Forte croissance de l’emploi en mai, la pression salariale s’atténue

0
52

La baisse du chômage due aux démissions sape l’histoire d’un marché du travail hors de contrôle.

L’économie a créé 390 000 emplois en mai, tandis que le chômage est resté inchangé à 3,6 % pour le troisième mois consécutif. Le rapport de mai a montré clairement que le marché du travail se normalise, la croissance des salaires continuant de ralentir.

Le taux annualisé de croissance des salaires comparant les trois derniers mois (mars, avril et mai) aux trois mois précédents (décembre, janvier et février) était de 4,3 %, en baisse par rapport à l’augmentation de 5,2 % d’une année sur l’autre. Ce taux n’est que modérément supérieur au taux record de 3,6 % en glissement annuel atteint en février 2019. Cela signifie que si nous nous préoccupons de l’inflation sous-jacente plutôt que des chocs d’offre, la majeure partie du travail de la Fed a été effectuée.

La part du chômage due aux départs volontaires est en baisse

La part du chômage due aux départs volontaires a légèrement diminué à 12,8 %. C’est un signe que les travailleurs perçoivent qu’ils ont moins de pouvoir de négociation. Il a culminé à 15,1% en février. Il a également atteint des niveaux supérieurs à 15,0 % juste avant la pandémie et en 2000. Ce n’est pas un marché du travail dans lequel les travailleurs se sentent totalement à l’aise de quitter leur emploi.

Les heures sont également stables

Plus tôt dans la reprise, les employeurs ont augmenté la durée de la semaine de travail moyenne pour atteindre un sommet de 35 heures en janvier 2021, contre une moyenne annuelle de 34,4 heures en 2019. Cela était probablement dû à la difficulté d’embaucher des travailleurs. La semaine de travail moyenne a été de 34,6 heures au cours des trois derniers mois. Cela correspond à une histoire où la plupart des employeurs n’éprouvent plus beaucoup de difficulté à embaucher des travailleurs.

Le ralentissement de la croissance des salaires est généralisé

La croissance des salaires la plus rapide de la reprise s’est produite dans le bas du marché du travail, mais le ralentissement se manifeste également ici. Le taux annuel pour les travailleurs de la production et non superviseurs était de 5,1 %, MAIS était en baisse par rapport à 6,5 % d’une année sur l’autre lorsque l’on compare la croissance des salaires au cours des trois derniers mois avec les trois mois précédents. Dans les hôtels et restaurants, il était de 9,5 %, contre 11,8 % en glissement annuel.

Le secteur privé est presque revenu au niveau d’emploi d’avant la pandémie

Le secteur privé a ajouté 333 000 emplois en mai, le laissant en baisse de seulement 207 000 par rapport à son niveau d’avant la pandémie. Il franchira probablement ce seuil en juin.

Les gains d’emplois sont largement répartis dans tous les secteurs

La construction a ajouté 36 000 emplois en mai, plaçant son emploi 40 000 au-dessus du niveau d’avant la pandémie.

La fabrication a ajouté 18 000 emplois en mai, laissant son emploi à seulement 17 000 en dessous du niveau d’avant la pandémie. Le transport aérien et le camionnage ont créé respectivement 5 700 emplois et 13 300 emplois en mai, laissant l’emploi dans les secteurs 6,3 % et 4,3 % au-dessus du niveau d’avant la pandémie.

Les foyers de soins infirmiers et les garderies à bas salaire ont encore du mal à trouver des travailleurs

Les foyers de soins ont ajouté 1 300 emplois en mai, tandis que les garderies ont ajouté 1 500 emplois. L’emploi dans les deux secteurs est toujours en baisse de plus de 10 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie.

Le secteur des loisirs et de l’hôtellerie crée 84 000 emplois

Le secteur des loisirs et de l’hôtellerie a été le plus durement touché par les fermetures pandémiques. Il crée des emplois à un rythme rapide, mais l’emploi est encore bien en deçà des niveaux d’avant la pandémie. Le secteur des arts et du divertissement a ajouté 16 200 emplois, maintenant une baisse de 211 000 emplois par rapport au niveau d’avant la pandémie. Les hôtels et restaurants ont créé respectivement 21 400 et 46 100 emplois. L’emploi dans les secteurs est désormais en baisse de 383 000 et 751 000 emplois, respectivement par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Il convient de noter que, malgré la baisse de l’emploi, les ventes réelles des restaurants sont bien supérieures au niveau d’avant la pandémie.

L’éducation des gouvernements d’État et locaux a le plus grand gain d’emplois en un an

L’éducation des gouvernements d’État et locaux a ajouté un total de 50 700 emplois en mai. Il s’agit du gain le plus important depuis juillet 2021. L’emploi dans l’enseignement public est toujours inférieur de 280 500 à son niveau d’avant la pandémie, car les écoles ont eu du mal à attirer des travailleurs. Le saut de mai est un grand pas vers l’inversion de ce déficit.

Le secteur du commerce de détail affiche d’importantes pertes d’emplois en mai

Le secteur du commerce de détail a perdu 60 700 emplois en mai, dont 32 700 dans les magasins de marchandises diverses. Cela est cohérent avec les rapports de baisse de la demande de Target, Amazon et d’autres grandes chaînes. Avec ces chaînes signalant une surabondance de marchandises et une perte de pouvoir sur les prix, nous pourrions bientôt voir des prix plus bas pour de nombreux articles.

Hausse de la participation au marché du travail pour les travailleurs dans la force de l’âge

Le taux d’activité global de la population active a légèrement augmenté de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 62,3 %, mais le taux d’activité des travailleurs d’âge très actif (25 à 54 ans) a augmenté de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 82,6 %, 0,5 point de pourcentage en dessous du pic pré-pandémique mais au-dessus du moyenne 2019. La hausse était due à une augmentation de 0,4 point de pourcentage pour les femmes dans la force de l’âge (le taux pour les hommes était inchangé) à 76,6%, soit 0,3 point de pourcentage en dessous du pic pré-pandémique. De toute évidence, il n’y a pas eu de “grande démission”.

Le travail indépendant augmente en mai

Le nombre de travailleurs autonomes constitués en société et non constitués en société a augmenté en mai. Il se situe désormais à plus de 1,1 million au-dessus de son niveau d’avant la pandémie. Plus tôt dans la reprise, il était plausible que de nombreux travailleurs se soient tournés vers le travail indépendant parce qu’ils n’étaient pas en mesure d’obtenir un emploi salarié régulier ; avec un taux de chômage bien inférieur à 4,0 %, ce n’est plus le cas. Ce saut dans le travail indépendant est par choix.

Un autre rapport très positif sur l’emploi

Le rapport sur l’emploi de mai était à peu près aussi bon qu’on aurait pu l’espérer. Elle a continué d’afficher une forte croissance de l’emploi, mais aussi une normalisation du marché du travail qui devrait apaiser les craintes de surchauffe de l’économie et de spirale prix-salaires. La croissance des salaires ralentit clairement, elle ne s’accélère pas comme le voudrait la spirale salaires-prix.

Dans le même temps, la plupart des données ressemblent beaucoup à la forte période pré-pandémique. La plupart des mesures des taux d’emploi et de participation à la population active sont proches des sommets pré-pandémiques et supérieurs aux moyennes de 2019. Bien que l’emploi salarié soit toujours inférieur au niveau d’avant la pandémie, il est important de se rappeler que si nous ajoutons le travail indépendant, les niveaux actuels sont considérablement plus élevés.

Cela est apparu pour la première fois sur le blog Beat the Press de Dean Baker.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/06/strong-job-growth-in-may-wage-pressure-eases/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire