Le ministère de la Justice ne poursuivra pas deux des principaux collaborateurs de Trump pour avoir défié le comité du 6 janvier – Mother Jones

0
153

Des manifestants pro-Trump vus sur et autour du bâtiment du Capitole à Washington, DC, le 6 janvier 2021. Des émeutiers ont brisé des fenêtres et percé le bâtiment du Capitole dans le but de renverser les résultats des élections de 2020. La police a utilisé des boutons et des grenades lacrymogènes pour finalement disperser la foule. Les émeutiers ont également utilisé des barres de métal et des gaz lacrymogènes contre la police. Photo de Lev Radin/Sipa USA)(Sipa via AP Images

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Le ministère de la Justice a informé le comité spécial du Congrès chargé d’enquêter sur l’insurrection du 6 janvier 2021 qu’il ne poursuivra pas Mark Meadows, le dernier chef de cabinet de l’ancien président Donald Trump, ou Dan Scavino, un assistant de haut rang de Trump, pour avoir refusé de se conformer avec les assignations à comparaître du comité les obligeant à témoigner de l’implication de Trump dans l’attaque du Capitole. Le DOJ a fait cette annonce vendredi soir, le même jour qu’un grand jury fédéral a inculpé un troisième assistant de Trump, Peter Navarro, pour son refus de se conformer à une citation à comparaître similaire.

Les citations à comparaître du Congrès sont similaires à une citation à comparaître d’un tribunal en ce sens que leur respect n’est pas facultatif. Mais les comités du Congrès comptent sur le DOJ pour poursuivre une accusation d’outrage au Congrès. Meadows et Scavino ont tous deux négocié avec le comité du 6 janvier pendant des semaines avant de finalement refuser de venir pour des entretiens avec les membres du comité, et Meadows a remis des milliers de dossiers pour que le comité les examine. Dans une lettre au comité du 6 janvier, le DOJ était vague dans son raisonnement pour ne pas poursuivre les accusations d’outrage contre les deux hommes, un haut responsable de l’agence écrivant seulement que “sur la base des faits et circonstances individuels de leur outrage présumé, mon bureau va ne pas engager de poursuites pour outrage criminel. Il a également déclaré que l’examen de la question par le ministère était terminé.

Le comité s’est dit satisfait de l’acte d’accusation de Navarro mais a trouvé la décision sur Meadows et Scavino déroutante.

Navarro est un allié de l’ancien conseiller de Trump, Steve Bannon, qui a également été accusé d’outrage au Congrès pour son propre refus de témoigner devant le comité. Depuis qu’il a reçu son assignation à comparaître, Navarro s’est montré hostile aux enquêteurs, faisant des choses comme poursuivre le comité, la présidente de la Chambre Nancy Pelosi et le procureur américain de Washington DC, affirmant qu’ils n’avaient pas le droit d’enquêter. Navarro n’a jamais coopéré avec le comité de quelque manière que ce soit, refusant non seulement de témoigner, mais aussi de remettre des dossiers. Meadows, Scavino et Navarro ont tous tenté de revendiquer le privilège exécutif, une règle qui protège les hauts responsables présidentiels de certains contrôles du Congrès, comme raison de ne pas témoigner. Mais bien que Navarro ait servi dans l’administration Trump, il n’était pas aussi élevé dans les rangs que Meadows et Scavino au moment de l’insurrection du 6 janvier. Les poursuites pour outrage au Congrès sont rares, mais il semble que les procureurs du MJ tracent une ligne basée sur le privilège de l’exécutif, donnant peut-être plus de crédit aux réclamations des hauts fonctionnaires de l’administration.

Après son arrestation vendredi, Navarro est apparu devant un palais de justice de Washington DC pour se plaindre qu’après avoir ouvertement défié une citation à comparaître et avoir été inculpé pour cela, il avait été traité par la police comme un véritable criminel.

L’arrestation de Navarro a également suscité une plainte outragée et plutôt bizarre de la part de l’allié de Trump, le représentant Louie Gohmert de l’Arizona, qui s’est rendu sur Newsmax vendredi pour se plaindre que le DOJ est biaisé contre les républicains parce qu’il a osé arrêter des gens pour avoir menti au FBI. (Tromper le FBI est un crime pour lequel le DOJ poursuit fréquemment des personnes, quelle que soit leur affiliation politique.)



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire