Le Pérou s’enflamme pour défendre la démocratie contre le coup d’État de droite

0
103

Après dix-sept mois au pouvoir, le président péruvien Pedro Castillo a été renversé ce mois-ci par un coup d’État parlementaire de droite caché derrière la façade d’un processus de destitution officiel et légal. Le vote de destitution est intervenu quelques heures seulement après que Castillo a annoncé qu’il prévoyait de dissoudre le Congrès, d’organiser de nouvelles élections, de remanier la constitution et de placer le Pérou sous l’état d’urgence. Sa vice-présidente, Dina Boluarte, a assumé la présidence tandis que Castillo est détenu par la police pour “rébellion” et a été condamné à rester en prison pendant les dix-huit prochains mois.

La destitution de Castillo est l’aboutissement d’une campagne hautement organisée par la droite parlementaire, le secteur des affaires et les médias pour saper et attaquer le socialiste autoproclamé, la destitution étant le troisième vote de ce type de sa courte présidence. La campagne a commencé dès que l’enseignant et dirigeant syndical a remporté la présidence, battant la fille du dictateur péruvien emprisonné Alberto Fujimori par seulement 44 000 voix.

N’ayant jamais occupé de poste politique avant d’être président, Castillo s’est fait connaître en 2017 en tant que leader clé d’une grève nationale des enseignants qui a duré plus de deux mois. Il s’est présenté sur une plate-forme ouvertement de gauche, promettant de nationaliser des secteurs clés de l’économie et de convoquer une assemblée constituante pour remanier la constitution de 1993, qui a été approuvée sous la dictature de Fujimori. Il s’est positionné du côté des pauvres et des opprimés contre les élites péruviennes, répétant souvent la phrase : « Il ne devrait pas y avoir de pauvres dans un pays riche ». Mais faute de majorité au Congrès, ses réformes majeures ont été bloquées. De plus, sa présidence a été minée par des changements ministériels constants, en moyenne environ un par semaine.

Les médias, tant au Pérou qu’à l’étranger, n’ont pas tardé à créer un récit légitimant le coup d’État et le règne du successeur de Castillo, l’utilisant même comme une opportunité pour « restaurer la foi » dans les institutions péruviennes. Un article dans Le commerce, un grand journal péruvien, notait : « Tout comme la force du modèle économique a réussi à résister à l’anarchie de ces dernières années et à l’action destructrice du gouvernement Castillo, les institutions ont réussi à contenir l’assaut autoritaire ».

Le New yorkais a qualifié l’administration de Castillo de “dictature la plus courte du monde” tout en déclarant que “l’état de droit … était assez fort pour arrêter un seul homme désespéré”. L’ambassadeur des États-Unis n’a pas tardé à soutenir le coup d’État, tweetant : « Les États-Unis rejettent catégoriquement tout acte extraconstitutionnel du président Castillo visant à empêcher le Congrès de remplir son mandat ».

Mais les masses péruviennes ont rejeté une telle propagande et voient le coup d’État pour ce qu’il est. Après une première réaction en sourdine, les protestations se sont propagées à travers le pays et continuent de croître. Les zones rurales à forte population indigène ont été les plus rapides à réagir au coup d’État, organisant des barrages routiers, incendiant des bâtiments gouvernementaux et occupant des aéroports. Dans d’autres villes et villages, des manifestants ont pris des policiers en otage et ont négocié des échanges pour libérer des manifestants arrêtés.

Dans plusieurs régions, les principales organisations indigènes et sociales ont déclaré l’état « d’insurrection populaire » et de grève illimitée. En réponse, le nouveau président a placé les régions les plus actives sous un état d’urgence qui a ensuite été étendu à l’ensemble du pays pendant 30 jours.

La principale confédération syndicale du Pérou, la CGTP, répondant aux pressions extrêmes d’en bas, a appelé à une grève illimitée à partir du 13 décembre, le 15 décembre étant promu comme le principal jour de mobilisation de masse. Malheureusement, en raison de la classe ouvrière industrielle relativement réduite du Pérou, la CGTP n’a pas la capacité de paralyser le pays économiquement. Ainsi, alors que la plupart des syndicats affiliés à la CGTP y participent, la grève générale du 15 décembre se rapproche davantage d’une journée nationale de protestation.

Malgré cela, les dirigeants syndicaux ont jusqu’à présent joué un rôle positif, en ajoutant un poids industriel aux principales revendications du mouvement, qui se sont cristallisées autour de la libération de Castillo, de la fermeture du Congrès et de nouvelles élections, et de la mise en place d’une assemblée constituante. .

Les grèves nationales ont été la première expression de la résistance de masse organisée de la classe ouvrière. Mais le succès du mouvement anti-coup d’État repose sur ces grèves amenant des couches plus larges de travailleurs, en particulier dans les principales villes, dans le mouvement. Actuellement, les populations indigènes rurales du Pérou sont à l’avant-garde du mouvement. C’est compréhensible : Castillo est considéré par beaucoup comme un symbole de la population pauvre et rurale du Pérou. Il a remporté plusieurs provinces rurales avec plus de 90 % des voix.

Les habitants de ces régions ont déjà démontré leur militantisme et leur volonté de défendre la démocratie, mais il reste crucial que le mouvement indigène soit uni aux sections les plus puissantes de la classe ouvrière.

Le Pérou étant le deuxième plus grand producteur de cuivre au monde, il a été inspirant de voir apparaître sur les réseaux sociaux des vidéos de mineurs de la région d’Arequipa en train d’abattre leurs outils et de commencer à marcher vers la capitale, Lima.

Les étudiants ont également rejoint le mouvement. Dans l’une des principales universités de Lima, les étudiants ont occupé le campus et déclaré leur solidarité et leur participation aux grèves nationales.

Les premiers actes de résistance ont déjà porté leurs fruits. Boluarte a annoncé qu’elle demanderait au Congrès de convoquer des élections anticipées en 2023, après avoir initialement refusé de le faire, affirmant qu’elle terminerait le reste du mandat de Castillo, qui se termine en 2026. Le nouveau président a tenté de jouer le rôle de pacificateur en reconnaissant la légitimité des revendications des manifestants tout en appelant à une « trêve » en même temps.

Malheureusement, Castillo et Peru Libre, son parti jusqu’à sa démission en juin, n’ont donné aucune indication qu’ils mèneraient le type de mouvement nécessaire pour vaincre le coup d’État. Six des douze représentants du Congrès du Pérou Libre ont voté pour destituer Castillo (trois se sont abstenus et trois ont voté contre). Le parti s’est largement limité à de vagues déclarations sur le respect du droit de manifester et a appelé à la retenue du gouvernement. Castillo, pour sa part, a pu publier quelques courtes déclarations de prison par des intermédiaires, dont aucune n’appelle à une escalade des protestations luttant pour sa libération.

En fin de compte, la chute de Castillo est un exemple de la futilité d’essayer de créer un changement social fondamental à travers l’appareil d’État capitaliste. Il a été paralysé dès le début par l’absence de majorité au Congrès pour faire passer les réformes sur lesquelles il a fait campagne. En réponse, il a édulcoré les réformes proposées dans l’espoir que la majorité de droite au Congrès les adopterait, ce qui n’a pas été le cas. Après chaque revers, il a fait de nouvelles concessions à la classe dirigeante en supprimant les ministres les plus progressistes et de gauche et en les remplaçant par des technocrates du secteur des affaires.

Dans le même temps, il a atténué la rhétorique anti-riches et pro-pauvres qui avait défini sa campagne et a fait des ouvertures à la communauté des affaires internationale et nationale qu’il accueillerait favorablement les investissements étrangers. Malgré tout cela, la classe dirigeante, agissant par le biais du Congrès et des médias, n’a cessé d’attaquer contre lui. Il était devenu si isolé et incapable à la fin qu’il lança un dernier appel aux sections les plus réactionnaires de l’État pour le sauver, y compris les forces armées, la police et l’Organisation des États américains (le bras principal de l’impérialisme américain en latin). Amérique). Lorsque ces groupes l’ont rejeté de manière prévisible, il a fait un ultime effort pour dissoudre le Congrès et organiser de nouvelles élections. Mais le Congrès l’a battu au poing lorsqu’il s’est empressé de destituer.

Cette stratégie institutionnelle va de pair avec le plus grand écueil du projet réformiste dont Castillo est l’exemple : la subordination de la lutte des classes. A aucun moment de sa présidence il n’a tenté de mobiliser les populations indigènes et ouvrières pour défendre son gouvernement. Et ce malgré un désir clair et une volonté parmi eux de faire précisément cela, démontré par plusieurs marches dans diverses régions du pays il y a seulement deux semaines, appelant à la défense de la démocratie contre toute tentative de destitution.

En rejetant la mobilisation de ses partisans, Castillo a affaibli son gouvernement et la capacité des masses à résister au coup d’État. C’était un signal clair à la classe dirigeante qu’elle pouvait destituer le président sans risquer qu’il mène une forte protestation ou un mouvement de grève en réponse.

Dans le cas de Castillo – comme c’est le cas chaque fois qu’un dirigeant réformiste parvient à prendre la présidence – tout était contre lui. L’ensemble de l’appareil d’État – les tribunaux, la bureaucratie, les forces armées et la police, le Congrès – travaillait à le saper depuis le début. En plus de cela, l’ensemble du secteur des affaires, tant national qu’international, ainsi que les médias, ont organisé une campagne incessante contre Castillo. Quant à la seule section du pouvoir organisé qu’il aurait pu voir se battre pour lui — la classe ouvrière organisée par les syndicats — il a refusé de la mobiliser.

Les événements au Pérou ont une fois de plus prouvé les limites du parlement. La classe ouvrière doit maintenant se tourner vers son propre pouvoir, à travers des protestations et des grèves, pour aller au-delà du parlementarisme et commencer à construire une résistance aux inévitables attaques de droite à venir.

Source: https://redflag.org.au/article/peru-ignites-defend-democracy-against-right-wing-coup

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire