Le FBI enquête sur le rôle d’Erik Prince dans un complot de mercenaires en Libye

0
91

Le FBI est enquête sur un complot de mercenaires raté de 2019 lié à la guerre civile en Libye et a cherché à déterminer quel rôle, le cas échéant, l’entrepreneur militaire privé Erik Prince avait dans l’entreprise, selon six personnes ayant connaissance de l’enquête. Prince n’a pas été inculpé d’un crime.

L’été dernier, les enquêteurs fédéraux ont commencé à enquêter sur l’implication de Prince dans la tentative de vente d’hélicoptères et d’armes militaires jordaniens dans le cadre du plan 2019 visant à aider le dirigeant libyen autoproclamé Khalifa Hifter à renverser le gouvernement du pays soutenu par les Nations Unies, selon quatre des personnes familières avec l’enquête.

Le FBI a refusé de commenter.

En février, une enquête de l’ONU a conclu que Prince et d’autres avaient violé l’embargo sur les armes en Libye, détaillant des parties de l’effort secret pour fournir une équipe de mercenaires et d’avions à une unité d’assassinat en soutien à Hifter. Prince a nié toute implication dans l’entreprise, surnommé Project Opus, et a déclaré au New York Times qu’il n’avait jamais rencontré ou parlé à Hifter.

Matthew Schwartz, un avocat de Prince, a déclaré que son client n’avait rien à voir avec le complot mercenaire. “Comme M. Prince l’a dit à plusieurs reprises, il n’avait absolument aucune implication dans une opération militaire présumée en Libye en 2019, et le rapport qui insinuait le contraire était basé sur une enquête incomplète et s’appuyait sur des sources biaisées.”

En particulier, des agents du FBI du bureau extérieur de Washington ont enquêté sur le rôle de Prince dans la création puis dans la tentative de commercialisation d’un pulvérisateur de récolte modifié en tant qu’avion militaire à utiliser dans les conflits à travers le monde. Les avions étaient destinés à être utilisés dans un effort plus large pour aider le commandant militaire libyen renégat à prendre le contrôle de la capitale libyenne, Tripoli.

L’interception a détaillé les efforts répétés de Prince pour aider à déplacer des avions et d’autres matériels de la Jordanie vers la Libye, qui comprenaient l’organisation de réunions avec un membre du Conseil de sécurité nationale du président Donald Trump, mais les responsables du gouvernement jordanien ont arrêté l’accord. Prince a travaillé avec le royal jordanien Feisal ibn al-Hussein pour organiser la vente et le transfert d’armes, selon trois personnes au courant de l’arrangement. Cet été, des agents du FBI ont cherché à interroger Feisal et plusieurs autres personnes qui travaillent avec lui, selon deux personnes connaissant les activités du FBI en Jordanie. Feisal, par l’intermédiaire de l’ambassade de Jordanie à Washington, avait précédemment nié avoir été impliqué dans le complot ou avoir eu une quelconque relation avec Prince.

Le rapport de l’ONU a retracé la vente et le transfert rapides de trois avions appartenant ou contrôlés par Prince à un proche associé pour une utilisation dans le complot libyen. Les avions comprenaient un pulvérisateur modifié créé par Prince alors qu’il était PDG de Frontier Services Group, la société chinoise de sécurité et de logistique qu’il a fondée. Seul Prince « était en mesure d’approuver la vente et/ou le transfert des trois avions pour soutenir l’opération dans un délai aussi court », selon le rapport de l’ONU. L’ONU a également retracé le transfert des avions des sociétés contrôlées par Prince, dont Frontier Services Group, à une société de mercenaires basée aux Émirats arabes unis et liée à Prince. “Un transfert rapide pourrait être expliqué”, a déclaré le rapport de l’ONU, “mais pas trois de sociétés différentes, toutes sous le contrôle ou l’influence effectif d’un seul individu”. L’ONU coopère avec l’enquête du FBI.

En avril, deux mois après que l’ONU ait documenté le changement de propriété des avions du Frontier Services Group, FSG a annoncé que Prince avait démissionné de l’entreprise “en raison de ses autres accords commerciaux”. Schwartz, l’avocat de Prince, a déclaré dans un e-mail que son client avait démissionné en raison de “désaccords avec les performances de gestion et la direction de l’entreprise”. Toute suggestion selon laquelle sa démission avait quelque chose à voir avec le rapport du Panel des Nations Unies est fausse.

Après que le plan de transfert de l’avion en Libye et l’effort plus important des mercenaires se soient effondrés, l’un des avions a été transféré à Chypre. Plus tôt ce mois-ci, des agents du FBI se sont rendus sur l’île méditerranéenne pour inspecter un pulvérisateur modifié fabriqué aux États-Unis, selon une personne connaissant la sonde. L’inspection de l’avion par le FBI avait déjà été rapportée par Kathimerini, une agence de presse basée à Chypre. L’interception avait précédemment rendu compte des efforts secrets de Prince pour transformer des pulvérisateurs de récolte en avions militaires et les commercialiser pour une utilisation dans plusieurs guerres.

Prince, le fondateur de Blackwater, est le frère de la secrétaire à l’Éducation de Trump, Betsy DeVos, et était l’un des plus ardents partisans de l’ancien président. Issu d’une famille riche et politiquement connectée, Prince a suscité la controverse depuis la guerre en Irak, lorsque Blackwater a remporté d’importants contrats pour soutenir l’occupation américaine. Blackwater a été banni d’Irak en 2007 à la suite du massacre de Nisour Square, au cours duquel ses sous-traitants ont tué 17 Irakiens et en ont blessé 20 autres. Prince a ensuite vendu Blackwater et a déménagé aux Émirats arabes unis, où il a construit une force mercenaire secrète pour le dirigeant de facto de la fédération des sept États arabes du Golfe, Mohammed bin Zayed, connu sous le nom de MBZ.

Un homme irakien fait du vélo en passant devant les restes d'une voiture à Bagdad, le 20 septembre 2007. La voiture a été incendiée lors de l'incident lorsque des gardes de Blackwater escortant des représentants de l'ambassade américaine ont ouvert le feu dans un quartier de Bagdad, le 16 septembre 2007, tuant 10 personnes et blessant 13. L'Irak et les États-Unis ont convenu de créer une commission conjointe chargée d'examiner la sécurité des civils du gouvernement américain en Irak à la suite d'une fusillade meurtrière impliquant la société de sécurité privée Blackwater, a déclaré le porte-parole du département d'État, Tom Casey.  AFP PHOTO/ ALI YUSSEF (Le crédit photo doit se lire ALI YUSSEF/AFP via Getty Images)

Un homme fait du vélo devant le site du massacre de Nisour Square par des entrepreneurs privés de Blackwater à Bagdad, en Irak, le 20 septembre 2007.

Photo : Ali Yussef/AFP via Getty Images

Pendant l’administration Trump, Prince a fait pression sur la Maison Blanche pour privatiser la guerre en Afghanistan ainsi que pour créer une unité de renseignement secrète pour le président. Les deux propositions ont été rejetées. Prince a nié avoir conseillé la Maison Blanche, mais trois personnes familières avec son rôle ont déclaré que ces dernières années, Prince avait travaillé en étroite collaboration avec le gendre de Trump, Jared Kushner et MBZ, alors que les deux politiques négociaient au Moyen-Orient et en Afrique. Kushner a nié avoir travaillé avec Prince.

Le FBI scrute le réseau mondial d’entreprises et d’opérations de Prince depuis au moins 2020, selon trois des personnes familières avec l’enquête. Pendant la présidence Trump, des agents du FBI ont recherché des témoins et des documents pour les aider à comprendre le rôle de Prince dans l’accord sur les armes en Libye impliquant des avions militaires excédentaires et des armes de l’armée jordanienne, selon les trois sources au courant de l’enquête.

Plus récemment, le FBI a demandé au gouvernement britannique l’autorisation d’interroger un général de l’armée britannique qui, tout en travaillant comme conseiller du roi de Jordanie, a enquêté et a finalement aidé à arrêter la vente et les expéditions d’armes vers la Libye, selon l’une des personnes familières avec le Enquête du FBI. On ne sait pas si le Royaume-Uni a approuvé la demande ou si le FBI a mené l’entretien. Le rôle du général britannique Alex MacIntosh a été révélé par The Intercept en février.

“Le ministère de la Défense coopère pleinement avec les forces de l’ordre lorsqu’ils sont engagés par eux”, a déclaré un porte-parole du ministère à The Intercept par e-mail. “Le brigadier Macintosh est un officier respecté de l’armée britannique qui a servi avec distinction aux côtés des forces armées jordaniennes pendant son mandat.”

La dernière enquête du FBI est l’une des nombreuses enquêtes gouvernementales sur Prince depuis qu’il dirigeait Blackwater. Dans le cadre de sa vente de cette société, Prince a négocié un accord de poursuites différées concernant les violations des armes et des exportations commises par Blackwater alors que Prince était le seul dirigeant à superviser la société. Blackwater a payé près de 50 millions de dollars pour régler les accusations dans le cadre de l’accord, mais Prince n’a jamais été personnellement accusé d’un crime.

Après que Prince ait créé sa société chinoise, FSG, le FBI a enquêté sur plusieurs propositions de mercenaires à des pays d’Afrique et du Moyen-Orient. En 2015, le FBI a ouvert une enquête de contre-espionnage après que Prince ait rencontré les services de renseignement chinois dans le but d’ouvrir un compte bancaire en Chine. La même année, après que Prince ait secrètement modifié les deux plumeaux de Thrush et tenté de les vendre, les dirigeants américains de FSG ont signalé la possible violation des exportations au ministère de la Justice.

Au cours de la première année au pouvoir de Trump, Prince a de nouveau fait l’objet d’un examen fédéral, cette fois de la part de l’avocat spécial Robert Mueller, qui a cherché à comprendre le rôle de Prince lors d’une réunion aux Seychelles en janvier 2017 avec un banquier russe et haut émissaire du Kremlin. La réunion, qui a été organisée par un collaborateur de MBZ, comprenait des discussions sur les ambitions commerciales mercenaires de Prince en Libye et au Moyen-Orient, selon des documents du FBI. Prince a également témoigné sous serment devant un comité du Congrès au sujet de la réunion aux Seychelles. Les notes d’interview du FBI de Prince et de l’assistant de MBZ montrent que Prince a profité de son voyage pour tenter de convaincre le prince héritier des Émirats arabes unis à la fois de ses ambitions mercenaires en Libye et de l’utilisation de ses pulvérisateurs modifiés comme avions militaires.

Après la publication du rapport Mueller en 2019, les commissions du renseignement de la Chambre et du Sénat ont renvoyé Prince pour des accusations de témoignages faux ou trompeurs dans le cadre de leurs enquêtes sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016. Aucune des enquêtes fédérales n’a donné lieu à des accusations.

Ali Younes a contribué au reportage.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici