Le Parti travailliste australien et Julian Assange

0
55

Source photo : Jeanne Menjoulet – CC BY 2.0

Après avoir pris quelques déjeuners avec le chef de l’opposition australienne de l’époque, Anthony Albanese, John Shipton a eu raison d’être confiant. Albanese avait promis au père d’Assange qu’il ferait tout ce qu’il pourrait, s’il était élu, pour clore l’affaire.

En décembre 2019, avant un rassemblement au Chifley Research Center, Albanese a également fait référence à Assange. “Vous ne poursuivez pas les journalistes pour avoir fait leur travail.” En décembre 2021, il a également exprimé l’avis que la “poursuite en cours de M. Assange” ne servait aucun “objectif” évident – “ça suffit”.

Cela dit, avant d’être élue, l’opposition travailliste ne faisait guère de vagues perturbatrices sur le sujet. “En tant qu’Australien, il a droit à une assistance consulaire”, a déclaré en avril la remarque anémique de la sénatrice Penny Wong et porte-parole de l’opposition pour les affaires étrangères. “Nous nous attendons également à ce que le gouvernement continue de demander au Royaume-Uni et aux États-Unis l’assurance qu’il est traité équitablement et humainement … Les questions consulaires sont régulièrement soulevées avec leurs homologues, elles sont régulièrement soulevées et celle-ci ne serait pas différente.”

Le problème avec ces assurances est précisément pourquoi une telle position est terriblement, voire honteusement, inadéquate. Celles-ci n’ont aucun poids ou portée en droit et peuvent être ignorées. Le pouvoir ment, et le pouvoir absolu ment absolument. Un point aussi crucial a été allègrement ignoré par le Lord Chief Justice d’Angleterre et du Pays de Galles Ian Burnett, et le Lord Justice Timothy Holroyde, dans leur décision de décembre 2021. En infirmant la décision du tribunal inférieur, les juges n’ont guère pensé à remettre en question la mauvaise foi des garanties de Washington selon lesquelles Assange ne passerait pas de temps dans le supermax ADX Florence, ou ne ferait pas l’objet de mesures administratives spéciales (SAM), s’il devait être extradé. Celles-ci auraient pu être faites lors du procès initial, mais les procureurs ont décidé, après coup, de changer de ton en appel.

Au sein du nouveau gouvernement, il y a des membres travaillistes qui insistent pour qu’Assange soit libéré. Le député Julian Hill en est un, convaincu qu’Albanese, en tant que nouveau Premier ministre travailliste australien, serait un « homme intègre » et fidèle à ses « valeurs ». Au sein de son propre parti, il y avait des membres “qui ont eu une implication active dans le groupe Assange sur la base de ces principes critiques – la liberté de la presse et la lutte contre l’effet dissuasif sur les médias que cette persécution aurait – et espèrent que notre gouvernement pourra atteindre un résultat.”

Un certain nombre de voix extérieures à la politique ont également exhorté le nouveau gouvernement à faire des démarches urgentes auprès de Washington pour changer le ton des poursuites et de la persécution contre le fondateur de WikiLeaks. Guy Rundle insiste sur “une certaine forme de représentation officielle” aux États-Unis pour mettre fin aux efforts d’extradition qui verraient Assange inculpé en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917. “Il devrait également faire des démarches auprès du gouvernement britannique pour qu’il refuse immédiatement l’extradition et libère Assange.”

Rundle a également raison de noter que la forme du travail sur Assange est pure dans sa pourriture. S’il en a eu l’occasion – comme en 2018 et 2019 – il a généreusement exploité les failles de sécurité utilisées par la journaliste Annika Smethurst pour attaquer le projet d’élargissement des pouvoirs de surveillance.

Stuart Rees, fondateur de la Sydney Peace Foundation, sent une nouvelle forme de politique « dans l’air ». Citant les remarques de l’archevêque Desmond Tutu selon lesquelles il ne pourrait y avoir d’avenir sans générosité et sans pardon, il considère toute intervention pour libérer Assange comme “une prochaine étape vers le rétablissement du respect de soi national”. La seule chose à faire pour Albanese : téléphoner au Premier ministre britannique Boris Johnson pour annuler l’extradition.

Malgré la relève de la garde à Canberra, il ne faut pas oublier que c’est un gouvernement travailliste, dirigé par la première femme Premier ministre du pays, Julia Gilliard, qui a accusé Assange d’illégalité en publiant des télégrammes du département d’État américain en 2010. Gillard, impétueusement et à tort, a tenté d’impressionner ses homologues américains en goudronnant et en amplifiant WikiLeaks. “N’essayons pas de mettre des gloses là-dessus”, a-t-elle déclaré en décembre de cette année-là. “Cela n’arriverait pas, l’information ne serait pas sur WikiLeaks s’il n’y avait pas eu un acte illégal commis.”

Plein de zèle et enflammé d’un but prématuré, Gillard a envoyé la police fédérale australienne pour enquêter sur l’affaire, espérant qu’elle « fournirait au gouvernement des conseils sur la conduite criminelle potentielle de l’individu impliqué ». La priorité ici était d’identifier les lois australiennes qui auraient pu être enfreintes, car elle ne se sentait pas à la hauteur de la tâche. Et il y avait, a-t-elle affirmé de manière perverse, “le test de bon sens sur l’irresponsabilité flagrante de cette conduite”. Julia n’était pas fan de la dénonciation de l’illégalité des États, notamment par les États-Unis.

Une telle conduite, à l’époque, a fait plus que soulever des sourcils. Le porte-parole de l’opposition aux affaires juridiques, George Brandis, n’a identifié aucune loi pertinente qui aurait pu être enfreinte, qu’elle soit australienne ou américaine. Le président de Liberty Victoria, Spencer Zifcak, s’est dit “étonné” qu’un avocat présumé compétent ait pu tenir de tels propos. “Il n’y a pas d’accusation, il n’y a pas de procès, il n’y a pas de tribunal dûment constitué, et pourtant le Premier ministre juge approprié de dire que M. Assange a commis une infraction pénale.”

En moins de quinze jours, l’AFP, en concluant son enquête, a informé le procureur général Robert McClelland que « étant donné que les documents publiés à ce jour sont classifiés par les États-Unis, la juridiction principale pour toute enquête complémentaire sur l’affaire reste les États-Unis. ” Après avoir évalué les éléments concernés, la police fédérale n’avait pas réussi à établir “l’existence d’infractions pénales relevant de la compétence de l’Australie”.

La gestion du sort de l’éditeur sera révélatrice de l’attitude du nouveau gouvernement vis-à-vis des alliances traditionnelles. Albanese, lorsqu’on lui a demandé cette semaine comment il aborderait l’affaire Assange, avait retiré le chapeau de la franchise. “Ma position est que toutes les affaires étrangères ne se font pas mieux avec le porte-voix.” Désormais plus intégrés que jamais dans le cadre de sécurité américain, couronné par l’alliance AUKUS, il est peu probable que les politiciens et les responsables australiens aillent jusqu’au bout pour faire basculer le bateau de l’entente cordiale sur la question d’Assange. Même si Albanese préfère mettre le porte-voix de côté, les perspectives de paraître couché et d’avoir l’air inefficace sont brutalement réelles.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/06/the-australian-labor-party-and-julian-assange/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire