Le personnel pénitentiaire était frustré par l’absence de la vidéo de la caméra de surveillance, notant que le FBI avait “confisqué” et a ainsi entravé leur capacité à « Établir des délais précis, confirmer les rapports subjectifs, […] ou découvrir de nouveaux domaines de recherche.

Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule en 2019 en attendant son procès pour de nouvelles accusations de trafic sexuel. Sa mort a été qualifiée de suicide par le bureau du médecin légiste en chef de New York.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire