Le Kremlin cherche à exploiter la méfiance croissante à l’égard des réfugiés en Europe

0
246

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine, plus de 7 millions de réfugiés ukrainiens ont quitté le pays jusqu’à la mi-juin. Alors qu’environ 1,5 million se sont retrouvés en Russie, les autres sont pour la plupart entrés dans l’Union européenne, où ils ont obtenu le droit de vivre et de travailler jusqu’à trois ans, en plus de bénéficier de l’aide sociale, de l’éducation, du logement, de la nourriture et de l’assistance médicale. .

L’UE a dépensé plus de 6 milliards d’euros d’aide à l’Ukraine depuis le début du conflit, et son soutien aux réfugiés ukrainiens pourrait coûter des dizaines de milliards d’euros cette année. Bruxelles et divers pays de l’UE dépenseront des milliards de plus avant la fin de la guerre et pour aider aux efforts de reconstruction du pays par la suite.

Cependant, avec l’augmentation du coût de la vie depuis la pandémie qui s’est accélérée depuis le lancement de l’invasion russe, les gouvernements européens sont sensibles aux perceptions selon lesquelles ils n’en font pas assez pour assurer le bien-être de leurs propres citoyens. Et même avec l’aide substantielle jusqu’à présent, les millions de réfugiés ukrainiens ont commencé à mettre à rude épreuve les services sociaux européens, en particulier en Pologne, où près de 5 millions de réfugiés ukrainiens ont voyagé ou sont passés.

Le ressentiment envers les réfugiés peut se développer rapidement, même dans des pays aux cultures apparemment similaires. En Turquie, par exemple, 72 % de la population a manifesté son soutien aux réfugiés de la Syrie voisine en 2016, tandis qu’en 2019, 80 % ont indiqué qu’ils préféraient que les réfugiés syriens soient rapatriés.

La tension entre les citoyens turcs et les réfugiés de Syrie, ainsi que ceux d’Afghanistan et d’autres pays, est documentée depuis des années en Turquie. La présence de ces réfugiés continue d’être une source majeure d’agitation politique et sociale dans le pays.

La Pologne et l’Ukraine, quant à elles, ont leurs propres différends historiques, et des critiques politiques se sont élevées contre les réfugiés ukrainiens en Pologne et dans d’autres pays européens. Les médias russes ont également répandu la désinformation pour attiser les flammes du sentiment anti-ukrainien à travers le continent.

Environ 1,5 million de réfugiés ukrainiens sont rentrés dans leur pays d’origine depuis le début du conflit. Mais plus de 7 millions d’Ukrainiens restent déplacés à l’intérieur du pays et vulnérables à une nouvelle escalade militaire dans la guerre. L’offre de l’administration Biden d’accueillir 100 000 réfugiés ukrainiens ne contribuera pas à résoudre ce problème, et il est peu probable que les Ukrainiens trouvent de nombreux autres endroits en dehors de l’Europe où ils pourront voyager en grand nombre.

La crise des réfugiés ukrainiens a également coïncidé avec un nombre croissant de personnes déplacées dans le monde au cours de la dernière décennie. De 2011 à 2021, leur nombre est passé de 38,5 millions à 89 millions. Quelques semaines après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a annoncé que le nombre de personnes déplacées de force avait dépassé les 100 millions pour la première fois.

La crise migratoire européenne de 2015 a révélé comment l’instabilité dans les régions environnantes pouvait rapidement augmenter les flux de personnes vers le continent. Cette année-là, 1,3 million de personnes ont demandé l’asile dans l’UE, dont environ la moitié fuyant la violence en Syrie, en Afghanistan et en Irak. De plus, d’autres réfugiés, demandeurs d’asile et migrants sont venus du Kosovo, d’Albanie, du Pakistan, d’Érythrée, du Nigéria, d’Iran et de dizaines d’autres pays.

Dans toute l’UE, la manière dont l’institution a géré la crise des réfugiés a été fortement désapprouvée. Cela a entraîné une montée du sentiment politique réactionnaire de droite et renforcé les politiques contre l’accueil de réfugiés et de migrants. Frontex, l’agence européenne de protection des frontières et des garde-côtes, a également augmenté massivement ses pouvoirs, son budget et ses effectifs.

Mais la crise a également été exacerbée par des pays cherchant à tester plus ouvertement la vulnérabilité de l’UE à la migration. En tant que principale route des migrants vers l’Europe, la Turquie a tiré parti des flux de réfugiés et de migrants pour obtenir des concessions monétaires et politiques de la part de l’UE. En 2017, la migration vers l’Espagne depuis le Maroc, un autre pays de transit important vers l’Europe, a augmenté alors que le gouvernement marocain était bloqué dans un différend avec l’UE au sujet d’un accord de libre-échange.

Ayant vu les effets de la violence et des guerres libyennes sur la migration, le Kremlin a également compris que son intervention dans la guerre civile syrienne provoquerait une nouvelle vague de personnes vers l’Europe. Soutenir l’instabilité politique et sociale à travers le continent à la suite de la crise des réfugiés s’inscrit parfaitement dans les tentatives de la Russie de défier l’Occident.

Mais bien qu’il soit loin des sentiers battus de l’immigration habituelle vers l’Europe, le Kremlin a également contribué à aider directement les flux de migrants et de réfugiés.

En 2015, les autorités frontalières finlandaises et norvégiennes ont accusé le Kremlin d’être impliqué dans l’arrivée de centaines de migrants du Moyen-Orient qui ont traversé leurs frontières depuis la Russie. La Finlande et la Norvège sont liées par des lois d’acceptation des réfugiés et des migrants plus strictes que la Russie et ne pouvaient pas faire grand-chose car les gardes-frontières russes ont refusé de les reprendre.

Les tentatives de la Russie pour faire venir des réfugiés en Europe se poursuivent depuis des années. Mais en 2021, le Kremlin a considérablement élargi ses efforts avec l’aide de la Biélorussie. Ayant fait face à des tensions croissantes au sujet des sanctions de l’UE, la Biélorussie a également commencé à envoyer des migrants dans l’espace Schengen par ses frontières avec la Pologne, la Lettonie et la Lituanie, avec l’aide de la Russie.

Renatas Pozela, ancien commandant des gardes-frontières lituaniens, a déclaré en 2017 que la Russie jouait un rôle majeur dans le déplacement des migrants de Russie et de Biélorussie vers la Lituanie. Cependant, leur nombre était relativement faible, avec 104 personnes détenues en 2018, 46 en 2019 et 81 en 2020. Mais en 2021, la Lituanie à elle seule a détenu plus de 4 100 « migrants illégaux, principalement de Syrie et d’Irak ».

Les crises en cours ont érodé l’engagement de l’UE à faire respecter les lois sur les droits des réfugiés et des migrants, et Bruxelles a fait l’objet de critiques croissantes sur ses politiques de la part d’organisations de défense des droits de l’homme ces dernières années.

Mais les tactiques du Kremlin sont passées de la simple tentative de saper la stabilité sociale et politique européenne. Comme pour l’énergie et la nourriture, les flux de réfugiés et de migrants seront utilisés par la Russie pour affaiblir le soutien occidental à l’Ukraine et à son effort de guerre.

Partout dans le monde, les conflits et la hausse du coût de la vie ont provoqué une grande instabilité. À la périphérie de l’Europe, les populations de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo, de l’Afghanistan, de l’Érythrée, de la Somalie, du Soudan, du Soudan du Sud, de la Syrie et du Yémen sont particulièrement vulnérables aux déplacements forcés en raison des circonstances dans ces pays.

Pendant ce temps, dans tout le Moyen-Orient, qui reçoit une part substantielle de ses céréales de Russie et d’Ukraine, les effets de la guerre ont également aggravé l’insécurité alimentaire et pourraient encore augmenter les flux de réfugiés et de migrants.

Le chef du parti de la Ligue italienne et ancien vice-Premier ministre Matteo Salvini a déclaré le 6 juin que l’insécurité alimentaire et l’instabilité économique, à la suite de la guerre en Ukraine, pourraient amener un demi-milliard de réfugiés et de migrants à se diriger vers l’Europe. S’il est difficile de chiffrer avec précision le nombre de personnes qui se rendront en Europe, l’instabilité croissante augmentera clairement les flux de migrants en provenance des régions voisines.

Les pays européens, et l’UE elle-même, se sont tournés à la hâte vers des centres de traitement offshore pour réinstaller des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés hors du continent au cours des dernières années. Mais le sous-développement de ces systèmes, ainsi que les limites de Frontex, signifient que l’Europe sera à nouveau incapable d’endiguer une augmentation significative des flux de migrants, de réfugiés et de demandeurs d’asile.

De plus, la Turquie accueille déjà la plus grande population de réfugiés et de demandeurs d’asile au monde, et Ankara devrait en accueillir beaucoup plus. Le monde a également vu comment l’Europe a pu absorber des millions d’Ukrainiens relativement rapidement, et il y aura des pressions sur l’UE pour qu’elle accepte également les migrants et les réfugiés non européens.

Les sanctions occidentales et d’autres mesures visant à punir la Russie pour avoir envahi l’Ukraine ont à leur tour exacerbé la situation ressentie sur les marchés mondiaux de l’énergie et de l’alimentation, tandis qu’une grande partie de la violence en cours au Moyen-Orient découle en partie des politiques étrangères des pays occidentaux depuis le tournant de le siècle.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Europe a subi une inflation croissante, des coûts alimentaires et énergétiques croissants et un afflux de réfugiés. Mais les effets de la guerre amplifient ces forces à l’échelle mondiale, et le Kremlin fera tout ce qui est en son pouvoir pour aggraver la crise des réfugiés en Europe et faire pression sur l’UE pour qu’elle mette fin à son soutien à l’Ukraine.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 1 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire