Le Mexique en tête dans l’opposition au blocus de Cuba et à l’impérialisme américain

0
137

Source photo : Eneas De Troya – CC BY 2.0

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador (AMLO) s’est rendu à Cuba les 8 et 9 mai. Il a commencé par souligner que l’unité régionale était bonne pour une promotion égale du développement économique pour tous les États. AMLO a abordé des thèmes dont il avait déjà discuté lors de la visite du président cubain Miguel Diaz-Canel à Mexico en 2021.

A cette époque, AMLO, en vertu du Mexique en tant que président pro tempore, a présidé une réunion au sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). Il a proposé de construire “dans l’hémisphère occidental quelque chose de similaire à ce qu’était la communauté économique qui a donné naissance à l’Union européenne actuelle”.

Deux jours plus tard, AMLO a inclus Diaz-Canel dans une célébration du 200e anniversaire de l’indépendance du Mexique. Louant la dignité de Cuba dans sa résistance à l’agression américaine, il a appelé à la fin du blocus.

Des mois plus tard à La Havane, le 8 mai 2022, AMLO, s’exprimant devant des dirigeants cubains et d’autres, a rappelé « des moments où les États-Unis voulaient posséder le continent…. Ils étaient à leur apogée dans les annexions, décidant de l’indépendance où que ce soit, créant de nouveaux pays, des États librement associés, des protectorats, des bases militaires et… des invasions.

Les dirigeants américains, a-t-il déclaré, doivent être convaincus “qu’une nouvelle relation entre les peuples d’Amérique… est possible”. Il a appelé à « remplacer l’OEA par un organisme véritablement autonome ». La CELAC serait vraisemblablement cette alliance alternative. Créée en 2011, la CELAC comprend tous les pays de l’hémisphère occidental, à l’exception des États-Unis et du Canada.

Les États-Unis ont créé en 1948 l’Organisation des États américains (OEA) à des fins de guerre froide. Lorsque l’OEA a expulsé Cuba en 1962, seul le gouvernement mexicain s’est opposé à cette action et plus tard le Mexique a été l’un des deux pays à rejeter une demande de l’OEA de rompre les relations diplomatiques avec Cuba.

AMLO a prédit que “d’ici 2051, la Chine exercera une domination sur 64,8% du marché mondial et les États-Unis seulement 25%, voire 10%”. Il a suggéré que « Washington, trouvant cela inacceptable », serait tenté « de résoudre cette disparité par la force ».

AMLO a rejeté “la concurrence et la désunion croissantes qui conduiront inévitablement au déclin dans toutes les Amériques”. Il a appelé à “l’intégration dans le respect des souverainetés et des formes de gouvernement et l’application effective d’un traité de développement économique et commercial convenant à tous”. La « première étape » serait que les États-Unis « lèvent leur blocus de cette nation sœur ».

La visite d’AMLO a suscité des accords sur les aspects pratiques. Les deux présidents ont déterminé que Cuba fournirait au Mexique des médicaments et des vaccins – en particulier le vaccin anti-Covid-19 Abdala de Cuba pour les enfants. Le gouvernement mexicain enverra près de 200 jeunes mexicains à Cuba pour étudier la médecine ; 500 médecins cubains iront au Mexique pour travailler dans des zones mal desservies. Les deux présidents ont signé un accord général prévoyant une coopération élargie dans d’autres domaines.

Avant d’arriver à Cuba, AMLO avait visité le Guatemala, le Salvador, le Honduras et le Belize. En cours de route, il se serait plaint que “les États-Unis ont peut-être accordé 40 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine mais ne tiennent pas leur promesse d’il y a des années d’aider l’Amérique centrale”.

La rencontre des deux présidents à La Havane soulève la question d’un rôle à long terme du Mexique dans la mobilisation de la résistance collective à la domination américaine et au blocus américain de Cuba. Le Mexique est bien placé pour diriger cet effort, grâce à de solides liens économiques et commerciaux avec les États-Unis. Les États-Unis, s’appuyant sur le Mexique comme partenaire économique, pourraient bien être réceptifs à certaines demandes.

Selon le bureau du représentant américain au commerce, basé à la Maison Blanche, “le Mexique est actuellement notre plus grand partenaire commercial de marchandises avec 614,5 milliards de dollars d’échanges de marchandises (bidirectionnels) au total en 2019”.

Au-delà de cela, et par rapport à Cuba, le Mexique a sa propre tradition révolutionnaire et des liens de longue date avec Cuba. Elle est bien placée pour mener une forte campagne internationale pour défaire le blocus américain.

Dans son discours majeur, AMLO a cité le soutien du Mexique dans la première guerre d’indépendance de Cuba. Il a mentionné la collaboration des Cubains avec le très admiré président mexicain Benito Juárez et a souligné qu’en 1956, le Mexique avait accueilli des révolutionnaires cubains dirigés par Fidel Castro alors qu’ils se préparaient à leur soulèvement contre Batista. AMLO a cité la visite de solidarité de l’ancien président mexicain Lázaro Cárdenas à Cuba en 1961 après l’invasion de la Baie des Cochons organisée par la CIA. En signe de liens culturels entre les deux peuples, le Mexique était l’invité d’honneur de la Foire internationale du livre de La Havane qui s’est récemment achevée.

Jose Martí mérite une attention particulière. En exil, Martí a vécu, enseigné et écrit à Mexico de 1875 à 1875. Ensuite, il est resté en contact avec des amis mexicains. Martí écrira plus tard avec admiration sur les réformes libérales du président d’origine indienne Juarez, qu’il considérait comme le “gardien impénétrable de l’Amérique”.

Cette «Amérique» serait «Notre Amérique», qui est devenue le titre d’un essai de Martí avec une signification profonde pour l’unité et pour la séparation des États-Unis. “Notre Amérique” a proclamé que la culture et l’histoire des terres au sud du Rio Bravo (Rio Grande) sont nées de manière autonome, indépendamment des influences européennes et américaines. L’essai parut pour la première fois en janvier 1891, dans deux revues simultanément. L’un était Le Parti libéral, publié au Mexique, l’autre étant un périodique new-yorkais.

L’unité entre les nations d’Amérique latine et des Caraïbes semble précaire alors que le gouvernement américain se prépare à accueillir le 9e Sommet des Amériques à Los Angeles, du 6 au 10 juin. Le Sommet est une émanation de l’OEA qui, selon son site Internet, « sert de secrétariat technique du processus des Sommets ».

Les États-Unis ont indiqué que les gouvernements de gauche de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua ne recevront pas d’invitations. AMLO, s’exprimant à La Havane, a réitéré son objection et a déclaré une fois de plus que si les nations sont laissées de côté, il ne participera pas. Le présidents de la Bolivie et du Honduras, Luis Arce et Xiomara Castro, respectivement.

Les présidents de plusieurs nations des Caraïbes resteront également à l’écart. Ils soulignent l’hypocrisie du président vénézuélien Juan Guaidó nommé par les États-Unis, mais pas du président cubain Miguel Diaz-Canel. Mécontent des conseils américains sur la transparence des élections et les relations russo-brésiliennes, le président brésilien Jair Bolsonaro ne sera pas présent.

La conclusion ici est que l’ancien système d’alliances régionales est instable et que le moment est peut-être venu pour une résistance renouvelée à la domination américaine et au blocus. Ce serait maintenant l’occasion pour les anti-impérialistes américains et les opposants au blocus d’aligner leurs stratégies et leurs efforts sur les actions, les tendances et les flux en Amérique latine et dans les Caraïbes. Et, très certainement, ils prêteraient attention aux actions et aux politiques du gouvernement mexicain.

Martí avait souvent correspondu avec son ami mexicain Manuel Mercado. Sa lettre du 18 mai 1895, la veille de sa mort au combat, déclarait que « la guerre de Cuba… est arrivée en Amérique à temps pour empêcher l’annexion de Cuba aux États-Unis. … Et le Mexique, ne trouvera-t-il pas un moyen sage, efficace et immédiat d’aider, en temps voulu, son propre défenseur ?

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/mexico-leads-in-opposing-the-cuba-blockade-and-us-imperialism/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire