Le Myanmar condamne les déclarations “imprudentes” sur les exécutions de militants | Actualités militaires

0
49

Si les condamnations à mort de deux éminents opposants politiques au coup d’État sont exécutées, ce seront les premières depuis 1988.

Le Myanmar a condamné les déclarations étrangères remettant en cause les condamnations à mort prononcées contre deux éminents militants anti-coup d’État, alors que la communauté internationale s’inquiète des plans de l’armée pour aller de l’avant avec les premières exécutions du pays en 30 ans.

Les Nations Unies, les États-Unis et la France ont critiqué la semaine dernière l’action contre le militant vétéran Ko Jimmy et l’ancien législateur Phyo Zeya Thaw, dont les affaires ont été entendues par un tribunal militaire secret.

Le Myanmar “proteste et s’oppose dans les termes les plus forts aux déclarations et remarques irresponsables et imprudentes”, a déclaré mardi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié par l’agence gouvernementale Global New Light du Myanmar. Les critiques étaient “la complicité avec le terrorisme”, a-t-il ajouté.

La déclaration a pointé du doigt la France pour avoir qualifié les putschistes de “régime militaire illégitime” et a déclaré que les critiques pourraient avoir “des impacts négatifs sur les relations bilatérales existantes”.

Ko Jimmy et Phyo Zeya Thaw ont été condamnés à mort par un tribunal militaire en janvier en vertu de la loi antiterroriste de 2014, et le Myanmar a annoncé la semaine dernière que leurs appels avaient été rejetés.

Quelque 114 personnes ont été condamnées à mort dans de telles procédures depuis que l’armée a pris le pouvoir lors d’un coup d’État en février 2021, dont 41 par contumace, selon Human Rights Watch.

« Le mépris des tribunaux militaires du Myanmar pour les droits fondamentaux était évident dans les procès farfelus et les condamnations à mort de Phyo Zeya Thaw et Ko Jimmy », a déclaré Manny Maung, chercheur sur le Myanmar à Human Rights Watch dans un communiqué. “Ces tribunaux secrets avec leurs convictions éclairs visent à refroidir toute dissidence contre la junte militaire.”

Le coup d’État s’est heurté à une opposition généralisée à laquelle l’armée a répondu avec force. Certains membres du mouvement anti-coup d’État ont également décidé de prendre les armes contre l’armée avec le gouvernement d’unité nationale (NUG), établi par des législateurs qui ont été renversés par les généraux et d’autres opposés au régime militaire, créant leurs propres groupes armés.

Plus de 1 900 personnes ont été tuées par l’armée lors de la répression depuis le coup d’État, selon le groupe de surveillance Association d’assistance aux prisonniers politiques. Près de 11 000 sont toujours en prison.

La déclaration du ministère du Myanmar a insisté sur le fait que tout le monde était “traité de manière égale devant la loi” et que le système judiciaire du pays était “indépendant”.

Si les exécutions se poursuivent, ce seront les premières depuis 1988, selon Amnesty International.

L’ONU s’est dite “profondément troublée” par les exécutions prévues, affirmant qu’il s’agissait “d’une violation flagrante du droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne”. La France a déclaré qu’il s’agissait d’une “décision ignoble visant une fois de plus les défenseurs de la liberté”.

Les législateurs d’Asie du Sud-Est ont appelé l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et la communauté internationale à empêcher les exécutions de se poursuivre.

“S’ils sont exécutés, ils ne seront rien de moins qu’un assassinat politique de sang-froid”, selon Charles Santiago, un législateur malaisien et président des parlementaires de l’ASEAN pour les droits de l’homme. “Ces exécutions contribueraient davantage à empêcher la possibilité déjà lointaine d’un dialogue politique durable, tel que prescrit il y a plus d’un an dans le consensus en cinq points convenu par les États membres de l’ASEAN et la junte de Min Aung Hlaing, qui n’a fait aucun effort dans ce domaine. direction.”

Le consensus, convenu en avril de l’année dernière, appelait à la fin immédiate de la violence et au dialogue avec toutes les parties concernées.

L’armée a refusé d’autoriser l’envoyé spécial de l’ASEAN à rencontrer la dirigeante démocratiquement élue Aung San Suu Kyi, qui a été arrêtée alors que les généraux prenaient le pouvoir et accusée de plus d’une douzaine d’infractions différentes. Elle aussi est jugée à huis clos.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/8/myanmar-condemns-reckless-statements-on-activists-executions

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire