Le nouvel ambassadeur de Washington au Mexique fait déjà des ravages

0
55

Depuis son arrivée dans le pays en septembre pour assumer le rôle d’ambassadeur au Mexique, l’ancien secrétaire américain à l’intérieur, Ken Salazar, s’amuse bien. Enjambant le pays dans son chapeau texan de dix gallons, le voyou Salazar s’est montré apparemment partout : lors d’une réunion du gouverneur régional à Mérida, songeant à offrir un message à la nation sur le parquet du Sénat, rencontrant des personnalités de l’opposition à l’International Book Foire à Guadalajara, même passer du temps avec les mariachis sur la légendaire Plaza Garibaldi de Mexico.

Dans et parmi tous les divertissements et les jeux, cependant, le nouvel ambassadeur a trouvé tout le temps nécessaire pour se frayer un chemin dans le fourré des questions politiques sensibles. Début novembre, Salazar a fait sa tournée au Palais national. Là, il a exprimé «de sérieuses inquiétudes» à propos de la réforme constitutionnelle énergétique proposée par l’administration d’Andrés Manuel López Obrador (AMLO), qui vise à renforcer la main du secteur public de l’énergie et à nationaliser les importants stocks de lithium du pays. Le message a été rapidement repoussé par le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, qui a calmement rappelé à l’ambassadeur un accord existant avec Washington pour ne pas peser sur la réforme sans avoir d’abord appris « ce que c’est et ce que ce n’est pas ».

Non content d’y avoir mis les pieds une fois, Salazar a labouré deux jours plus tard, tweeter une photo d’une réunion avec des « leaders du secteur de l’énergie » qui fournissent « une énergie propre, accessible et digne de confiance au Mexique ». Il a ensuite tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a déclaré que les entreprises qui ont « investi dans les énergies renouvelables avec le soutien des États-Unis » sont concernées. C’est pourquoi les États-Unis, toujours aussi étudiants sérieux, cherchent à mieux comprendre les raisons de la réforme afin d’arriver à une « résolution ».

Compte tenu de la relation historiquement tendue entre les États-Unis et le Mexique, le poste d’ambassadeur a toujours été une position délicate, une combinaison de siège chaud et de coin dirigeant de l’empire. Le premier à occuper le poste, Joel Roberts Poinsett, s’est tellement impliqué dans l’instrumentalisation de la franc-maçonnerie, les tentatives d’annexion de la moitié nord du pays et les complots pour intervenir dans la succession présidentielle qu’il a été expulsé du pays en 1830.

Au cours des « dix jours tragiques » de 1913, l’ambassadeur Henry Lane Wilson a comploté avec les généraux Victoriano Huerta et Félix Díaz pour renverser Gustavo Madero, le premier président démocratiquement élu depuis trente-cinq ans ; le succès du coup d’État a conduit à l’assassinat brutal de Madero et de son vice-président, José María Pino Suárez, et a mis fin à la révolution mexicaine pour le reste de la décennie.

Dans les années 1980, Ronald Reagan a nommé l’ancien copain par intérim John Gavin au poste, avec des résultats prévisibles désastreux. Deux décennies plus tard, au lendemain de la colère persistante de l’administration Bush face au refus du Mexique de soutenir la guerre en Irak, l’ambassadeur Tony Garza a provoqué une rupture en fermant temporairement le consulat de Nuevo Laredo afin de « punir » l’« échec » de son voisin du sud à contrôler la violence liée à la drogue. .

En 2011, la publication des câbles WikiLeaks révélant les sombres rouages ​​de l’administration de Felipe Calderón a coûté son travail à son successeur Carlos Pascual – qui a été pris dans les câbles critiquant l’armée mexicaine – son travail. Et l’année dernière encore, l’ambassadeur de Trump, Christopher Landau, a été contraint de revenir sur ses commentaires selon lesquels « l’incertitude » causée par les réformes du secteur énergétique d’AMLO créait un environnement décourageant pour les investissements étrangers.

Pour Salazar, le poste d’ambassadeur représente une opportunité en or d’affiner davantage un shtick qu’il a passé sa carrière à perfectionner : faire semblant de parler des énergies renouvelables tout en remplissant les coffres du secteur des combustibles fossiles. Sous sa direction, le ministère de l’Intérieur a empêché les régulateurs fédéraux de réglementer les émissions à effet de serre par le biais de la loi sur les espèces en voie de disparition, le forage pétrolier dans l’Arctique pour Royal Dutch Shell, a approuvé le forage de gaz dans le bassin d’Uintah en Utah et, le plus tristement célèbre, a exempté British Petroleum ( les opérations de forage de BP) dans le golfe du Mexique à partir d’une analyse d’impact environnemental à peine un an avant la catastrophe de Deepwater Horizon.

Non seulement le ministère de l’Intérieur a-t-il accordé vingt-sept autres exemptions à la suite de l’explosion ; à la suite d’un moratoire temporaire, elle a loué des millions de nouveaux acres pour le forage pétrolier et gazier dans le golfe du Mexique, tout en embauchant un ancien cadre de BP pour diriger son service de gestion des minéraux.

En quittant Interior en 2013, Salazar a franchi la porte tournante pour travailler pour WilmerHale, un cabinet d’avocats et de lobbying étroitement lié à la famille Trump, dont la liste des clients liés au forage et à l’exploitation minière n’incluait personne d’autre que – vous l’aurez deviné – BP. Depuis son nouveau perchoir lucratif dans le secteur privé, Salazar a utilisé son influence pour soutenir le pipeline Keystone et le protocole transpacifique (TPP), dont les dispositions « investisseur-État » permettraient aux entreprises de contester les réglementations environnementales devant des tribunaux privés ; lutté contre les initiatives de vote qui limiteraient la fracturation hydraulique et éloigneraient les puits de pétrole des bâtiments et des plans d’eau ; s’est opposé aux poursuites climatiques contre le secteur des combustibles fossiles; et, dans un contournement très discutable des règles d’éthique, a fourni des conseils juridiques à la même société, Anadarko Petroleum, qui a bénéficié à plusieurs reprises de son passage au gouvernement.

Le fait d’envoyer un lobbyiste du pétrole et du gaz pour faire la leçon au Mexique sur les énergies renouvelables – un, en outre, représentant une administration qui vient d’ouvrir 80 millions d’acres pour le forage dans le golfe du Mexique et approuve les permis de forage sur les terres publiques à un rythme plus rapide que Trump – serait comique s’il n’était pas aussi révélateur du vilain ventre des relations américano-mexicaines.

Pour l’intelligentsia américaine et ses flagorneurs médiatiques dans les deux pays, il va de soi que les États-Unis se développent tandis que le Mexique se développe ; les États-Unis sont dynamiques et tournés vers l’avenir tandis que le Mexique est traditionnel et (surtout sous AMLO) insiste pour revenir aux solutions ratées du passé. Par conséquent, le premier a le droit incontestable de faire la leçon au second, confiant que peu se soucieront d’appeler, ou même de remarquer, l’hypocrisie flagrante d’un ambassadeur en jarret de l’industrie des combustibles fossiles parmi le barrage de diplomates, d’associations d’affaires, de relations publiques. entreprises et ONG diffusant le même message de la nécessité pour le Mexique de « se moderniser » et, plus précisément, d’abandonner sa dépendance à l’énergie dépassée pour rejoindre le cercle éclairé de ceux qui sauvent héroïquement la planète d’elle-même.

Une fois que nous avons éliminé ces hypothèses sous-jacentes, celles qui sont d’autant plus puissantes qu’elles sont tacites, du moins en public, le message est clair. Nous, les États-Unis et le Nord global, avons produit la grande majorité des émissions de gaz à effet de serre au cours de l’histoire. Et nous, les États-Unis et le Nord, continuerons de produire la grande majorité des émissions de gaz à effet de serre tout en brandissant le discours environnemental en tant que club pour empêcher le Mexique, ou toute autre personne du Sud, de prendre le contrôle de sa propre énergie et de nous en refuser l’accès. à ses ressources, ses minéraux et son réseau électrique.

Non seulement cela perpétue un état de choses injuste et d’exploitation tout en essayant de faire du Mexique le prochain Enron, le Texas ou l’Espagne. Pire : cela déprécie et délégitime un véritable argument environnemental aux yeux de millions de personnes précisément au moment où cet argument est le plus nécessaire. Car en dépit de toute la rhétorique élevée générée pour la consommation internationale, les énergies renouvelables continuent de représenter un petite fraction de la production du secteur privé au Mexique, et une grande partie de celle-ci est acheminée vers un groupe restreint d’entreprises clientes qui profitent des subventions et de l’accès gratuit au réseau pour payer des factures d’électricité moins chères aux dépens de leurs concurrents et du grand public. Vous ne verrez pas cela de sitôt sur un prospectus de l’industrie.

Quant à Ken Salazar, sa tournée phare du pays se poursuit. Mais derrière cela se cache un passé de négligence réglementaire, d’activisme favorable à l’industrie, de lobbying à porte tournante et de conflits d’intérêts accrocheurs, ainsi qu’un présent d’ingérence résolument non diplomatique dans les affaires intérieures du Mexique. Peut-être que les vacances seraient un moment propice pour qu’il réfléchisse à ses premiers mois et quelles devraient être les limites du rôle d’ambassadeur. Car alors que l’opinion publique américaine prête très peu d’attention à ce que la plupart de ses représentants font à l’étranger, au Mexique, la mémoire historique est en effet très longue.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici