Le droit de l’environnement est en train de perdre le terrain. Et maintenant?

0
101

Les lois environnementales codifient notre droit de tuer. Ils sanctifient notre guerre mécanique et chimique contre les systèmes qui soutiennent la vie. Ils permettent de défaire la formation d’un monde vivant unique et irremplaçable. Des centaines de millions d’années d’évolution peuvent être gâchées dans le temps nécessaire à l’impression d’une pile de papier.

Grâce aux lois, les entreprises imposent l’élevage de bétail sur les terres publiques. Ils détruisent les savanes et les zones boisées pour les cultures fourragères. Ils forent toujours des écosystèmes sensibles pour le pétrole et le gaz ; ils continuent à faire exploser des montagnes pour récupérer du charbon. Ils détruisent des lieux sacrés, allant même jusqu'à exploiter les fonds marins, à la recherche de métaux et de minéraux pour les composants des véhicules électriques. Les routes prolifèrent. Les conducteurs vont et viennent, répandant des fumées, du caoutchouc, des microplastiques et de l’huile au fur et à mesure de leur déplacement.

La Loi sur les espèces en voie de disparition fait un signe de tête à contrecœur aux organisations à but non lucratif qui lésinent et économisent pour leurs activités de dernière minute, généralement pour sauver une seule espèce, et parfois après coup. Les pauses intermittentes dans le projet de pillage humain mettent des années à s’appliquer, au cas par cas. En revanche, des milliards de dollars destinés à des guerres et occupations meurtrières et écocidaires sont accélérés et gérés dans les coulisses politiques.

Pendant ce temps, nous allons de l’avant et nous multiplions…

Et nous complétons nos sorties et notre multiplication par l'élevage intentionnel d'autres animaux.

Et dans nos villes et nos élevages tentaculaires, nous créons un niveau de vie bien au-delà de ce qui nous est dû. Certains scientifiques appellent cela un dépassement. Certains hommes politiques l’ont également remarqué, mais ils sont considérés comme des cas aberrants par les soi-disant maîtres du monde politique.

Quant à l’humanité dans son ensemble, notre traitement abusif de la vie non humaine étouffe les océans, endommage les systèmes atmosphériques et provoque une crise d’extinction. Deux communautés d’amphibiens connues sur cinq risquent de disparaître à jamais. Nous faisons le trafic d'abeilles à un rythme effarant dans le cadre du commerce international, tout en négligeant les abeilles indigènes au bord de l'effondrement. Il y a un besoin urgent d'un travail politique qui déplace nos énergies et nos subventions de l'agro-industrie animale vers une agriculture respectueuse des animaux. En d’autres termes, soutenir des systèmes basés sur la culture de denrées alimentaires – et non sur le pâturage, ni sur l’alimentation animale.

Les droits non humains peuvent-ils rendre le droit de l’environnement plus puissant ? Les droits non humains – non pas basés sur des espèces emblématiques mais plutôt sur des communautés interconnectées et indomptées – pourraient-ils donner naissance à une humanité qui pourrait un jour espérer honnêtement se qualifier de durable ? Telle est la question.

Pour avoir un sens, les droits non humains doivent changer de culture. Mais les droits légaux opèrent au sein de systèmes créés par l’homme, conférant aux droits non humains une contradiction inhérente.

L’idée de la libération animale a un potentiel plus profond et plus large, dans la mesure où la libération animale constitue un défi à la suprématie humaine. La libération suggère que nous arrêtions de confiner, de tourmenter et de nourrir les autres. Que nous nous maîtrisons au point de respecter les habitats des autres communautés vivantes et leur évolution collective. Que nous remettions en question notre attitude impérieuse selon laquelle les êtres autres que les humains (et tous les « animaux humains ») sont, littéralement, un gibier équitable.

Que faudra-t-il pour transcender notre système mortel ?

La loi ne parvient pas à faire ce que les gens ne sont pas prêts à faire. Pourtant, les communautés vivantes de la Terre ne peuvent pas attendre. Ils ont besoin de toute urgence que nous changions. Que nous, les artisans ultimes des hiérarchies sociales, le reconnaissions ou non, nous ne pouvons jamais nous éloigner de la nature que nous détruisons. Alors, que faisons-nous pour nous y réconcilier ?

Rien de ce que j’ai appris en tant qu’étudiant en droit n’a insisté sur ce point. Je n’ai pas non plus trouvé que la loi environnementale allait à l’encontre de notre prérogative auto-attribuée d’élever d’autres animaux selon nos caprices.

En revanche, le principe de libération animale peut nous demander, et nous demande effectivement, de cesser d’élever sélectivement des animaux hors de la nature et de les amener dans un état contrôlable.

Si nous, de personne à personne, pouvions travailler avec ce que nous avons et défier toutes les formes de master class sur Terre, nous pourrions avoir une chance de… tout. De la résurrection des récifs coralliens à la sécurité de notre propre chair et de nos os. Les avocats ne peuvent pas faire ça. Peut-être que les écrivains et les militants le peuvent.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/environmental-law-is-losing-the-plot-what-now/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire