Les États-Unis annoncent de nouvelles sanctions contre l’Iran — RT World News

0
282

Les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à l’Iran et à son programme de missiles balistiques, affirmant que cette décision est une réponse aux frappes iraniennes sur Erbil, en Irak, au début du mois, ainsi qu’aux attaques menées par les Houthis du Yémen qui auraient été “autorisé” par Téhéran.

Le département du Trésor a annoncé les sanctions mercredi, ciblant “Agent d’approvisionnement iranien” Mohammad Ali Hosseini et un réseau d’entreprises impliquées dans l’approvisionnement “matériaux liés au propulseur” au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI).

“L’action d’aujourd’hui fait suite à l’attaque au missile de l’Iran contre Erbil, en Irak, le 13 mars, et à l’attaque au missile houthi activée par l’Iran contre une installation de Saudi Aramco le 25 mars”, a déclaré le département, affirmant que le programme de missiles de Téhéran pose “une grave menace pour la sécurité internationale” tout en pointant du doigt d’autres attaques par des « Des mandataires iraniens » en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis.




L’IRGC a revendiqué l’attaque du 13 mars contre le Kurdistan irakien, affirmant qu’elle avait frappé un Israélien “centre stratégique” quelques jours seulement après la mort de deux officiers iraniens lors d’un raid aérien de Tsahal en Syrie. Les responsables irakiens ont rapporté qu’au moins 12 missiles avaient été tirés sur Erbil, et bien que personne n’ait été tué dans l’assaut, les responsables américains ont juré plus tard de tenir l’Iran “redevable” pour l’incident.

Un porte-parole des Houthis du Yémen, quant à lui, a déclaré que le groupe était à l’origine d’une explosion qui a secoué un dépôt pétrolier saoudien à Djeddah le 25 mars. Cependant, alors que la faction rebelle est souvent considérée comme un « mandataire » iranien, Washington n’a fourni aucune preuve suggèrent que la grève sur l’installation pétrolière était “autorisé” par la République islamique.

La nouvelle série de sanctions intervient alors que l’Iran, les États-Unis et leurs partenaires européens tentent de relancer l’accord nucléaire signé avec Téhéran en 2015, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, déclarant récemment qu’ils sont “très proche d’un accord” après des mois de négociations. Cependant, étant donné que les principales préoccupations de l’Iran portent sur l’allégement des sanctions, il reste à voir si les sanctions de mercredi auront un impact sur les pourparlers ou compliqueront un accord final.

LIRE LA SUITE:
Le chef de la politique étrangère de l’UE déclare que l’accord sur le nucléaire iranien est “très proche”

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire