Le libéralisme de la guerre froide est de retour

0
187

Cette année, les prestigieuses conférences Carlyle à l’Université d’Oxford ont été données par Samuel Moyn, et son sujet était le libéralisme de la guerre froide. C’était un cas d’histoire intellectuelle en avance sur son temps. Les conférences de Moyn ne datent que de quelques semaines, mais ses personnages ont depuis quitté le pupitre pour se déchaîner dans des articles d’opinion, comme des personnages de cire échappés de Madame Tussauds. Isaiah Berlin nous apprend à voir le motif du tapis russe ; Hannah Arendt nous avait mis en garde contre l’expansionnisme russe et les usages révisionnistes de l’histoire ; Judith Shklar nous avait mis en garde contre le manque de confiance en soi du libéralisme. Nous avons été prévenus, et pourtant nous n’avons pas écouté.

L’agression russe en Ukraine a déclenché une renaissance du libéralisme de la guerre froide de la même manière qu’un marteau à réflexe déclenche une réaction rotulienne. On perd le compte des articles d’opinion affirmant que nous sommes revenus aux années de l’après-Seconde Guerre mondiale. Des notions telles que le «monde libre», «l’Occident» et «l’empire du mal» ont été récupérées de leurs pots de formaldéhyde. La guerre froide est la nouvelle boussole intellectuelle qui nous aidera à naviguer dans un monde qui oppose une fois de plus les démocraties au totalitarisme.

La réponse instinctive est complète avec tout l’attirail de la guerre froide, à commencer par un ennemi déterminé à dominer le monde. L’intention de Vladimir Poutine de reconstituer l’Union soviétique ou l’Empire russe est tenue pour acquise. L’Ukraine a été réduite à un morceau d’un jeu de dominos vintage des années 1960 : s’il tombe, les chars russes traverseront inexorablement la Pologne et se présenteront à la porte de Brandebourg. Peu importe s’ils ont été coincés pendant deux semaines dans un embouteillage dans la périphérie de Kiev avant de rebrousser chemin. Rien de moins qu’une alliance mondiale des démocraties ne pourra conjurer la menace totalitaire.

Inutile de dire que la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine est indéfendable, et Kiev mérite toute l’assistance possible, à l’exception d’un engagement militaire, dans ses efforts pour repousser l’invasion et parvenir à un règlement diplomatique. Le risque d’escalade ne doit pas non plus être sous-estimé. Et il se pourrait bien que les dirigeants russes aient l’intention de reconstruire une périphérie impériale. Pourtant, aucun de ces faits ne justifie un retour au libéralisme de la guerre froide.

La période entre 1945 et 1989 avait peu de choses en commun avec la situation actuelle. Le monde est moins cohérent idéologiquement qu’il ne l’était alors. Elle n’est pas divisée en blocs bien définis. Le triomphe de l’internationalisme libéral en a fait un assemblage tuméfié tenu par la colle de l’histoire en pot. Il s’agit désormais moins d’un projet cohérent que d’un catalogue de vente par correspondance pléthorique dans lequel on peut choisir des articles discrets. Le résultat, comme l’a récemment suggéré Robert Kaplan, est qu’il est devenu “incertain que la démocratie parlementaire soit une nécessité absolue pour que l’esprit général du libéralisme se développe”. De la direction de Pékin aux néoréactionnaires de la Silicon Valley et à un nombre croissant de républicains, beaucoup de gens seraient d’accord. Une telle polyvalence est la raison pour laquelle le libéralisme n’a pas de véritables challengers, mais aussi pourquoi il n’a plus non plus un sens clair de son objectif. Au mieux, c’est une feuille de vigne pour l’hégémonie.

C’est ce manque de définition qui rend la clarté de la guerre froide si attrayante aujourd’hui. Jusqu’à il y a quelques semaines, se pencher sur la disparition de l’internationalisme libéral était une sorte d’industrie artisanale. Même ses partisans les plus ardents, comme John Ikenberry ou Francis Fukuyama, avaient commencé à reconnaître qu’il y avait beaucoup de choses qui n’allaient pas – le néolibéralisme en premier lieu. Pour beaucoup d’autres, la recherche ouverte d’un ordre international alternatif était en bonne voie.

Toute cette introspection a été interrompue au moment où le premier char russe est entré en Ukraine. Le doute de soi et l’introspection ne sont plus de mise. Les réservistes ont repris le service. Comme les pilotes pilotant des Sukhois de l’ère soviétique réutilisés, les internationalistes libéraux ont soutenu les défenses de l’Occident avec du matériel de propagande désuet. Depuis un avant-poste avancé à Skopje, Francis Fukuyama a récemment annoncé la renaissance de “l’esprit de 1989” et une “nouvelle naissance de la liberté” qui suivrait une “défaite” russe. Enfin, l’histoire peut se terminer à nouveau.

Cette nostalgie de la guerre froide est sélective. De l’original, il conserve le retour en arrière sur le confinement et le Dr Folamour sur Henry Kissinger. L’ambiance est nettement néoconservatrice, tandis que le réalisme a mauvaise presse. William Kristol récemment tweeté que son candidat idéal serait un « Zelensky démocrate ». Ce type d’intransigeance morale est une formule gagnante en temps de guerre – mais malheureusement, elle tend également à les déclencher. Eliot Cohen, un ancien conseiller au Département d’État, a récemment suggéré que « les Russes n’ont pas . . . domination de l’escalade» et que les États-Unis ne devraient donc « pas craindre de combattre les Russes » en Ukraine – un pari fou sur un pays qui a plus d’ogives nucléaires que les États-Unis. En comparaison, les interventions passées contre des armées hétéroclites au Moyen-Orient et des insurgés retranchés dans l’Hindu Kush ressembleraient à un exercice de retenue tantrique.

Ce n’est pas seulement que le doute de soi et l’introspection des libéraux étaient injustifiés : on suppose maintenant qu’ils faisaient partie du problème depuis le début. Après 1989, le libéralisme était devenu obsolète : la « satisfaction des demandes sophistiquées des consommateurs » avait remplacé la « volonté de risquer sa vie pour un but purement abstrait », comme l’observait Fukuyama à l’époque. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que le « dernier homme » quitte son canapé et rejoigne une brigade internationale.

Nous payons maintenant le prix de cette indulgence, nous disent les experts libéraux. Le libéralisme est devenu « complaisant ». Michael Ignatieff a récemment suggéré que l’obsession du soft power a adouci les internationalistes libéraux. Il est temps de s’équiper et d’enfiler les treillis de combat. Oublier le doux commerce: ce qu’il faut, ce sont des Master Classes sur les zones d’exclusion aérienne et les missiles Javelin. Fukuyama, qui semble piloter des drones pendant son temps libre, est en admiration devant les plus grands modèles turcs. Ne serait-il pas formidable de piloter un Bayraktar TB2 ? Point bonus : l’acronyme des drones moyenne altitude et longue endurance est MALE. Pour vaincre un homme fort, vous devez en devenir un.

L’affirmation que les internationalistes libéraux ont adoucie est ridicule. Au contraire, c’est le contraire qui est vrai : le projet libéral a été meurtri par trop d’engagements catastrophiques dans les guerres éternelles de l’Amérique et trop d’échecs nationaux. Plutôt que de reconnaître ces échecs, les passionnés de drones et les Spartans de fauteuil d’aujourd’hui les blâmeraient plutôt sur la politique identitaire, Black Lives Matter ou les mouvements pour une plus grande justice sociale. Ne serait-ce que pour des raisons stratégiques, le libéralisme originel de la guerre froide était capable d’accommoder des étapes importantes en faveur de la justice sociale et raciale. La nouvelle version a clairement indiqué que ce ne sera pas le cas.

Pour les internationalistes libéraux de tous bords, la guerre en Ukraine a été une occasion fortuite de revigorer un projet moribond. Pourquoi il pourrait résoudre les problèmes qu’il a créés en premier lieu n’est pas clair. Comment cela pourrait les aggraver est évident.

Quant à la guerre froide, elle a été une tragédie pour des millions de personnes. Rien ne garantit qu’il ne se répétera que comme farce.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire