Le français Macron est un catalyseur clé des provocations anti-russes de l’OTAN – News 24

0
63

Loin d’être “le prochain de Gaulle”, le président français s’est toujours rangé du côté des États-Unis et de l’OTAN

Lors de l’intervention de l’OTAN dirigée par les États-Unis en Irak, le Premier ministre britannique de l’époque, Tony Blair, a joué le rôle d’acolyte du président américain de l’époque, George W. Bush, alors que le Premier ministre était le mieux placé pour atténuer la fuite en avant vers la guerre. Désormais, le rôle de facilitateur dans le conflit déclenché par l’OTAN contre la Russie en Ukraine revient au président français Emmanuel Macron. Et c’est le peuple européen – y compris les citoyens français qui doivent se rendre aux urnes les 10 et 24 avril pour décider si Macron mérite un deuxième mandat présidentiel de cinq ans – qui est sur le point de réaliser à quel point Macron se prosterne devant le Les États-Unis vont leur coûter personnellement.

En février 2019, le magazine Foreign Policy a affirmé que “Macron fait le plein De Gaulle” et cela, “Le président français pousse autour de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne et de l’Italie – et revient aux racines de la politique étrangère de son pays.” S’il avait vraiment été vrai que Macron agissait comme le légendaire président français et ancien général de la Seconde Guerre mondiale Charles de Gaulle, alors Macron aurait tenu tête aux États-Unis en poussant ses alliés de l’OTAN à armer et à entraîner des combattants ukrainiens tout en imprudemment. et l’intensification flagrante de l’antagonisme et de la belligérance envers la Russie.

Le président de Gaulle était tellement furieux de la volonté de Washington de placer les forces armées françaises sous le contrôle collectif de l’OTAN dirigée par les États-Unis qu’il a retiré Paris du commandement militaire intégré en 1966, au plus fort de la guerre froide avec l’Union soviétique qui représentait le toute la raison d’être de l’alliance militaire. De Gaulle a ensuite fait la navette entre Moscou et Washington, armé de la crédibilité d’avoir rejeté un alignement strict sur l’une ou l’autre des superpuissances mondiales, lui permettant ainsi d’agir en tant qu’intermédiaire véritablement honnête et indépendant des deux côtés du rideau de fer. Pour souligner davantage l’indépendance totale de la France, de Gaulle ratifie la même année un accord de coopération en matière d’affaires étrangères, de science et de technologie avec l’Union soviétique, qui place la France sur une voie divergente de ses alliés occidentaux.




Mais en 2009, le président français Nicolas Sarkozy a réintégré la France dans l’OTAN, et Macron a tenté de regagner l’ancienne réputation de la France en tant qu’intermédiaire véritablement indépendant entre Moscou et Washington. Il a même tenté de réorienter les objectifs stratégiques de l’OTAN en l’appelant “mort cérébrale” et soulignant qu’il devrait redéfinir son orientation vers les missions de lutte contre le terrorisme. Macron a également plaidé en faveur de la position gaulliste de l’Europe en tant que puissance mondiale indépendante à part entière.

Mais les actions récentes parlent beaucoup plus fort que les paroles de Macron. Et cela n’a pas commencé avec le conflit en Ukraine. L’année dernière, le gouvernement australien a annulé un contrat d’acquisition de sous-marins de 50 milliards d’euros avec la France, Washington étant le bénéficiaire ultime, le président Joe Biden ayant annoncé qu’une nouvelle alliance ciblant la Chine inclurait l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis, la France étant exclue malgré ayant d’importants territoires d’outre-mer dans la région.

Bien que divers experts français suggèrent que Macron aurait dû répondre à la rebuffade coûteuse en retirant la France de l’OTAN dirigée par les États-Unis, Macron s’est plutôt contenté d’une future aide américaine indéfinie dans la région du Sahel en Afrique. Aujourd’hui, la valeur actuelle de cette offre américaine est discutable à la suite du retrait de la France du Mali.

Alors, quel gain net Macron a-t-il obtenu pour la France en échange du fait qu’il a ignoré le piétinement de l’économie française par Washington ? Pas beaucoup.


Macron dit que le conflit en Ukraine « durera »

De même, à la veille du conflit ukrainien, Macron aurait dû savoir qu’il ne fallait pas suivre le jeu dangereux de Washington. Il a eu toutes les occasions d’adopter une position indépendante au milieu de l’armement, de la formation et du soutien de Washington à l’Ukraine et de sa position effrontément anti-russe qui avait déjà abouti à sanctionner la construction du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 au détriment de 40% de l’Europe. approvisionnement en gaz.

En tant que titulaire de la présidence tournante de six mois du Conseil de l’Europe, Macron s’est assis sur ses mains et s’est fermé la bouche alors que l’UE tentait d’écraser la Russie avec des sanctions, bloquait les réserves de change de Moscou et la coupait du système bancaire mondial. Il est ensuite resté les bras croisés pendant que l’UE annulait les médias en dehors de la presse fortement subventionnée par l’État ou consolidée par les entreprises, réduisant ainsi le risque que la lumière soit faite sur les conséquences néfastes potentielles pour le peuple français de telles actions.

Maintenant, alors que la Russie demande à l’Europe de payer le gaz en roubles à la suite des difficultés financières imposées par l’Occident, Macron a décidé de réagir. Il a dit au président russe Vladimir Poutine lors d’un appel téléphonique cette semaine « qu’il n’était pas possible pour les clients gaziers occidentaux de payer leurs factures en roubles,» selon Reuters.

Avec le gaz russe utilisé en France pour tout, de la production industrielle au carburant automobile, Macron est désormais engagé dans une course contre la montre. Les Français le rééliront-ils en avril avant ou après avoir réalisé à quel point l’incapacité de Macron à tenir tête à l’Amérique a effectivement sanctionné les citoyens français ? Plus tôt cette semaine, Macron a annoncé une proposition de « des bons alimentaires pour aider les ménages les plus modestes et les familles des classes moyennes à faire face aux surcoûts » en raison des sanctions et de l’inflation des prix de la nourriture et de l’essence liée à la guerre.


Le Kremlin explique la table extra-longue lors de la réunion Poutine-Macron

Et après? Lignes de pain et rationnement? Ces sanctions ne profitent clairement pas au peuple français, alors pourquoi Macron n’a-t-il pas atténué la belligérance en tenant tête à Washington alors qu’il encourageait les Ukrainiens en tant que mandataires de sa belligérance anti-russe ? Il aurait dû savoir, grâce à l’échec de l’accord sur les sous-marins, que Washington est toujours sur ses gardes, même si c’est au détriment de l’Europe.

Il n’est pas encore trop tard pour que Macron marque l’histoire comme l’a fait de Gaulle. Il pourrait appeler publiquement l’UE à abandonner toutes les sanctions russes à la lumière du mal qu’elles causent à ses propres citoyens et à son industrie, et pousser l’Ukraine et la Russie à résoudre leurs problèmes tout en refusant de soutenir ou d’encourager toute nouvelle belligérance ou ingérence de l’OTAN. Cela représenterait une position vraiment courageuse et indépendante de Macron en faveur de la paix, du leadership français et de l’indépendance européenne à un moment où le monde en a le plus besoin.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire