Le meurtre de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, expliqué

0
38

Pendant plus de deux décennies, la journaliste Shireen Abu Akleh a couvert les violations des droits humains dans le territoire palestinien occupé. Une génération a grandi en regardant le diffuseur Al Jazeera décomposer certaines des nouvelles les plus difficiles à couvrir.

Mercredi matin, heure locale, elle a été tuée par balle alors qu’elle faisait de même, en faisant un reportage sur un raid de la ville cisjordanienne de Jénine par les Forces de défense israéliennes (FDI).

Dans un communiqué, Al Jazeera, le réseau d’information arabe basé au Qatar, a accusé les forces israéliennes de l’avoir tuée, qualifiant cela de “meurtre flagrant” et de “crime odieux, qui vise uniquement à empêcher les médias de faire leur devoir”. Le ministère palestinien de la Santé a également blâmé l’armée israélienne.

Israël a attribué la mort d’Abu Akleh à des hommes armés palestiniens, affirmant qu’elle avait été prise entre deux feux. Plusieurs témoins, cependant, ont déclaré qu’il est plus probable qu’elle ait été abattue par les forces de Tsahal que par un Palestinien. Si cela se confirme, le meurtre d’Abu Akleh s’inscrira dans un schéma plus large d’attaques contre la presse en Palestine et dans la violence systémique contre les Palestiniens plus largement.

Le langage qu’un porte-parole israélien a utilisé mercredi pour décrire le travail des journalistes palestiniens a souligné cette réalité. Le porte-parole de l’armée israélienne, Ran Kochav, a déclaré : « Ils sont armés de caméras, si vous me permettez de le dire », et a ainsi établi une comparaison non subtile entre le travail du journalisme et celui de la violence.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a annoncé une enquête et publié des images de caméras corporelles de l’armée, adoptant un ton plus prudent que les déclarations israéliennes précédentes. Les autorités palestiniennes ont refusé de participer à l’enquête.

Si une enquête finit par trouver des soldats israéliens responsables, ce ne serait pas la première fois que l’armée du pays cible la presse. Israël a tué plus de 50 journalistes palestiniens depuis 2001, selon le Syndicat du journalisme palestinien, et Reporters sans frontières a recensé plus de 144 journalistes blessés au cours des quatre dernières années seulement. « En ce qui concerne l’événement lui-même, malheureusement, il n’est pas unique, pas différent », déclare Saleh Hijazi, directeur adjoint du programme Moyen-Orient d’Amnesty International. “Cela correspond à un schéma, un schéma d’homicides illégaux, ainsi qu’un schéma de ciblage des journalistes et des défenseurs des droits humains.”

Ce que l’on sait de la mort d’Abu Akleh

Abu Akleh était devenue une voix médiatique de premier plan lorsqu’elle a rendu compte du soulèvement de 2001, ou Intifada, qui a marqué les deux dernières décennies d’inertie violente entre Israël et la Palestine. Elle avait continué à documenter l’occupation israélienne et la vie quotidienne des personnes vivant en Palestine, et était l’un des visages les plus connus du journalisme palestinien.

“Elle était la voix de la Palestine auprès du reste du monde arabe et de sa diaspora”, a déclaré Mezna Qato, historienne à l’Université de Cambridge. “C’est elle qui a forcé le monde arabe à se souvenir, à affronter et à prendre au sérieux ce que signifie se désengager de la question de Palestine.”

Mercredi, elle faisait un reportage depuis Jénine, où les FDI avaient été conduisant, comme il le dit, “Activité antiterroriste pour appréhender des terroristes présumés.” Les forces israéliennes ont mené davantage de raids à Jénine après plusieurs attaques meurtrières récentes en Israël, qu’Israël a attribuées à des militants de la ville.

Abu Akleh et environ quatre autres journalistes sont arrivés à Jénine tôt mercredi matin. Des affrontements entre les FDI et des hommes armés palestiniens ont été signalés dans la ville. Réunis à plusieurs centaines de mètres des forces israéliennes, les journalistes regardaient de loin un raid israélien sur une maison palestinienne. Au crépitement des coups de feu, le groupe s’est mis à couvert, mais Abu Akleh semblait déjà avoir été abattu. Selon l’Associated Press, elle a été amenée à l’hôpital, où elle est décédée.

Ali Samoudi, son producteur, qui a également été abattu et est actuellement à l’hôpital, a déclaré Les forces israéliennes l’ont abattue. Deux témoins palestiniens ont également attribué le meurtre aux forces israéliennes, déclarant au Times of Israel que les bâtiments autour de la zone étaient remplis de soldats.

Un fragment de la balle a été retiré de sa tête lors de l’autopsie; le directeur de l’institut médico-légal palestinien a déclaré qu’il n’était pas encore en mesure d’identifier qui l’avait tiré.

Samoudi a déclaré qu’il n’y avait pas de combattants palestiniens armés à proximité et qu’Abou Akleh avait été tué “de sang-froid”.

Le chef de l’armée israélienne, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a déclaré à l’AP : “A ce stade, nous ne pouvons pas déterminer par qui elle a été blessée et nous regrettons sa mort”. Cependant, des déclarations antérieures du gouvernement blâmaient plus directement les Palestiniens. Le fil Twitter de l’armée israélienne mentionné il « enquêtait sur l’événement et examinait la possibilité que des journalistes aient été touchés par les hommes armés palestiniens ». Cette explication a été reprise par le Premier ministre israélien Naftali Bennett, qui a déclaré que « des Palestiniens armés ont tiré de manière inexacte, aveugle et incontrôlée » pendant l’opération de Tsahal.

« Nos forces de Tsahal ont riposté de manière aussi précise, prudente et responsable que possible. Malheureusement, la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh a été tuée dans l’échange », a déclaré Bennett. Le ministère israélien des Affaires étrangères a partagé une vidéo d’hommes armés palestiniens actifs dans la ville mercredi pour étayer ces affirmations.

Mais un chercheur de l’éminente organisation israélienne de défense des droits humains B’Tselem analysé les images et ont rapporté que le tireur dans la vidéo se trouvait entièrement dans un endroit séparé à Jénine.

Les dirigeants israéliens, y compris le Premier ministre et le secrétaire à la Défense, ne se prononcent généralement pas sur de telles choses ; qu’ils aient publié des déclarations dans ce sens au sujet d’Abu Akleh montre le poids de ce meurtre.

Les deux derniers mois ont vu une augmentation significative de la violence en Israël et en Palestine, avec le plus de morts au cours de cette période depuis 2008, selon Amnesty International. Amnesty a recensé 34 Palestiniens tués, dont six enfants, en mars et avril, et 18 personnes ont été tuées dans des villes israéliennes lors d’attaques ces dernières semaines.

“Vous avez cela uniquement parce qu’il n’y a pas de traitement des causes profondes, qui est l’apartheid, parce qu’Israël est en mesure de profiter de cette impunité, principalement en raison du rôle que jouent les États-Unis et d’autres alliés occidentaux”, a déclaré Hijazi.

Pourquoi Israël ne peut pas enquêter lui-même

Ambassadeur des États-Unis en Israël Thomas Nides mentionné qu’il a encouragé “une enquête approfondie sur les circonstances de [Abu Akleh’s] la mort et la blessure d’au moins un autre journaliste aujourd’hui à Jénine. Ned Price, porte-parole du département d’État mentionné“les responsables doivent être tenus responsables.”

Le gouvernement israélien a déclaré qu’il enquêterait conjointement sur le meurtre avec l’Autorité palestinienne, mais la partie palestinienne a refusé de fournir le corps d’Abu Akleh.

Cela a probablement quelque chose à voir avec le fait que le gouvernement israélien n’a pas de bons antécédents en matière d’enquête sur ses propres crimes. Israël n’autorise pas les enquêtes internationales sur les violations dans le pays ou les territoires occupés et, ces dernières années, a choisi de ne pas coopérer ou de ne pas donner accès aux commissions des Nations Unies ou aux rapporteurs spéciaux. Israël a même désigné la première organisation de défense des droits des Palestiniens Al-Haq comme une organisation terroriste, dans ce que les experts ont qualifié de représailles pour la documentation d’Al-Haq sur les violations sur le terrain.

“Personne ne devrait croire les promesses israéliennes d’enquêter sans citer sur ce qui s’est passé parce que la promesse d’enquêtes n’est rien d’autre que la première étape du blanchiment organisé d’Israël”, a déclaré Hagai El-Ad, directeur exécutif du groupe de défense des droits B’Tselem. « Israël ne peut pas et ne veut pas mener de telles enquêtes, ce qui ouvre la porte à une responsabilité juridique internationale.

B’Tselem a cessé de coopérer avec le gouvernement israélien sur les enquêtes. Israël a tendance à prolonger les enquêtes aussi longtemps que possible et, en fin de compte, ne demande pas de comptes aux chefs militaires, selon El-Ad. « Israël traite chaque incident comme un événement extraordinairement exceptionnel, et les enquêtes poussent toujours la responsabilité au niveau le plus bas des soldats », m’a-t-il dit. “Cela ne devrait surprendre personne – c’est l’armée qui enquête sur l’armée.”

Israël a maintenu qu’il était engagé dans des enquêtes, dont une consacrée à la mort d’Abu Akleh.

« Pour découvrir la vérité, il doit y avoir une véritable enquête, et les Palestiniens empêchent actuellement cela », a déclaré le Premier ministre Bennett dans un communiqué. “Sans une enquête sérieuse, nous n’atteindrons pas la vérité.”

Pour Omar Shakir de Human Rights Watch, la situation reflète une dynamique structurelle plus large. “Leurs appels à des enquêtes [are] comme s’il s’agissait de quelques pommes pourries dans une situation par ailleurs normale, mais ce n’est pas la réalité. Les Palestiniens vivent dans une situation de grave violence structurelle sous-jacente », m’a-t-il dit. “Cette réalité quotidienne sous-jacente de l’apartheid et la violence froide de la répression structurelle conduisent à la violence brûlante de l’effusion de sang et au meurtre de Palestiniens.”

Abu Akleh a déjà mérité les hommages de l’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, qui avait rencontré Abu Akleh récemment et a déclaré avoir “un respect extraordinaire pour elle”.

Il était également important qu’Abu Akleh soit une femme qui livrait les nouvelles aux publics arabophones du monde entier. « Tant de filles voulaient être elle. Tant de journalistes en herbe m’ont dit qu’ils se tiendraient devant un miroir et utiliseraient une brosse à cheveux et prétendraient qu’il s’agissait d’un microphone, et prétendraient essentiellement être Shireen », a déclaré Dalia Hatuqa, journaliste et amie d’Abu Akleh.

“Maintenant, elle a été réduite au silence de cette manière totalement violente qui fait écho à certains de ses propres reportages”, m’a dit Qato.



La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire