Le « pilier de la honte » supprimé à Hong Kong — RT World News

0
240

Mercredi, les autorités ont retiré la statue du “Pilier de la honte” de l’Université de Hong Kong, démantelant l’un des rares sites de ce type en Chine qui commémorent une manifestation emblématique, alors que Pékin étend son influence dans la région.

Le monument de huit mètres de haut de la plus ancienne université de la cité-État avait représenté un tas de corps tordus et a été le site de multiples veillées à la mémoire des victimes de la tristement célèbre répression il y a plus de 30 ans sur la place Tiananmen de Pékin.

L’université avait accepté de retirer la statue plus tôt cette année « sur la base de la dernière évaluation des risques et des conseils juridiques », ajoutant que les fonctionnaires sont “très préoccupé par les problèmes de sécurité potentiels résultant de la statue fragile.”




« Le PillarOfShame est supprimé, tandis que la mémoire vit. Nous devons nous souvenir de ce qui s’est passé le 4 juin 1989. Massacre de Tiananmen », Nathan Law, un militant pro-démocratie de Hong Kong qui a fui la région l’année dernière, a écrit sur Twitter.

Le retrait de la statue intervient un an après que les autorités ont interdit aux militants d’organiser une veillée sur le site, invoquant des inquiétudes concernant Covid. Quoi qu’il en soit, des manifestants se sont rassemblés l’année dernière en violation de l’interdiction et neuf militants pro-démocratie ont depuis été condamnés à entre six et 10 mois de prison pour leur rôle dans le service commémoratif.

Maya Wang, chercheuse principale à Human Rights Watch, a décrit la situation comme une preuve de « L’intolérance toujours croissante de Pékin à l’égard de la dissidence à Hong Kong », prétendant que “Le gouvernement chinois réécrit l’histoire dans le cadre de ses efforts plus larges pour démanteler une société libre.”

Avant que les autorités ne la démantèlent mercredi, la sculpture, créée par l’artiste danois Jens Glaschiot, était exposée à l’université depuis 24 ans, après avoir été offerte en cadeau à l’alliance de Hong Kong, une organisation pro-démocratie.

Le groupe a été dissous en septembre 2021 après que la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong a vu de nombreuses personnalités pro-démocratie inculpées ou emprisonnées pour leur rôle dans les manifestations qui ont secoué la région en 2019.

La Chine a rejeté les allégations selon lesquelles elle cherche à exercer une influence indue sur Hong Kong, arguant que ses actions dans la région sont simplement conçues pour protéger la cité-État des ingérences extérieures de puissances étrangères. De même, Pékin a repoussé les critiques concernant sa loi sur la sécurité nationale, déclarant que la législation ne visait qu’un petit nombre de coupables qui cherchaient à menacer la stabilité dans la région.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire