Le développement de l’Afrique dépend de l’appropriation régionale de sa sécurité

0
44

Les conséquences dévastatrices de la crise ukrainienne continuent de souligner la nécessité de mettre en œuvre de toute urgence le projet phare de l’Union africaine « Faire taire les armes d’ici 2020 » dans une région où les conflits et leurs retombées, bien que sous-estimés dans les médias internationaux, ont été de grande envergure, graves et dont l’intensité et le coût augmentent. Plus de 20 000 Africains ont été tués dans des conflits violents en 2020, soit près de dix fois plus qu’il y a dix ans. En République démocratique du Congo (RDC), où plusieurs millions de personnes ont été tuées dans des conflits violents au cours des dernières décennies, plus de 2 400 ont été victimes de la guerre rien qu’en 2020.

Incapables d’endiguer le taux croissant de conflits de haute intensité et de décès liés aux conflits en Afrique, les dirigeants du continent ont prolongé le délai pour la paix d’une autre décennie, déplaçant les objectifs vers “Faire taire les armes d’ici 2030”. Cependant, respecter cette nouvelle échéance reste un défi à moins que la région n’adopte vigoureusement une approche continentale de la promotion de la sécurité qui renforce l’appropriation à la fois de la sécurité nationale et du programme de développement pour une paix et une prospérité durables.

La sécurisation du développement – ​​la subordination des objectifs de croissance et de développement aux priorités sécuritaires – n’a pas réussi à assurer la sécurité et n’a jamais fait que saper le développement. Comme je l’affirme dans mon récent article, « L’aube d’une seconde guerre froide et la “ruée vers l’Afrique” », l’externalisation de la sécurité intérieure n’a pas réussi à ramener la paix et a plutôt permis aux puissances étrangères de s’immiscer dans les insurrections intérieures et de prolonger les conflits. Celles-ci minent l’intégration régionale et le développement économique, comme on le voit aujourd’hui en Libye et au Mali, théâtres de guerre depuis plus d’une décennie.

La sécurisation du développement – ​​la subordination des objectifs de croissance et de développement aux priorités sécuritaires – n’a pas réussi à assurer la sécurité et n’a jamais fait que saper le développement.

La montée des réseaux terroristes transnationaux et la nouvelle guerre froide

Récemment, l’augmentation spectaculaire des conflits de haute intensité et des décès liés aux conflits dans la région a coïncidé avec l’expansion des réseaux terroristes transnationaux, qui ont été alimentés par une surabondance de combattants étrangers itinérants et la prolifération de bases militaires étrangères dans un contexte de réalignements géopolitiques et de montée des tensions. Même si la crise ukrainienne a ravivé les tensions Est-Ouest qui ont défini la seconde moitié du siècle précédent, de nouvelles alliances géopolitiques émergent, façonnées par la triangulation qui a dominé la première guerre froide.

Ce réalignement géopolitique bat son plein en Afrique où les guerres par procuration font rage, y compris en Éthiopie, qui abrite le siège de l’Union africaine, alors que des puissances concurrentes se disputent le contrôle des ressources naturelles et des routes commerciales stratégiques. Ce choc de tête entre superpuissances a mis le monde sur la voie d’une nouvelle guerre froide, et l’Afrique est redevenue une arène où exercer leurs rivalités.

Sur tous les continents, l’Afrique compte aujourd’hui le plus grand nombre de pays étrangers menant des opérations militaires sur son sol.

Sur tous les continents, l’Afrique compte désormais le plus grand nombre de pays étrangers menant des opérations militaires sur son sol, pas moins de 13, dont la plupart disposent de plusieurs bases militaires réparties dans toute la région. Selon les estimations officielles les plus récentes, l’Afrique abrite au moins 47 avant-postes étrangers, les États-Unis contrôlant la plus grande part, suivis de l’ancienne puissance coloniale française. La Chine et le Japon ont tous deux choisi d’établir leurs premières bases militaires à l’étranger depuis la Seconde Guerre mondiale à Djibouti, qui se trouve être le seul pays au monde à héberger à la fois des avant-postes américains et chinois.

Répercussions pour l’Afrique de la première guerre froide

Les cicatrices de la première guerre froide – qui a coûté la vie à des millions d’Africains et sapé à la fois l’intégration régionale et le développement économique, les conflits réduisant la croissance économique dans les pays touchés d’environ 2,5 % en moyenne – sont encore fraîches et la région ne peut pas se permettre de tomber en proie à une seconde.

Outre les coûts humains et économiques incommensurables, y compris la destruction des infrastructures économiques et physiques nécessaires à la croissance de la productivité et à la diversification des exportations, la fragmentation politique qui s’est produite lorsque les pays se sont alignés sur l’un des deux blocs de superpuissances a été une ramification majeure de la première guerre froide. . Cette fragmentation a entretenu la segmentation du marché, durcissant les frontières coloniales et sapant le commerce transfrontalier et l’intégration régionale. Une deuxième guerre froide, dans la foulée de la prolifération des bases militaires étrangères et de l’externalisation de la sécurité nationale, saperait également les efforts de défragmentation des économies africaines et accélérerait le processus de transformation structurelle pour réaliser le potentiel de l’Accord de libre-échange continental africain (AfCFTA ), qui a été présenté comme un changeur de jeu.

Adopter une approche régionale de la promotion et de la gouvernance de la sécurité

L’Afrique doit réduire l’implication étrangère dans la réalisation de ses objectifs de sécurité et de développement. Cela peut commencer par la prévention des conflits et une évolution vers une approche régionale de la sécurité nationale qui maximise les gains économiques et de sécurité associés aux économies d’échelle politiques. Mais pour atteindre ces objectifs, les décideurs doivent d’abord s’engager à s’attaquer aux moteurs internes des conflits. Celles-ci sont généralement liées à des déficits de gouvernance, à des inégalités horizontales enracinées et à des institutions faibles, facteurs qui annoncent fréquemment une ingérence étrangère.

L’Afrique doit réduire l’implication étrangère dans la réalisation de ses objectifs de sécurité et de développement.

En plus de réduire l’implication étrangère, les dirigeants africains doivent donner la priorité à une approche régionale de la promotion de la sécurité. Une telle décision augmenterait le pouvoir de négociation géopolitique de la région pour déplacer la frontière de sécurité continentale et réduire les coûts associés supportés par les pays individuels, accélérant finalement la croissance économique et mettant la région sur la voie de la viabilité budgétaire et de la dette en facilitant l’allocation optimale des ressources rares, comme je l’affirme dans mon récent article.

Pour réaliser des progrès significatifs vers ces objectifs régionaux, les décideurs politiques doivent accélérer la mise en œuvre de l’Architecture africaine de gouvernance afin de renforcer la bonne gouvernance et de consolider la démocratie. La mise en place d’institutions fortes, réactives et responsables pour favoriser une croissance inclusive et la participation politique est également essentielle pour renforcer la sécurité. En outre, la mise en place dès que possible de divers mécanismes de surveillance et de responsabilisation pour la fourniture illégale d’armes légères à des acteurs non étatiques contribuera grandement à étouffer la croissance des réseaux terroristes transnationaux.

L’élargissement du soutien à l’Architecture africaine de paix et de sécurité, qui définit une stratégie globale de prévention et de gestion des conflits, facilitera la transition vers une approche continentale qui renforce l’appropriation du programme de promotion de la paix et de la sécurité en Afrique et son alignement sur la stratégie de développement économique de la région. Alors que les réformes de la gouvernance s’attaqueront aux moteurs internes des conflits et amélioreront la prévention des conflits, l’approche continentale de la promotion de la sécurité s’attaquera aux moteurs internes et externes, avec des retombées positives pour la gouvernance démocratique et la stabilité institutionnelle. Cela rompra la spirale de l’interaction entre ces forces, tout en réduisant considérablement les coûts de promotion de la sécurité nationale.

Pour réussir la défragmentation de l’Afrique et le renforcement de la sécurité régionale, il faut inclure le programme d’intégration économique

En plus de parler d’une seule voix sur les questions de sécurité africaines et mondiales, une approche continentale offrira aux décideurs politiques régionaux des opportunités de tirer parti des avantages des économies d’échelle politiques croissantes. Si ces mesures renforceront les voix africaines sur les questions de sécurité mondiale, elles compléteront également les progrès réalisés dans le domaine du commerce et du développement économique dans le cadre de l’AfCFTA.

Tout comme l’établissement de bases militaires dans le cadre d’accords bilatéraux avec des gouvernements africains individuels n’a pas réussi à apporter la paix et la sécurité, les accords bilatéraux destinés à promouvoir le commerce et le développement économique ont également échoué. Au lieu de cela, de tels accords ont affaibli le pouvoir de négociation de l’Afrique dans les négociations internationales et freiné la croissance du commerce africain qui est restée lamentablement faible, même selon les normes des pays en développement.

Défragmenter l’Afrique pour tirer parti de ses formidables économies d’échelle stimulera considérablement le commerce et la croissance extra- et intra-africains. De même, l’adoption d’une approche continentale de la promotion de la sécurité pourrait s’avérer transformatrice en termes de promotion de la sécurité nationale, de projection de puissance mondiale et de rentabilité. En élevant le programme de promotion de la sécurité au niveau continental, l’Afrique renforcera son lien sécurité-développement, réduira à la fois les coûts supportés par les pays individuels et les risques politiques pour soutenir la croissance du capital patient à l’appui de la transformation structurelle et de la diversification des exportations.

Les économies d’échelle politiques associées à cette approche unifiée de la promotion de la sécurité complètent les économies d’échelle commerciales découlant de l’AfCFTA et maximiseront les rendements globaux en termes de sécurité nationale et de développement économique. Ensemble, ces économies d’échelle renforceront l’appropriation du programme de développement et de sécurité régionale pour faire taire les armes d’ici 2030 (sinon plus tôt), plaçant l’Afrique sur la voie d’une paix et d’une prospérité durables.

Pour en savoir plus sur ces questions, voir mon article récent, “Dawn of a second Cold War and the ‘scramble for Africa'”.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire