Le Labour Beat est mort — Vive le Labour Beat

0
61

Dans sa dernière chronique, le New York Times‘ Ben Smith se penche sur “Pourquoi les médias aiment le travail maintenant”. Il y a eu beaucoup de discussions comme celle-ci ces derniers temps, et Smith inclut les points de vue des journalistes syndicaux sur la hausse de la couverture favorable aux travailleurs. (Il faut mentionner que Smith lui-même était une histoire syndicale il n’y a pas si longtemps, lorsque, dans son rôle de rédacteur en chef de Buzzfeed News, il a résisté à un effort d’organisation, notamment en ne se présentant pas à une réunion prévue avec le syndicat. )

Ces journalistes ont des sentiments mitigés. Il est vrai que Steven Greenhouse, qui était le Fois” seul journaliste syndical à temps plein au début des années 2000, n’est plus aussi seul qu’il l’était à cette époque. À l’époque, la baisse des revenus publicitaires a entraîné des licenciements dans les salles de rédaction, les journalistes syndicaux étant les premiers sur le billot, leur rythme perçu comme lourd, obsolète et idéologiquement en conflit avec les plus hauts responsables des journaux et les annonceurs.

Aujourd’hui, il y a des journalistes syndicaux dans diverses publications, en particulier dans les médias numériques, bien que les quotidiens soient toujours à la traîne : Noam Scheiber a pris le relais de Greenhouse au Fois, mais d’autres quotidiens manquent encore d’employés à temps plein – beaucoup de ceux qui couvrent le sujet le font dans le cadre de l’économie, du style de vie ou de la technologie, le travail n’étant pas considéré comme un terrain à part. Quant au journal télévisé : moins on en dit, mieux c’est.

Comme Jon Schleuss, le président de mon syndicat, le NewsGuild, le dit à Smith, l’effet n’est “pas nécessairement de la sympathie, mais une compréhension plus profonde”. La journaliste syndicale de longue date Sarah Jaffe note la fréquence des “erreurs de débutant” par ceux qui s’attaquent récemment au rythme Quand cela vient à décrivant le droit du travail ou des détails de base sur le travail organisé.

Cela peut aussi ressembler à de la superficialité : encourager les efforts des syndicats plutôt que de situer un combat dans l’équilibre des forces, les précédents historiques et la connaissance d’un syndicat particulier qui est difficile à trouver – et il est inévitable qu’une poignée d’écrivains soient chargés de couvrir un mouvement de millions avec peu de ressources sur lesquelles puiser (je m’inclus ici). La réponse à ce problème ne viendra que lorsque nous aurons un mouvement syndical combattant. Malgré les signes encourageants des derniers mois – Striketober et autres – nous ne sommes même pas encore près de cela.

Il est vrai, comme le dit la journaliste syndicale indépendante Kim Kelly à Smith, que la vague de syndicalisation dans les médias explique en partie l’intérêt croissant pour le beat parmi les journalistes eux-mêmes. Je l’ai vu un nombre incalculable de fois : des écrivains qui ont peut-être auparavant accepté l’histoire standard du travail comme étant guindée et ennuyeuse et vaguement inconvenante passent eux-mêmes par le processus d’organisation et réalisent que c’est un monde de drame et d’enjeux élevés et de vraies nouvelles sous-couvertes, et ils déplacent leur attention en conséquence. Kelly elle-même en est un exemple, étant passée de la couverture musicale à la couverture du travail après s’être syndiquée chez Vice, où elle travaillait auparavant. C’est l’avantage supplémentaire de la syndicalisation des journalistes : cela conduit à une meilleure couverture syndicale.

Mais de même qu’il est important de situer le discours actuel sur une vague de grèves dans le contexte historique des vagues de grèves précédentes – alors qu’aujourd’hui on parle d’une augmentation des grèves dans le secteur privé, avec des dizaines de milliers de travailleurs sur les lignes de piquetage, dans la vague de 1946 , le nombre était de millions – il vaut donc aussi la peine de considérer à quoi ressemblait autrefois la presse syndicale.

À la fin des années 1800, presque tous les quotidiens de la ville de New York avaient leur propre journaliste syndical et les hebdomadaires syndicaux locaux indépendants proliféraient. En 1925, il y avait soixante-douze journaux et magazines publiant sur des sujets liés au travail à Chicago seulement, et nombre de ces journaux étaient publiés dans des langues autres que l’anglais. Ces publications étaient souvent directement liées au mouvement ouvrier : l’International Workers of the World possédait une imprimerie et les syndicats publiaient leurs propres journaux, qui étaient distribués aux délégués syndicaux et aux dirigeants syndicaux locaux. Le service d’information syndicale de Federated Press a été lancé en 1919, et des programmes de radio syndicale se sont répandus dans tout le pays dans les années 1930 et 1940.

Une grande partie de cette couverture a été produite par les travailleurs eux-mêmes, certains d’entre eux étant formés dans des écoles ouvrières créées par les syndicats et les radicaux. Comme le dit un manuel d’organisation, « rien de ce qui arrive au travailleur n’est sans importance ». Former les travailleurs à raconter leurs propres histoires, à faire des reportages sur les négociations contractuelles et les lignes de piquetage, était essentiel pour contrer le parti pris des chiffons capitalistes.

Il y a peu de projets de ce type aujourd’hui, parce que le travail organisé n’a pas seulement été en déclin mais a effectivement touché le fond – il est sur le terrain. J’anime un atelier d’écriture pour les organisateurs à travers La forge, et le mouvement ouvrier parle de ce à quoi ressembleraient les écoles ouvrières expansives aujourd’hui, mais l’infrastructure fait toujours défaut, et c’est ce qui est nécessaire si nous voulons transformer l’intérêt croissant pour le mouvement ouvrier au sens large en un mouvement ouvrier sain presse.

Smith mentionne à juste titre Notes de travail dans sa chronique ; c’est le pilier de ces efforts, un projet médiatique qui est aussi un projet d’organisation. Tous les médias prennent parti, mais Notes de travail a longtemps été le rare débouché aux États-Unis qui non seulement se range du côté des travailleurs de base, mais qui est en grande partie de et par ces travailleurs, publiant des dépêches depuis leurs lieux de travail et coordonnant des réseaux à travers les syndicats. jacobin, gère également de nombreux comptes de travailleurs – pour des raisons évidentes, nous avons une relation étroite avec Notes de travail. Nous pouvons le faire, cependant, parce que ce sont des projets politiques ; Notes de travail a été créé par les socialistes, un milieu de militants au sein du mouvement ouvrier.

Quant aux médias corporatifs, ils ont encore du chemin à parcourir avant de pouvoir se vanter d’être quelque chose de proche du prolabor.

Comme l’écrit Christopher Martin dans N’est plus digne d’intérêt : comment les médias grand public ont abandonné la classe ouvrière, les médias grand public imaginent leur public comme des consommateurs de la classe moyenne supérieure plutôt que comme des travailleurs, et leur couverture en découle. C’est un produit du pivot des publications vers un lectorat plus riche, laissant tomber les lecteurs de la classe ouvrière dans ce que certains experts ont appelé la « circulation rationnée », un changement qui était en cours dans les années 1960.

Comme Martin le détaille, à cette époque, le Washington Post couper la distribution dans les quartiers noirs « afin d’améliorer la qualité de son profil d’audience démographique à des fins démographiques. Les Los Angeles Times renoncé aux « sections ouvrières de [the] ville.” Comme un New York Times dans Éditeur et éditeur disons-le en 1970, le lectorat apprécié du journal était les « New York Smarties ». « Les deux tiers d’entre eux ont fréquenté l’université. Plus de 500 000 détiennent des diplômes d’études supérieures. Ce sont les gens qui lisent le New York Times“, note le texte de l’annonce.

« Les médias d’information grand public ont recentré leur public cible à la fin des années 1960 et au début des années 1970 et ont commencé à faire des griefs attisants de la classe moyenne contre la classe ouvrière un élément fondamental de leur couverture », écrit Martin. Dans la couverture du travail, « il est devenu normal de présenter les consommateurs de la classe moyenne comme les victimes mécontentes des revendications de la classe ouvrière. Ce n’est pas que de nombreux membres de l’auditoire de l’information ne faisaient pas également partie de la même « classe ouvrière » américaine au sens large. C’est que les médias d’information traditionnels ont commencé à s’adresser à leur public en tant que consommateurs ambitieux ou véritablement mobiles vers le haut, quelque peu différents des travailleurs syndiqués.

Martin utilise le New York Times pour illustrer le changement de couverture. Dans un article de 1941 sur une grève du Transport Workers Union, « aucun motard n’a été cité ; aucun n’a été identifié sur les photos. Au lieu de cela, l’histoire s’est penchée sur les problèmes de contrat, puis sur la réponse du maire Fiorello La Guardia à la grève. En 1983, les reportages du journal sur une grève des chefs de train et des travailleurs des Syndicats unis des transports mettaient en vedette des navetteurs incommodés au premier plan – littéralement, le journal diffusant une photo desdits navetteurs en col blanc en première page.

Malgré l’émergence d’une couverture du travail plus conviviale ces derniers temps, il s’agit toujours d’un cadre courant : pensez à des articles sur la façon dont l’adhésion à la loi californienne AB5 aurait forcé Uber et Lyft à augmenter les prix pour les clients (spoiler : les sociétés de covoiturage ont quand même augmenté les prix) . Tel est le modèle lorsque les publications imaginent leur public comme la classe aisée plutôt que comme la classe ouvrière.

Interrogé sur l’avenir du mouvement ouvrier il y a quelques années, Jaffe a fait la prédiction suivante : par les travailleurs qu’il couvre, pas seulement une petite élite dans les grandes villes côtières. Il y a eu des progrès, mais nous n’en sommes pas encore là.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici