Pourquoi une solution diplomatique à la guerre en Ukraine devient de plus en plus insaisissable

0
92

Source photo : Kremlin.ru – CC BY 4.0

Les guerres qui ne finissent pas ont tendance à s’intensifier et à se propager. C’est le message de l’explosion d’un missile en Pologne qui a tué deux personnes, que le missile soit ou non ukrainien ou russe.

“D’après les informations dont nous et nos alliés disposons, il s’agissait d’une fusée S-300 fabriquée en Union soviétique, une vieille fusée et il n’y a aucune preuve qu’elle ait été lancée par la partie russe”, a déclaré mercredi le président polonais Andrzej Duda. “Il est fort probable qu’il ait été tiré par la défense anti-aérienne ukrainienne.”

Une nouvelle crise sur la guerre en Ukraine a peut-être été évitée, mais d’autres crises se reproduiront à mesure que la guerre se poursuivra sans aucun signe de fin. L’empressement avec lequel les présidents et les premiers ministres présents au sommet du G20 à Bali ont sauté du lit au milieu de la nuit pour discuter d’une explosion dans un village de l’est de la Pologne montre à quel point ils craignent que la guerre ne se propage.

Ils ont raison de s’inquiéter, mais l’escalade sera difficile à arrêter car elle se produit automatiquement dans toute guerre lorsque chaque camp cherche les points faibles de l’ennemi chez lui et à l’étranger.

L’Ukraine a réussi à faire sauter le pont de Kertch reliant la partie continentale de la Russie à la Crimée. La Russie a réagi en lançant six barrages de missiles et de drones majeurs depuis octobre contre les infrastructures ukrainiennes, ciblant principalement sa capacité de production d’électricité.

La retraite humiliante des forces russes de la ville de Kherson est probablement ce qui a conduit Moscou à riposter en tirant mardi 100 missiles et 10 drones d’attaque sur des composants clés de l’infrastructure ukrainienne. Il s’agit de l’assaut de missiles le plus intense depuis le début de l’invasion russe il y a neuf mois, selon l’Ukraine. Les pannes déjà prolongées sont devenues la norme et, malgré les réparations, cette situation va s’aggraver cet hiver car les grandes cibles fixes comme les centrales électriques sont faciles à cibler, difficiles à défendre et prennent du temps à réparer.

La Russie n’attaquerait pas directement les centrales nucléaires dans l’ouest de l’Ukraine qui fournissent une grande partie de l’électricité, mais elle frappe les câbles à haute tension et les sous-stations qu’elles utilisent pour alimenter le réseau en électricité. Un danger est que le système de refroidissement ou d’autres équipements essentiels au fonctionnement sûr d’une centrale nucléaire soient touchés.

Pour l’instant, environ 40 % de l’infrastructure électrique a été endommagée selon les autorités ukrainiennes. Dans la ville occidentale de Lviv, il n’y a pas d’eau chaude et à Kryvyi Rih, dans le centre de l’Ukraine, 100 mineurs ont été piégés sous terre par une panne de courant et ont dû être treuillés manuellement à la surface.

Toute guerre risque de devenir incontrôlable car chaque camp essaie de donner une mauvaise surprise à ses ennemis et d’attaquer là où ils s’y attendent le moins. La préoccupation internationale s’est naturellement concentrée sur le risque que la guerre en Ukraine précipite l’utilisation par la Russie d’armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille. Le président Vladimir Poutine fait périodiquement des bruits de sabre nucléaire et le président Joe Biden en a parlé lors d’une réunion cette semaine avec le président chinois Xi Jinping. La Russie considère cette menace potentielle comme un point de pression utile sur les puissances de l’OTAN et sur le reste du monde.

Mais la crainte d’une destruction mutuelle assurée reste un puissant frein à l’utilisation réelle des engins nucléaires. On ne sait pas non plus dans quelle mesure une guerre nucléaire tactique limitée améliorerait la position russe en Ukraine, à moins qu’elle ne revienne à une défaite décisive – et même dans ce cas, ce serait un pari.

En réalité, la menace de guerre nucléaire n’est probablement pas le type d’escalade le plus probable en Ukraine. Aussi terrifiante que puisse être la perspective de leur utilisation, il s’agit d’un instrument très brutal et démodé dont l’utilisation peut s’avérer politiquement contre-productive. La guerre moderne, comme le montrent les récents conflits au Moyen-Orient, implique l’utilisation moins risquée de missiles et de drones ciblés avec précision, qui ne sont plus le monopole des États-Unis, comme ils l’étaient dans les années 1990. La Russie les utilise aujourd’hui contre l’Ukraine, mais il n’y a aucune raison pour que l’Ukraine ne réponde pas de la sorte et n’attaque pas l’infrastructure russe.

L’Ukraine a remporté d’importantes victoires dans la guerre terrestre au cours des derniers mois à Kharkiv et Kherson, mais aucune d’entre elles n’a été une défaite décisive pour la Russie. Poutine croit toujours apparemment que la Russie a l’avantage dans une longue guerre avec l’Ukraine parce que c’est le plus grand pays. De plus, il n’a pas d’autre choix que de jouer à double ou abandonner car son escapade autodestructrice en Ukraine n’a pour l’instant produit qu’une série de défaites.

Il y a eu de plus en plus d’appels à une solution diplomatique à la guerre ces dernières semaines. Mais il est difficile de voir cela se produire lorsque les deux parties croient qu’elles peuvent encore faire des gains sur le champ de bataille et n’ont d’autre choix que de continuer. L’armée ukrainienne ne voudra pas d’un cessez-le-feu qui permettrait à l’armée russe de se réorganiser et de se renforcer. Poutine, qui a déclenché la guerre pour rétablir la Russie en tant que superpuissance, ne peut admettre qu’il a encore dégradé son statut par sa folie.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/18/why-a-diplomatic-solution-to-the-ukraine-war-is-getting-more-and-more-elusive/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire