Le Liban va inviter les États-Unis à servir de médiateur pour les pourparlers sur la frontière maritime avec Israël | Actualités énergétiques

0
134

Beyrouth, Liban – Le Liban a accepté d’appeler les États-Unis à reprendre la médiation des pourparlers indirects sur la frontière maritime, après l’arrivée d’un navire dans les eaux contestées pour produire du gaz pour Israël.

Le président Michel Aoun et le Premier ministre par intérim Najib Mikati se sont rencontrés lundi et ont convenu d’inviter à Beyrouth le conseiller principal et médiateur américain en matière d’énergie, Amos Hochstein.

Le député Elias Bou Saab, conseiller du président Aoun pour la coopération internationale, aurait parlé à Hochstein après la réunion pour planifier une date de visite.

Le ministère israélien de la Défense a déclaré que le différend serait résolu par la médiation américaine. Le Liban et Israël n’ont pas de relations diplomatiques et sont officiellement ennemis.

Un navire exploité par Energean est arrivé dimanche dans les eaux contestées pour produire du gaz pour Israël, provoquant la colère des responsables libanais.

Les autorités israéliennes affirment que la zone, connue sous le nom de champ de Karish, relève de sa zone économique exclusive. Le Liban affirme qu’une partie du champ relève de son territoire maritime revendiqué en cours de négociation.

Une précédente série de pourparlers pour résoudre le différend qui dure depuis des décennies a commencé en octobre 2020 au quartier général des forces de maintien de la paix de l’ONU dans le sud du Liban, mais les négociations se sont enlisées en quelques semaines.

Hochstein a depuis eu recours à la navette diplomatique entre Beyrouth et Tel-Aviv pour tenter de sortir de l’impasse, sans succès.

Amos Hochstein a eu recours à la navette diplomatique entre Beyrouth et Tel-Aviv [File: Wael Hamzeh/EPA]

Bien que les tensions éclatent désormais entre les deux pays, la ministre israélienne de l’énergie, Karine Elharrar, a rejeté les inquiétudes concernant un conflit potentiel et a rejeté les revendications du Liban sur le territoire, les qualifiant de “très éloignées de la réalité”.

Pendant ce temps, de hauts responsables libanais ont accusé Israël d’une agression dans les eaux contestées. Le Premier ministre Mikati a déclaré qu’Israël imposait un “fait accompli” pour tenter de faire basculer les négociations en sa faveur.

“Une décennie d’opportunités perdues”

Alors que le Liban s’efforce d’arrêter les préparatifs d’Israël pour produire du gaz sur le site de Karish, des experts ont fustigé de hauts responsables libanais pour ne pas avoir revendiqué la plus grande étendue de territoire maritime possible.

Le Liban a publié en 2011 le décret 6433 aux Nations Unies concernant ses revendications sur le territoire maritime de la mer Méditerranée, surnommée la ligne 23, qui ne croise pas le champ de Karish.

Cependant, des études menées par le Bureau hydrographique du Royaume-Uni et plus tard par l’armée libanaise ont indiqué que le Liban pourrait revendiquer 1 430 km2 supplémentaires (889 milles carrés), qui pénètrent dans le champ de Karish. Il s’agit de la ligne 29, mais le Liban n’a jamais modifié le décret 6433.

“L’armée a mené des études approfondies sur la ligne 29, et elle a des considérations techniques et juridiques valables”, a déclaré Marc Ayoub, chercheur associé à l’Institut Issam Fares de l’Université américaine de Beyrouth à Al Jazeera.

“Nous avons perdu une décennie d’opportunités d’atteindre un point où nous perdons notre [economic] droits.”

Le gouvernement libanais a du mal à maintenir le fonctionnement de ses institutions, car les perspectives de réforme et de reprise économiques sont entravées par les querelles politiques entre les élites dirigeantes et la mauvaise gestion systématique des ressources.

En avril 2021, le Premier ministre par intérim Hasan Diab a approuvé un projet de décret modifiant le décret 6433 qui élargirait les revendications du Liban, mais le président Michel Aoun n’a pas encore signé le document.

“Il a dit que c’était parce que le projet de décret émanait d’un gouvernement intérimaire et parce que les négociations avec les États-Unis étaient déjà ouvertes”, a déclaré Ayoub.

Le député Melhem Khalaf prend la parole lors d'une conférence de presse alors qu'il montre une carte de la ligne 29 au bâtiment du Parlement libanais à Beyrouth
Le député Melhem Khalaf prend la parole lors d’une conférence de presse alors qu’il montre une carte de la ligne 29 au bâtiment du Parlement libanais au centre-ville de Beyrouth, au Liban [Wael Hamzeh/EPA-EFE]

Certains parlementaires ont réagi aux récents développements en appelant le gouvernement et le président à amender le décret. Le député Hassan Mourad, allié au Hezbollah, a présenté lundi au Parlement un projet de loi modifiant le décret 6433 pour étendre les revendications du Liban sur la ligne 29.

Pendant ce temps, 13 députés anti-establishment, appelés localement les forces du changement, ont appelé lors d’une conférence de presse le gouvernement et le président à remettre un décret 6433 modifié aux Nations Unies, à envoyer une lettre d’avertissement à Energean et à déposer une plainte contre Israël. au Conseil de sécurité de l’ONU.

“En vertu du droit international public et des accords internationaux, nous avons la légitimité pour imposer cette question”, a déclaré le législateur Melhem Khalaf du bloc.

Le législateur Mark Daou du même bloc a déclaré à Al Jazeera qu’il n’y avait aucune excuse valable pour le président Aoun et le gouvernement pour ne pas signer un décret modifié.

“Rien ne les arrête”, dit-il. « Le Liban devrait faire ce qu’il aurait dû faire dès le premier jour ; envoyer une carte mise à jour reconnaissant la ligne 29 comme ligne souveraine pour le Liban.

Pas de position unifiée

Le Parlement doit se réunir mardi, mais le décret 6433 n’est pas à l’ordre du jour.

Le bureau du Premier ministre par intérim Najib Mikati n’a pas répondu à la demande de commentaires d’Al Jazeera, pas plus que le ministre de l’Énergie par intérim Walid Fayyad.

Le député Alain Aoun, haut législateur du parti du président Aoun, le Courant patriotique libre, affirme que la situation n’est pas aussi simple que le prétendent les critiques.

“C’est plus complexe que de simplement signer [the decree]», a déclaré Aoun à Al Jazeera, sans divulguer plus de détails.

Depuis fin 2019, le Liban subit un effondrement financier et économique. La livre libanaise a perdu 90 % de sa valeur par rapport au dollar américain et 80 % de la population du pays vit dans la pauvreté.

Alors qu’une industrie pétrolière et gazière naissante ne lui suffirait pas pour rembourser ses dettes gonflantes et rembourser des millions dont les économies étaient piégées dans les banques du pays, les experts disent que le Liban perd une opportunité économique de renflouer ses caisses.

Des véhicules de maintien de la paix de l'ONU passent devant un drapeau du Hezbollah et une statue du défunt général iranien Qassem Soleimani, alors qu'ils patrouillent sur une route le long de la ville frontalière libano-israélienne de Naqoura, au Liban
Des véhicules de maintien de la paix de l’ONU passent devant un drapeau du Hezbollah et une statue du défunt général iranien Qassem Soleimani, alors qu’ils patrouillent sur une route le long de la ville frontalière libano-israélienne de Naqoura, au Liban [Mohammed Zaatari/AP Photo]

« Une mauvaise gouvernance, une incapacité à élaborer une stratégie et à mettre en œuvre une vision pour le secteur ont entravé les perspectives du Liban de développer une industrie pétrolière et gazière qui, au moins, répondrait aux besoins énergétiques domestiques du pays ou même la positionnerait comme une exportation possible pour l’Europe. qui cherche des alternatives au gaz russe », a déclaré à Al Jazeera Sibylle Rizk, directrice des politiques publiques du groupe de défense libanais Kulluna Irada.

Mais dans l’intervalle, alors que le Liban s’efforce de remettre les pourparlers indirects sur les rails, Rizk s’est dit préoccupé par le fait que l’absence d’une position unifiée parmi les dirigeants politiques libanais pourrait entraîner une débâcle diplomatique.

« Est-ce la ligne 23 ou la ligne 29 ? L’armée libanaise et la délégation de Naqoura ont construit un dossier solide pour la ligne 29, mais la position officielle est toujours à la ligne 23 », a déclaré Rizk.

“Ce manque de clarté laisse la porte ouverte à toutes sortes d’interventions étrangères et de marchandages politiques qui pourraient profiter à certaines parties prenantes, mais certainement pas à l’intérêt collectif du peuple libanais”.

Des pourparlers sont en cours entre des responsables libanais. Suite aux entretiens d’Aoun avec Mikati, le ministre des Affaires étrangères par intérim, Abdullah Bou Habib, a rencontré le président Nabih Berri.

Mais il n’est pas clair si un accord est probable, ni si les autorités modifieront le décret 6433.

Lorsqu’un journaliste a demandé à Bou Habib pourquoi le président Aoun n’avait pas encore signé le décret, il lui a dit “d’aller demander au palais présidentiel”.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/6/lebanon-agrees-to-call-on-us-to-mediate-maritime-border-talks

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire