Le G7 et la phase de désespoir des sanctions russes

0
74

Biden et les autres dirigeants du G7 se réunissent cette semaine dans les Alpes bavaroises. En plus de proclamer qu’ils n’abandonneront jamais leur soutien à Zelensky et à l’Ukraine, les dirigeants du G7 ont annoncé qu’ils prévoyaient deux nouvelles sanctions contre la Russie.

Comme la plupart des six phases de sanctions précédentes, l’objectif de la dernière est de priver la Russie des revenus des exportations. Jusqu’à présent, les sanctions n’ont pas été couronnées de succès à cet égard, du moins à court terme. Bien que les États-Unis aient interdit les importations de pétrole et de gaz russes aux États-Unis, ces montants et leur impact respectif sur les recettes d’exportation russes sont insignifiants. De plus, l’interdiction des exportations de pétrole russe vers l’Europe ne commencera qu’en décembre 2022, alors qu’il n’y a aucune interdiction des importations de gaz naturel russe. Donc peu d’impact net sur les revenus d’exportation d’énergie russe depuis l’Europe non plus.

Les sanctions sur les exportations russes de pétrole et de gaz vers l’Europe ont été assez minimes à ce jour. Pendant ce temps, les exportations de la Russie vers la Chine, l’Inde et le reste du monde ont augmenté. Tout comme les prix mondiaux de l’énergie en général. Avec l’accélération des prix mondiaux du pétrole et du gaz et une augmentation des exportations russes d’énergie vers l’Inde, la Chine et ailleurs, les revenus de la Russie ont en fait augmenté.

Cette augmentation des revenus malgré les sanctions a présenté une sorte d’énigme pour Biden et le G7. L’idée même des sanctions est de réduire considérablement les revenus russes, pas simplement le volume des exportations ! Jusqu’à présent, les sanctions ont eu l’effet inverse de ce qui était prévu : les revenus énergétiques russes ont augmenté et non diminué.

Ainsi, le G7 en Bavière a mis au point deux autres programmes pour tenter de réduire les recettes d’exportation russes. Mais l’air raréfié de la montagne doit affecter leur façon de penser. Les deux nouveaux régimes sont parmi les idées de sanction les plus désespérées et les plus absurdes sur le plan économique qui ont été engendrées jusqu’à présent.

  1. Interdire les exportations d’or russe vers l’Europe

La première proposition absurde qui circule en Bavière est de faire en sorte que l’Europe accepte d’interdire les exportations d’or russe vers l’Europe.

L’idée est que les revenus russes de l’or constituent la deuxième plus grande source de revenus d’exportation de la Russie, mais à 20 milliards de dollars par an, les revenus des ventes d’or sont encore bien inférieurs aux revenus d’exportation de pétrole de la Russie d’environ 90 milliards de dollars (avant les sanctions). La plupart des exportations d’or russes vont à la bourse de l’or à Londres où il est «vendu» par la Russie en échange d’autres devises. Le G7 pense que refuser à la Russie l’accès à la bourse de l’or de Londres entraînera une forte baisse de ses revenus d’exportation totaux et de sa capacité à obtenir d’autres devises avec lesquelles acheter d’autres importations nécessaires à son économie. Mais il y a des problèmes avec l’interdiction proposée par le G7 sur les exportations d’or de la Russie.

Premièrement, la Russie pourrait tout aussi bien vendre son or ailleurs dans le monde. Il n’a pas à le vendre aux Européens à la bourse de Londres. Les autres principaux acheteurs mondiaux d’or russe sont la Turquie, le Qatar, l’Inde et d’autres marchés du Moyen-Orient. Les prix de l’or ont augmenté à l’échelle mondiale, l’inflation ayant fait grimper le pétrole, le gaz et d’autres matières premières industrielles et agricoles. L’or est un actif dont le prix a tendance à augmenter avec la hausse des niveaux de prix généraux, qui s’accélèrent désormais dans le monde entier. Avec l’inflation, d’autres pays rachèteront plus qu’heureusement la part d’or russe détenue par les Européens. Certains peuvent même alors revendre l’or aux Européens, à un prix majoré bien sûr.

La demande d’or russe se déplacera simplement, de l’Europe vers l’ailleurs. Les revenus d’exportation d’or russe ne chuteront donc pas nets ; en fait, il pourrait même augmenter à mesure que les prix de l’or continuent d’augmenter avec l’inflation, ironiquement en grande partie à cause d’autres sanctions en général.

Deuxièmement, l’or est un actif qui offre une couverture contre l’inflation. Il se peut que Biden puisse amener les dirigeants du G7 et leurs gouvernements (et banques centrales) à boycotter l’achat d’or russe. Mais qu’est-ce qui empêche les investisseurs individuels en Europe d’acheter de l’or russe sur les marchés offshore, alors qu’il s’agit actuellement d’un actif si attractif ? Biden étendra-t-il les sanctions à tous les Européens individuels qui transfèrent simplement leurs achats d’or russe de la Bourse de l’or de Londres vers les bourses de l’or de Turquie, du Qatar et d’ailleurs ?

  1. Plafonnement des prix des exportations de pétrole russe vers l’Europe

C’est une proposition encore plus stupide. Voici la logique de la façon dont le plafonnement des prix est censé fonctionner. Théoriquement, l’Europe accepterait toutes d’acheter les exportations de pétrole russe au cours des six prochains mois, mais uniquement à un prix fortement réduit sur lequel toute l’Europe serait d’accord. En d’autres termes, fixer un « prix plafond » à un niveau bien inférieur aux prix du marché mondial qui sont actuellement déterminés par l’offre sur les marchés mondiaux du pétrole au comptant. La baisse des prix est censée réduire les revenus russes provenant des exportations de pétrole vers l’Europe, c’est-à-dire réduire les revenus, l’objectif premier de toutes les sanctions. L’idée a été suggérée pour la première fois par Janet Yellen, la secrétaire américaine au Trésor. C’est la Janet Yellen qui a dit au monde en février 2022 que l’inflation était temporaire, rappelez-vous !

Pour que tout le G7 accepte un plafonnement des prix, il faut toujours obtenir le reste de l’Europe ainsi que le Japon, donc. La Corée et d’autres acceptent également ce plafonnement des prix. Mais l’Europe n’est-elle pas censée cesser d’acheter toutes les importations de pétrole russe d’ici la fin de 2022 conformément aux sanctions précédentes qu’elle a acceptées ? Qui croit que les Européens peuvent accepter un plafonnement des prix du pétrole russe et mettre en œuvre ce plafond dans trois mois (juillet-septembre) – puis seulement trois mois de plus (octobre-décembre) ? L’Europe ne peut rien faire en trois mois, voire six. Peut-être que les États-Unis et l’UE ne sont pas convaincus qu’ils peuvent mettre en œuvre une interdiction complète des exportations de pétrole russe d’ici décembre ?

Mais même ce n’est pas l’aspect le plus absurde de la proposition de «plafonnement des prix».

En supposant que Biden puisse amener tous les G7 à convaincre les 27 nations européennes à un prix super réduit, il reste le “petit problème” de la réponse de la Russie à tout cela. La logique défectueuse du G7 est que le prix fortement réduit que l’Europe n’est disposée à payer que pour le pétrole serait à un prix bien inférieur à même la remise de 30 % que la Russie vend actuellement du pétrole à l’Inde, à la Chine et ailleurs. Le G7 proposerait probablement d’acheter du pétrole russe uniquement avec une remise de 50 % sur les prix mondiaux actuels, peut-être ? Cela exercerait une pression, selon l’argument du G7, sur les ventes de pétrole russe à l’Inde, etc. Les Indiens exigeraient alors des prix du pétrole russe au prix inférieur de 50 % du G7. La Russie tirerait des revenus encore plus réduits de la baisse des prix du pétrole vers l’Inde, la Chine, le reste du monde ainsi que vers le G7 et l’Europe.

C’est une proposition si ridicule qu’elle en est presque embarrassante. Le problème avec l’idée du « plafonnement des prix » du G7 est qu’il n’y a aucune raison pour que la Russie veuille vendre du pétrole à l’Europe au niveau de plafonnement des prix fortement réduit du G7.

Premièrement, pourquoi devrait-il le faire alors que l’Europe dit qu’elle prévoit d’éliminer tout le pétrole russe d’ici décembre de toute façon ? Deuxièmement, la Russie a montré qu’elle n’était pas préoccupée par la réduction des revenus d’exportation de gaz naturel vers l’Europe. Il a déjà réduit d’un tiers ses exportations de gaz cubique vers l’Europe dans le cadre de sa propre réponse économique à l’accord de l’Europe avec les sanctions américaines contre la Russie et il avertit l’Europe d’un autre tiers bientôt. La guerre économique va dans les deux sens. Alors, qu’est-ce qui empêchera la Russie de couper toutes les exportations de pétrole vers l’Europe – et bien avant décembre ? Troisièmement, la Russie devrait être assez stupide pour accepter de vendre du pétrole à l’Europe au niveau du “prix plafond” de cette dernière, qui serait bien en deçà des ventes déjà de 30 % de réduction du prix du pétrole de la Russie à l’Inde ? Il connaît l’effet d’entraînement probable qui s’ensuivrait. L’Inde, en tant que client pétrolier à long terme, est beaucoup plus importante pour la Russie que l’Europe, qui dit qu’elle finira en tant que client dans seulement six mois. Enfin, la Russie sait que si elle interrompait toutes les exportations de pétrole vers l’Europe, cela ne ferait que modifier le flux du marché mondial du pétrole, et non le réduire. La Russie vendrait davantage à d’autres pays, qui pourraient alors simplement le réexporter vers l’Europe à son tour.

En bref, l’erreur avec l’idée de plafonnement des prix du G7 est qu’elle suppose que les acheteurs (l’Europe) peuvent fixer le prix du pétrole dans ce qui est un marché mondial de vendeurs ! Le G7 peut penser qu’il peut tenir tête aux fondamentaux du marché et le faire fonctionner, mais il se trompe. Aucun vœu pieux du G7 ne peut faire en sorte que la demande détermine l’offre sur les marchés mondiaux de l’énergie d’aujourd’hui, où les chaînes d’approvisionnement brisées et en restructuration, les sanctions et la guerre sont les principaux déterminants du prix.

La proposition d’interdire les exportations d’or russe vers l’Europe et la proposition de manipuler la demande de pétrole pour réduire son prix sur le marché mondial – et ainsi priver la Russie de revenus – sont des idées qui reflètent davantage le désespoir des États-Unis et du G7 de trouver un moyen de prendre des sanctions. sur la Russie fonctionnent à court terme alors que jusqu’à présent, ils ne fonctionnent pas très bien, voire pas du tout.

L’objectif à court terme des sanctions – c’est-à-dire réduire les recettes d’exportation russes – n’a pas fonctionné, mais les deux dernières idées désespérées ne fonctionneront pas mieux.

Les historiens se demanderont dans des années pourquoi les États-Unis et leurs alliés les plus dépendants – les pays du G7 – se sont lancés dans une série de sanctions contre la Russie si peu de temps après les profonds impacts négatifs de Covid sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et les marchés nationaux des produits et du travail. Les marchés mondiaux, les flux commerciaux et financiers ont été gravement perturbés par l’expérience Covid de 2020-21. Et ils ne s’étaient pas rétablis en janvier 2022 lorsque les sanctions américaines contre la Russie ont été renforcées. Avant que les chaînes d’approvisionnement mondiales ne puissent guérir, les États-Unis et leurs alliés du G7 ont lancé des sanctions qui ont encore perturbé et restructuré ces mêmes chaînes d’approvisionnement tout en déclenchant simultanément une inflation mondiale chronique qui a également ravagé leurs économies nationales. L’histoire le montrera, tout n’était pas bien pensé.

Cependant, les propositions les plus récentes du G7 visant à interdire l’or russe et à mettre en place un plafonnement des prix du pétrole mondial sont encore moins réfléchies – ce dernier en fait un fantasme selon lequel, en manipulant d’une manière ou d’une autre la demande de pétrole d’une région (Europe), il pourrait fixer les prix mondiaux du pétrole en général et donc l’emporter sur l’offre en tant que moteur du prix et des revenus du pétrole.

Cela amène à s’interroger sur les qualifications de la génération actuelle de dirigeants mondiaux (dirigée par Biden et les États-Unis) jouant avec l’ordre mondial géopolitique. Et s’interrogent encore plus sur leur encore moins grande compréhension des conséquences de leurs actions économiques sur l’économie mondiale.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/29/g7-and-the-desperation-stage-of-russian-sanctions/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire