Entretien avec le cinéaste ukrainien Valentyn Vasyanovych : Les horreurs de la guerre moderne en Europe de l’Est prennent vie à l’écran

0
56

New Europe s’est entretenu avec le réalisateur ukrainien Valentyn Vasyanovych, de retour à la Mostra de Venise, avec son nouveau film Réflexion. Comme son drame de 2019, Atlantide, qui a remporté le prix du meilleur film dans la section Horizons et a été nominé pour un Oscar en 2020, Réflexion apporte les horreurs de la guerre russo-ukrainienne en cours aux pieds du public.

Tandis que Atlantide se déroule en 2025, après la fin imaginaire de la guerre, son dernier film se déroule en 2014, au cours de la première année du conflit. Le chirurgien ukrainien Sergey (Roman Lutsky) cherche du travail pour faire face aux problèmes de sa fille et trouve la vie difficile lorsqu’il passe du temps avec sa fille, son ex-femme et son nouveau partenaire. Il est capturé par les forces militaires russes dans la région est du Donbass en Ukraine, où il est contraint d’assister ses ravisseurs et d’assister à des tortures et des humiliations brutales.

Nouvelle Europe (NE) : Un réalisateur doit-il ou non expliquer son film au public ?

Valentin Vassianovych (VV) : Je pense qu’un réalisateur doit créer un dialogue avec le public sur le film, mais pas l’expliquer. Au lieu de cela, un réalisateur pour partager des pensées et des opinions et écouter ce qui vient vraiment de l’extérieur.

NE: Pourquoi avez-vous choisi de dépeindre la guerre de l’Ukraine contre la Russie et les cas de torture qui ont eu lieu pendant le conflit ?

VV : Dans le monde contemporain, dans lequel nous avons trop d’informations, les « nouvelles » nouvelles deviennent facilement des « vieilles » nouvelles. Il est difficile de garder l’attention du public sur quoi que ce soit, même une guerre. La guerre en Ukraine dure depuis de nombreuses années maintenant, mais personne n’a jamais parlé de torture. Je pense qu’il est absurde qu’en Europe ces tortures inhumaines se produisent encore et soient presque plus atroces que la guerre elle-même. On ne parle plus de la guerre parce qu’elle est là depuis de nombreuses années, mais c’est un devoir d’informer le public sur la torture.

NE: L’ONU a-t-elle réussi à intervenir ? Est-ce que quelque chose s’est passé depuis que les cas de torture sont connus du public ? Comment est-il possible que rien n’ait encore été fait ?

VV : Il m’est très difficile d’accepter qu’il y ait encore de la torture en Europe et que rien ne puisse être fait. La seule solution à cela est de mettre fin à la guerre, mais que pouvons-nous faire individuellement ? Ce territoire est occupé et personne ne peut y faire face ou forcer les services secrets russes à l’arrêter.

NE: Avez-vous déjà eu peur de raconter cette histoire et de montrer la torture de cette manière ?

VV : Personnellement, je n’ai pas peur, sinon je ne l’aurais pas dit. Mais je sais qu’il y a beaucoup d’agents russes en Ukraine et je sais que tout peut arriver. De nombreux journalistes ont été arrêtés pour cette même raison. Je pense que c’est ma mission de parler au monde de ces tortures. Je pense qu’il y a un moyen de mettre fin à la guerre. Nous devrions arrêter tout le système bancaire qui dirige la Russie, et tout ce qui touche aux matières premières (c’est-à-dire le gaz, le pétrole), mais c’est absolument impossible à réaliser.

NE: Concernant les scènes choisies pour le film, vouliez-vous créer des scènes similaires à un tableau pour dire que l’histoire se répète ? La photographie faisait presque penser à un tableau du Caravage.

VV : Non, je ne pensais pas à la répétition de l’histoire, mais c’est vrai que j’ai travaillé les plans comme s’il s’agissait de tableaux pour mieux rendre l’atmosphère. Lorsque vous représentez un thème aussi cruel que la torture, d’une manière artistique, vous devez transmettre ce sentiment d’oppression et de violence. Esthétiquement, je voulais une sorte de distance pour la rendre tolérable au public, malgré sa violence.

NE: Cette distance créée dans le film était-elle capable de montrer la torture telle qu’elle est ? Parce qu’il se sent en fait beaucoup plus fort et plus difficile à supporter

VV : Je préfère donner une image complète de la scène car je veux que le spectateur soit attentif à chaque détail. Je préfère monter la scène comme s’il s’agissait d’une mosaïque à construire. C’est à la sensibilité de chaque spectateur de trouver les détails qui le frappent le plus. Donc, cela dépend de la sensibilité de celui qui regarde.

NE: En général, les couleurs sont utilisées pour donner une atmosphère particulièrement oppressante. Vous l’avez toujours utilisé comme langage dans vos films. Avez-vous été inspiré par quelqu’un?

VV : J’aime choisir le bon emplacement car j’étais directeur de la photographie il y a quelques années et c’est ce que j’aime le plus faire. Vous ne pouvez pas tourner un drame dans un endroit plein de belles couleurs. Le bon emplacement est toujours un bon début pour un film.

NE: L’histoire des pigeons dans le film était-elle vraie ? Qu’est-ce que cela signifiait?

VV : Oui, l’histoire des pigeons était vraie, et cela s’est passé pendant que j’étais avec ma famille. Un pigeon s’est écrasé contre notre fenêtre et cela a vraiment affecté ma fille, qui a commencé à me poser toute une série de questions sur la vie et la mort. L’image que le pigeon a laissée sur la fenêtre était très particulière, elle ressemblait à celle d’un petit ange déchu. Il restait des plumes et du sang, cela m’a inspiré pour le titre du film. En pratique, le pigeon pensait voler dans le ciel et s’est plutôt écrasé sur son reflet, ce qui nous arrive lorsque nous rêvons de quelque chose ou l’idéalisons et que nous nous heurtons ensuite à la réalité des choses.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici