Le garde du corps d’Emmanuel Macron décroché

0
65

Ce fut l’un des plus gros scandales de la présidence d’Emmanuel Macron – et trois ans plus tard, cela se termine par un gémissement. Ce vendredi marquait la conclusion du procès de l’ancien garde du corps personnel du président Alexandre Benalla, condamné (entre autres) pour avoir enfilé des vêtements de police pour tabasser violemment des manifestants pacifiques et des passants lors des rassemblements du 1er mai 2018 à Paris.

Dans la décision rendue vendredi après-midi, Benalla a été condamné à une peine de trois ans de prison – bien qu’il ne soit pas prêt à purger une peine de prison réelle. Au contraire, un an doit être assis chez sa mère en dehors de Paris et les deux autres en liberté conditionnelle. Condamné à 500 euros d’amende et interdit de port ou de possession d’arme à feu pendant dix ans, Benalla risque également une interdiction de service public de cinq ans, bien que la peine reste susceptible d’appel.

“Je ne suis pas un ange”, a admis le trentenaire costaud au barreau lors de son dernier plaidoyer de défense le 1er octobre. “Je ne fais pas toujours les choses selon les règles, comme le montre où j’en suis aujourd’hui.” Ce mea culpa a été confirmé par les procureurs alors qu’ils présentaient leurs arguments sur la peine à la fin du mois de septembre – demandant une peine beaucoup plus légère que celle que la justice parisienne a finalement prononcée vendredi. Les multiples infractions de Benalla comprennent la violence délibérée commise en groupe, l’exécution non autorisée d’une fonction publique, la détention d’une arme de poing sans licence et la possession et l’utilisation d’un passeport diplomatique non autorisé.

Les procureurs avaient initialement requis une peine de dix-huit mois de prison avec sursis, ainsi que les autres conditions liées aux armes à feu et à la fonction publique. Ils ont estimé que Benalla avait déjà été suffisamment “jugé par le tribunal de l’opinion publique”, puisqu’il avait été “marqué au fer rouge des réseaux sociaux et de l’hyper-médiatisation”. En allant au-delà des demandes initiales des procureurs, les juges ont rejeté cet étrange acte d’accusation à l’envers des journalistes d’investigation et l’inquiétude légitime des citoyens sur la conduite des puissants.

Les juges ont réservé un traitement similaire aux complices et codéfendeurs de Benalla, y compris les policiers qui se sont entendus avec lui au début de l’affaire. Ancien gendarme réserviste et vieil ami de Benalla, Vincent Crase était attaché de sécurité du parti La République en marche (LREM) de Macron. Bras droit de Benalla lors des événements du 1er mai, Crase encourt une peine de deux ans de prison avec sursis, une amende de 500 € et une interdiction de posséder une arme à feu pendant dix ans.

Les prévenus Maxence Creusat et Laurent Simonin, tous deux policiers, ont été condamnés respectivement à 5 000 € d’amende et à trois mois de prison avec sursis. L’ancien capitaine de police et contrôleur de police ont été accusés d’avoir fourni à Benalla des images de vidéosurveillance flatteuses des événements du 1er mai alors que la presse était sur le point de révéler l’histoire en juillet 2018. Comme l’a plaidé l’avocat de Creusat, il s’agissait d’une tentative maladroite et malavisée de protéger le ” institution » de la présidence.

La décision du 5 novembre clôt ainsi ce chapitre des ennuis judiciaires de Benalla. Mais nous ne devons pas oublier l’ampleur de ce qui était un scandale d’État à part entière, offrant un rare aperçu de la culture parmi les proches de Macron. Ces problèmes plus profonds n’étaient pas à l’essai – et pourtant ils continuent de s’envenimer.

En fait, les actions de Benalla et Crase auraient très bien pu ne pas être divulguées au public. Entre le 1er mai 2018 et le 18 juillet de la même année – la date à laquelle le scandale a éclaté pour la première fois, à la suite d’une enquête approfondie menée par Le Monde — L’excès de zèle de Benalla a été traité entièrement en interne, la gravité de ses infractions étant traitée à un taux d’actualisation.

Déjà le 4 mai, l’Élysée avait eu vent des activités de Benalla trois jours plus tôt. Au lieu d’alerter les procureurs de l’existence de cette violation flagrante du pouvoir, l’état-major du président a infligé au garde du corps une suspension clémente de quinze jours. A la fin du mois, Benalla avait repris ses fonctions et récupéré ses anciens privilèges.

Sans le travail des journalistes d’investigation et l’indignation publique qui s’en est suivie, les excès de Benalla n’auraient guère affecté sa relation particulièrement étroite avec le président Macron. Pas plus tard que le 9 juillet 2018 – moins de deux mois après la fin de sa suspension et quelques jours seulement avant que le scandale n’engloutisse la présidence – Benalla s’est vu accorder un appartement au bord de la Seine dans le chic septième arrondissement de Paris. Ce privilège a couronné la rémunération déjà confortable de Benalla : Le Parisien a rapporté que Benalla gagnait un salaire confortable, presque ministériel, de 10 000 € par mois, qui n’a pas été suspendu pendant sa pause forcée.

Le retour en grâce de Benalla était d’autant plus choquant que l’entourage du président avait des raisons très concrètes de s’inquiéter de l’histoire. Déjà au soir du 1er mai où Benalla revêtait la célèbre tenue de policier, Taha Bouhafs, militant et ancien candidat de France Insoumise devenu journaliste, publiait un vidéo sur Twitter montrant un violent affrontement entre la police anti-émeute et des manifestants sur la place de la Contrescarpe.

À première vue, la scène capturée dans le clip de deux minutes n’avait rien d’extraordinaire dans une sphère Twitter de gauche inondée d’images de policiers anti-émeute se déchaînant parmi des foules de civils. Cependant, ce qui distingue cette vidéo des autres, c’est qu’elle montre Benalla portant un casque de police anti-émeute et dirigeant un escadron d’officiers alors qu’ils battaient violemment deux civils. Crase fait un pas supplémentaire en frappant à plusieurs reprises une femme pendant que la police anti-émeute entièrement vêtue la traîne de l’autre côté de la rue. La caméra, quant à elle, revient sur Benalla, qui attrape un jeune homme, le force à terre et le bat alors qu’il est entouré d’officiers. Avec la caméra focalisée sur son visage, il a les moyens de laisser le civil aux policiers et de s’éloigner, sans aucun doute conscient de ce qui se passerait si un responsable présidentiel était surpris en train de commettre une telle démonstration de violence gratuite.

Benalla avait été autorisé à assister à l’opération de police du 1er mai en tant qu’observateur. Sa principale défense était qu’à ce titre, il agissait comme tout citoyen privé devrait : en vue d’un crime — en l’occurrence, l’ingérence supposée de passants dans la conduite d’une opération de police — il faut aider un fonctionnaire en amenant un auteur devant les autorités . En réalité, on est loin de la scène exposée dans les images postées par Bouhafs, qui montre le garde du corps présidentiel casqué menant directement l’action de la police.

Une étrange coïncidence – symptomatique de la justice à deux voies affichée en France – est que, alors que le procès de Benalla entrait dans ses derniers jours en septembre, Bouhafs s’est également retrouvé devant les tribunaux. Le 28 septembre, Bouhafs a été condamné à payer jusqu’à 3 500 € pour avoir qualifié la dirigeante et dirigeante syndicale de la police Linda Kebbab de « maison arabe ».

Lorsque le scandale Benalla a finalement éclaté en juillet 2018, cela a conduit à des mois d’examen minutieux des autres activités du garde du corps en disgrâce et de la clémence avec laquelle il avait été traité par les plus hauts responsables de l’Élysée. Il a été rapidement découvert que Benalla avait bénéficié d’un accès non autorisé aux passeports diplomatiques, qu’il a utilisés même après avoir finalement été démis de ses fonctions.

UNE Mediapart Une enquête de septembre 2018 a également mis au jour une photo de Benalla prise le 28 avril 2017 dans un restaurant de Poitiers, alors que la campagne de Macron approchait de sa victoire électorale au second tour contre Marine Le Pen. Benalla et deux amis posent pour un simple selfie avec une serveuse – bien que Benalla brandissait un pistolet Glock, le pointant vers le serveur. Lors de la première journée d’arguments devant le tribunal, le 13 septembre, Benalla s’en est tenu à son argument de longue date selon lequel il s’agissait d’un pistolet à eau jouet.

Le premier chapitre du scandale Benalla s’est ainsi terminé de manière anti-climatique. Mais les maux de tête juridiques du fonctionnaire voyou ne sont pas encore terminés. Benalla fait toujours l’objet d’une enquête pour une foule d’autres accusations, notamment la disparition d’un coffre-fort de sa résidence pendant l’enquête policière, des liens louches avec un oligarque russe et un chef du crime, et un faux témoignage potentiel devant le comité d’enquête du Sénat en tête. jusqu’à son rapport publié début 2019.

Mais dans ce cas, comme pour les futurs obstacles juridiques pour le fantassin de Macron, il est irréaliste de s’attendre à ce que les tribunaux inculpent pleinement la culture de l’impunité parmi l’élite française, ou la catharsis sadique de la répression de la désobéissance civile. Pour certaines choses, au moins, le jugement devra venir du « tribunal de l’opinion publique ».



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici