Le pape s’excuse pour le « mal » des pensionnats indiens au Canada | Nouvelles sur les droits des Autochtones

0
150

Avertissement : L’histoire ci-dessous contient des détails sur les pensionnats qui peuvent être bouleversants. La ligne d’écoute téléphonique pour les survivants des pensionnats indiens et les familles du Canada est disponible 24 heures sur 24 au 1-866-925-4419.

Le pape François a présenté ses excuses aux peuples autochtones du Canada pour le « mal » des pensionnats, ces établissements d’assimilation forcée gérés par l’Église que les enfants des Premières Nations, inuits et métis ont été forcés de fréquenter pendant des décennies.

Après une visite lundi sur l’ancien site du pensionnat indien Ermineskin à Maskwacis, dans la province occidentale de l’Alberta, le pape a déclaré qu’il s’était rendu au Canada “pour vous faire part en personne de mon chagrin”. [and] implorer le pardon, la guérison et la réconciliation de Dieu ».

« Je suis ici parce que la première étape de mon pèlerinage pénitentiel parmi vous est de demander à nouveau pardon, de vous dire une fois de plus que je suis profondément désolé », a déclaré le pape François lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté des dirigeants autochtones, des survivants des pensionnats, des aînés et des les autres.

“Ce que notre foi chrétienne nous dit, c’est que c’était une erreur désastreuse incompatible avec l’évangile de Jésus-Christ”, a-t-il dit, qualifiant les effets des pensionnats de “catastrophiques”. “Je demande humblement pardon pour le mal commis par tant de chrétiens contre les peuples autochtones.”

Le pape François présente ses excuses aux peuples autochtones pour le système des pensionnats au Canada [Todd Korol/Reuters]

La visite de six jours du pape au Canada cette semaine intervient après que des centaines de tombes anonymes ont été récemment découvertes sur plusieurs anciens sites de pensionnats, ce qui a suscité de nouveaux appels à la responsabilité de la part du gouvernement et de l’Église catholique, en particulier.

Ermineskin, qui a fonctionné de 1895 à 1975 et était dirigée par l’Église catholique, était l’un des plus grands pensionnats du Canada. Les institutions financées par le gouvernement et gérées par l’Église visaient à assimiler de force les enfants autochtones à la culture européenne dominante.

Plus de 150 000 enfants des Premières nations, métis et inuits ont été séparés de leur famille et placés de force dans des pensionnats entre la fin des années 1800 et les années 1990. Ils ont été soumis à des abus physiques, psychologiques et sexuels généralisés et interdits de parler des langues autochtones, et des milliers d’enfants seraient morts pendant leur présence.

Le système équivalait à un “génocide culturel”, a déclaré une commission d’enquête fédérale, la Commission de vérité et réconciliation du Canada (CVR), en 2015.

“Vous avez parcouru un long chemin pour être avec nous sur notre terre et marcher avec nous sur le chemin de la réconciliation”, a déclaré le Dr Wilton Littlechild, un survivant du pensionnat Ermineskin qui a longtemps plaidé pour des excuses papales, au pape François lors de la début de la cérémonie de lundi à Maskwacis. “Pour cela, nous vous honorons et vous souhaitons la bienvenue la plus sincère.”

Pendant des décennies, les survivants autochtones ont demandé au pape de s’excuser pour le rôle de l’Église dans les abus qui ont eu lieu dans les pensionnats, et ces excuses étaient l’un des 94 appels à l’action de la CVR il y a sept ans (PDF).

S’adressant à une délégation autochtone qui s’est rendue à Rome plus tôt cette année, le pape François s’est excusé en avril pour la “conduite déplorable” des membres de l’Église catholique dans les institutions. Mais certains dirigeants communautaires ont déclaré que le pape devait présenter ses excuses sur les terres autochtones.

Evelyn Korkmaz, une survivante du pensionnat St Anne en Ontario, une institution notoire où des enfants autochtones ont été choqués sur une chaise électrique, a déclaré avoir ressenti des émotions mitigées lundi.

« Une partie de moi est réjouie, une partie de moi est triste, une partie de moi est engourdie. Mais je suis content d’avoir vécu assez longtemps pour avoir été témoin de ces excuses », a déclaré Korkmaz lors d’une conférence de presse. “Mais comme je l’ai dit, j’en veux plus parce que 50 ans, c’est trop long pour attendre des excuses.”

La visite et les excuses du pape François ont suscité diverses réactions de la part des dirigeants autochtones et des survivants des pensionnats, certains saluant cela comme une étape importante sur la voie de la guérison, et d’autres disant que c’est trop peu, trop tard.

Certains soutiennent également que l’Église catholique doit faire beaucoup plus pour expier son rôle dans les pensionnats, notamment en publiant tous les documents liés aux établissements, en offrant des réparations complètes aux survivants et aux communautés, et en aidant à traduire les auteurs d’abus en justice.

“Comprendre que les survivants auront chacun leur propre vision de la réconciliation, pour beaucoup, rien de moins qu’une excuse qui comprend un aveu sans réserve des crimes commis, une pleine acceptation de la responsabilité et un engagement à mettre fin aux abus et à faire des réparations complètes sera juste une autre excuse vide et une injustice continue pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis », a écrit dimanche Pamela Palmater, professeure et présidente de la gouvernance autochtone à l’Université métropolitaine de Toronto, dans le journal Toronto Star.

Une carte des anciens pensionnats indiens au Canada

« Je suis moi-même un survivant. Ce n’est pas facile pour quelqu’un comme moi d’accepter des excuses quand ce n’est pas assez précis », a également déclaré Byron Joseph, président du conseil d’administration de la Indian Residential School Survivors Society, dans un communiqué ce mois-ci. “Nous avons besoin d’action et nous avons besoin d’un soutien continu pour une guérison continue.”

Lors de l’événement de lundi, le pape François a reconnu que ses excuses n’étaient qu’une première étape.

Il a déclaré que pour empêcher que de tels abus ne se reproduisent, “une enquête sérieuse sur les faits de ce qui s’est passé” doit être menée. Le pape n’a pas donné plus de détails sur ce qu’impliquerait une telle enquête.

Le pape François devrait rencontrer des peuples autochtones à l’église du Sacré-Cœur à Edmonton plus tard lundi après-midi, et il tiendra la messe au stade du Commonwealth mardi avant de se rendre à un lieu de pèlerinage populaire à Lac Ste Anne, en Alberta, plus tard dans la journée.

Mercredi, il se rendra à Québec, où il rencontrera le premier ministre Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon et où il doit célébrer jeudi la messe dans l’une des plus anciennes cathédrales d’Amérique du Nord.

Son voyage au Canada se terminera à Iqaluit, dans le territoire nord du Nunavut, vendredi.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/7/25/pope-apologises-for-evil-of-canada-residential-schools

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire