Le gouvernement de l’Ontario transfère des milliards des fonds d’indemnisation des accidents du travail aux patrons

0
50

La Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) prévoit de transférer des milliards de soi-disant surplus d’argent dans les poches des employeurs. Soi-disant, l’objectif de cette décision est de réinjecter une partie de près de 6 milliards de dollars dans l’économie. Bien que ce sera très certainement une aubaine pour les entreprises, c’est un coup dur pour les travailleurs blessés dans toute la province. En effet, l’excédent que le gouvernement provincial a affecté aux entreprises a été largement généré par des coupes dans les prestations essentielles des travailleurs. Le gouvernement de l’Ontario redistribue effectivement des milliards de dollars des travailleurs aux patrons.

Le mois dernier, le ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences a annoncé que lorsque la CSPAAT accumulera 115 % de ses coûts futurs prévus, le gouvernement autorisera la commission à verser tout excédent à certains employeurs de la province. Le conseil a choisi ce chiffre parce qu’il s’agit du montant d’argent dont il a besoin pour payer toutes les prestations futures pour les demandes d’indemnisation des accidents du travail existantes. La modification proposée obligera également la CSPAAT à remettre une partie de tout excédent aux employeurs si elle est en mesure d’augmenter 125 % de ses coûts prévus.

Les primes que les employeurs versent à la CSPAAT, ainsi que les investissements effectués par le conseil, financent le système d’indemnisation. Jusqu’à présent, la province a été muette sur l’utilisation qui sera faite des fonds redistribués. Il semble probable, cependant, que l’argent pourrait être utilisé pour offrir aux employeurs des réductions de cotisations et des vacances.

Pour bien comprendre l’importance de cette modification proposée, une perspective historique est nécessaire. Les racines des systèmes provinciaux d’indemnisation des accidents du travail au Canada se trouvent dans un « compromis historique » atteint au tournant du vingtième siècle. En échange d’un système public d’indemnisation financé par les cotisations patronales, les travailleurs ont renoncé au droit de poursuivre leurs employeurs pour des lésions professionnelles.

Par la suite, la tâche de déterminer comment les prestations seraient versées a été confiée à un conseil indépendant — la CSPAAT. En mettant collectivement en commun la responsabilité des accidents du travail, les employeurs ont épargné des litiges coûteux et prolongés pour les accidents du travail. Malgré l’importance du compromis, les travailleurs ont encore historiquement eu le petit bout du bâton lorsqu’il s’agit de la façon dont le système d’indemnisation est administré.

Le surplus que le gouvernement provincial veut remettre aux employeurs est en grande partie attribuable aux mesures d’austérité sévères que la CSPAAT a mises en œuvre au cours des deux dernières décennies. En 1998, le gouvernement conservateur de l’Ontario a introduit une série de coupes dans les prestations. Ces réductions comprenaient une réduction des prestations pour perte de salaire qu’un travailleur pouvait réclamer – de 90 pour cent de ses gains nets à 85 pour cent. Les traumatismes mentaux chroniques étaient exclus de l’indemnisation.

En 2010, sous un gouvernement libéral, le conseil est devenu obsédé par l’idée de se débarrasser de son passif non capitalisé. Dans le cas de la CSPAAT, le passif non capitalisé est la différence entre les coûts futurs projetés de toutes les prestations auxquelles les travailleurs blessés sont admissibles et le montant d’argent que la commission a dans ses comptes. En 2011, le passif non capitalisé du conseil s’élevait à 14,2 milliards de dollars, mais en 2018, le déficit a été éliminé. Cela signifiait que le conseil d’administration était entièrement financé – un triomphe de l’économie financière qui a eu des conséquences importantes.

L’idée que le système d’indemnisation doit être entièrement financé est un concept importé directement de l’industrie de l’assurance à but lucratif. Ce brouillage de la frontière entre le secteur public et le secteur privé est enraciné dans la pensée néolibérale. Il est mal adapté à un programme public de soutien du revenu comme l’indemnisation des accidents du travail, qui ne devrait pas fonctionner comme un programme d’assurance privé.

L’indemnisation des accidents du travail a été établie à l’origine sur une base de répartition. Il a collecté suffisamment d’argent pour payer les réclamations prévues pour l’année tout en maintenant un modeste fonds de réserve pour les coûts imprévus. Contrairement aux compagnies d’assurance privées, qui peuvent fermer leurs portes à tout moment, l’indemnisation des accidents du travail continuera d’exister tant qu’il y aura une industrie dans la province.

L’idée qui prévaut actuellement, cependant, est que le conseil devrait toujours avoir, au minimum, le montant total de tous les paiements futurs dans ses réserves financières. Cela oblige le conseil d’administration à augmenter les cotisations des employeurs ou à réduire les avantages sociaux des travailleurs. Mais les mêmes voix qui prônent l’élimination de la responsabilité non capitalisée ont également été d’ardents défenseurs de la réduction des cotisations patronales. Depuis 2016 seulement, les taux des primes ont été réduits de 47,1 %.

Le passage d’un modèle de financement par répartition à un modèle de financement intégral a opposé les intérêts financiers des employeurs à ceux des travailleurs blessés. Malheureusement, les travailleurs blessés ont perdu la bataille. Le résultat est que le montant que la CSPAAT a versé aux travailleurs blessés chaque année a considérablement diminué.

En 2010, la CSPAAT a versé 4,8 milliards de dollars de prestations, comparativement à 2,5 milliards de dollars en 2020. Cette diminution est en grande partie le résultat de pratiques et de politiques qui rendent plus difficile pour les travailleurs l’accès aux prestations financières et de soins de santé. Par exemple, bien qu’elle reconnaisse que les blessures de stress mental chroniques justifient une couverture par le système d’indemnisation des accidents du travail, la CSPAAT a un dossier lamentable d’approbation de telles réclamations — en refusant 94 % d’entre elles.

Les travailleurs doivent démontrer que les blessures physiques qu’ils ont subies au travail ont « contribué de manière significative » à leur déficience ; mais pour le stress mental chronique, les travailleurs doivent prouver que leur travail était la «cause prédominante». Étant donné que tout le monde subit un large éventail de pressions physiques et mentales dans sa vie quotidienne, il peut être facile d’établir qu’une blessure au travail est un facteur important d’invalidité, mais difficile de prouver que le stress au travail est une cause prédominante de maladie mentale.

La réponse du conseil aux grappes alarmantes de maladies professionnelles à travers l’Ontario a également été lamentable. Si un travailleur développe un cancer à la suite d’une exposition à des agents cancérigènes au travail, il peut faire face à des complications de santé toute sa vie et ne jamais pouvoir reprendre le travail. Malgré les graves effets à long terme de ces types de maladies professionnelles, le conseil a un taux élevé de refus pour de nombreuses réclamations pour maladies professionnelles. La principale raison en est que le conseil exige des travailleurs qu’ils satisfassent à des critères très élevés pour prouver que leur maladie a été causée par une exposition au travail.

Le problème est que de nombreuses maladies professionnelles peuvent mettre des décennies à se manifester pleinement, ce qui rend difficile un diagnostic rapide. Souvent, les travailleurs prennent conscience de leur maladie longtemps après les faits. Ils doivent ensuite naviguer dans des systèmes complexes pour obtenir le soutien dont ils ont besoin, ce qui leur permet souvent de perdre du temps en réadaptation, ce qui prouve que l’exposition professionnelle du passé est la cause de la maladie. Certains travailleurs attendent des années avant d’obtenir des prestations de la CSPAAT. Ils sont obligés de compter sur le système de soins de santé et d’autres sources de soutien financier financés par les contribuables alors qu’ils devraient être indemnisés dès le départ par le biais du système d’indemnisation des accidents du travail.

Le conseil n’a pas investi suffisamment de ressources pour mettre fin à la pratique de la suppression des réclamations. Souvent, les employeurs ont recours à l’intimidation pour dissuader activement les travailleurs de présenter des réclamations à la CSPAAT. Par exemple, un employeur pourrait carrément menacer l’emploi d’une personne s’il dépose une réclamation auprès de la CSPAAT ou exercer des pressions sur un travailleur pour qu’il dise à l’hôpital que sa blessure s’est produite à la maison et non au travail. Les employeurs convaincront également les travailleurs d’utiliser leur congé de maladie sans les informer de leurs droits en vertu des lois sur les accidents du travail. Moins d’audits sur la suppression des réclamations peuvent signifier que les employeurs ne sont pas punis pour avoir utilisé de telles tactiques.

Bien que la suppression des réclamations soit une chose difficile à quantifier, elle a été reconnue comme un véritable problème dans les examens de la CSPAAT. Le besoin d’une meilleure vérification par le conseil d’administration est une préoccupation urgente. Sans un regard sérieux sous le capot, pour ainsi dire, le problème ne sera pas correctement traité. Le résultat est que de nombreuses blessures au travail ne sont pas signalées – et ne sont pas indemnisées. La CSPAAT doit affecter des ressources supplémentaires à l’enquête et à la réponse aux allégations de suppression. Sinon, les employeurs continueront d’avoir des incitations financières pour supprimer les réclamations des travailleurs.

Les taux d’expérience déterminent en partie les calculs de la CSPAAT quant aux primes qu’un employeur doit payer. Essentiellement, le taux de cotisation d’un employeur est basé sur les coûts de sa demande d’indemnisation des accidents du travail. Si un employeur a moins de réclamations à la CSPAAT, il a des coûts de réclamation moins élevés. Des coûts de réclamation inférieurs signifient des primes inférieures. Pour vraiment promouvoir des lieux de travail plus sains et plus sécuritaires, la CSPAAT devrait supprimer les cotes d’expérience comme moyen de calculer les primes — l’utilisation de telles cotes augmente la suppression des réclamations.

L’indemnisation des accidents du travail, qui a été le premier élément du filet de sécurité sociale du Canada, est un soutien essentiel du revenu pour les travailleurs de tout le pays. Les travailleurs sont de plus en plus touchés par les politiques et les compressions qui réduisent leur accès à d’importants avantages et soutiens — les employeurs, quant à eux, ont bénéficié d’importantes réductions financières.

Les patrons ne devraient pas plonger leur bec dans l’excédent actuel de l’Ontario. Au lieu de cela, les travailleurs devraient obtenir réparation pour le préjudice historique que les politiques de la CSPAAT ont causé à leur vie — ce sont les travailleurs, après tout, qui ont créé le surplus en premier lieu.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici