Israël s'engage à poursuivre son offensive génocidaire malgré l'accord de cessez-le-feu

0
115

Un accord a été conclu entre Israël et le Hamas qui pourrait prévoir une pause de quatre jours dans les combats pendant qu'un échange limité de prisonniers aurait lieu et qu'une certaine aide serait autorisée à entrer à Gaza.

Le calendrier et les détails exacts de l’accord restent flous. Ce qui est clair, c'est l'engagement du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de poursuivre l'offensive à Gaza une fois la pause de quatre jours passée. « Nous sommes en guerre », a-t-il déclaré, « et nous continuerons la guerre jusqu'à ce que nous ayons atteint tous nos objectifs ». Le porte-parole israélien, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, a fait écho à cette affirmation, affirmant que l'armée israélienne « utilisera ce temps pour préparer de futures opérations ».

Les « opérations » israéliennes ont jusqu'à présent tué plus de 13 000 Palestiniens, dont plus de 6 000 enfants. Il a systématiquement bombardé, attaqué et détruit des hôpitaux, des écoles, des boulangeries, des systèmes d’approvisionnement en eau et d’égouts, des centrales électriques, des mosquées, des églises et toutes autres infrastructures vitales, ainsi que plus d’un tiers de tous les immeubles résidentiels. Plus d’un million d’habitants de Gaza ont été déplacés de force, tandis que les députés israéliens et les responsables des services de renseignement ont ouvertement discuté de projets visant à expulser l’ensemble de la population palestinienne de la bande de Gaza – une deuxième Nakba.

Les rêves génocidaires du ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, ont été révélés récemment lorsqu’il a partagé un article sur X de l’ancien chef du Conseil de sécurité nationale israélien, Giora Eiland, affirmant qu’il « était d’accord avec chaque mot ». Dans l'article, Eiland soutient qu'« Israël ne doit pas fournir à l'autre camp la moindre capacité permettant de prolonger sa vie… Lorsque de hauts responsables israéliens disent aux médias : « C'est soit nous, soit eux », nous devrions clarifier la question de savoir qui C'est “eux”. “Ils” ne sont pas seulement les combattants du Hamas armés, mais aussi tous les responsables “civils”, y compris les administrateurs d'hôpitaux et d'écoles, ainsi que l'ensemble de la population de Gaza”.

Bien qu’un soulagement même temporaire ou partiel de l’offensive génocidaire d’Israël soit naturellement bienvenu, le fait qu’Israël envisage de reprendre le massacre de masse après seulement quatre jours signifie qu’il n’y a pas grand-chose à célébrer dans l’accord de cessez-le-feu.

Un danger potentiel pour le mouvement international de solidarité avec la Palestine, dont une grande partie s'est ralliée à la demande d'un cessez-le-feu, est que certaines personnes pourraient se laisser berner en pensant que c'est le début de la fin du carnage sanglant d'Israël et que nous pouvons atténuer sur l’explosion sans précédent des manifestations pro-palestiniennes à laquelle nous avons assisté au cours des sept dernières semaines.

Ce serait une erreur. L’accord ne mettra même pas fin aux souffrances immédiates de la population de Gaza. Même s’il y a une pause dans les combats pendant quatre jours, les troupes israéliennes resteront sur place, et l’aide, les fournitures et les efforts de sauvetage les plus indispensables aux milliers de personnes coincées sous les décombres continueront d’être bloqués.

L’accord ne rapproche pas non plus les choses d’une paix et d’une justice véritables pour les Palestiniens. Comme l’affirme un communiqué publié par des groupes d’activistes pro-palestiniens à travers l’Australie qui organisent des manifestations hebdomadaires massives : « Même si Israël ne faisait pas simplement une pause avant une nouvelle attaque, un cessez-le-feu ne répondrait à aucune des revendications plus larges du peuple palestinien. Israël continue d’occuper des terres dans toute la Palestine historique, notamment à Jérusalem et en Cisjordanie. Utilisant la guerre de Gaza comme couverture, les colons israéliens armés ont volé de nouveaux territoires, détruisant les récoltes et dépeuplant des villages entiers ».

L’accord de cessez-le-feu ne libérera pas les 10 000 prisonniers politiques palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Cela ne mettra pas fin à l’occupation militaire et à l’accélération du processus de nettoyage ethnique violent et de construction de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cela ne mettra pas fin aux conditions d'apartheid dans lesquelles vivent les Palestiniens vivant à l'intérieur de l'État d'Israël ni ne donnera aux millions de réfugiés palestiniens à travers le monde le droit de retourner dans leur patrie.

Tout cela montre pourquoi le mouvement de solidarité avec la Palestine dans le monde ne peut pas se baser uniquement sur le slogan du « cessez-le-feu ». Elle doit embrasser la cause plus large de la fin de l’oppression des Palestiniens sous toutes ses formes. Ceux d’entre nous qui soutiennent Israël doivent également exiger que nos gouvernements rompent les liens avec cet État, dont l’existence et l’expansion continue reposent sur le nettoyage ethnique du peuple palestinien.

Comme le conclut la déclaration militante citée ci-dessus : « Nous ne nous laisserons pas berner par les mensonges médiatiques et la manipulation israélienne. La lutte doit continuer jusqu'à ce que les Palestiniens obtiennent justice ».

Source: https://redflag.org.au/article/israel-pledges-continue-its-genocidal-offensive-despite-ceasefire-deal

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire