Le plan de garde d’enfants des démocrates est désastreux. Ces graphiques expliquent pourquoi.

0
140

La Chambre a adopté sa version de la législation Build Back Better (BBB) ​​il y a quelques semaines. Entre autres choses, le projet de loi réserve des subventions aux États qui souhaitent mettre en place le système de subventions pour la garde d’enfants prévu dans le projet de loi. J’ai déjà longuement discuté de cette disposition en matière de garde d’enfants et de ses problèmes. Dans cet article, je tente d’expliquer et de visualiser à quoi ressemblent réellement ces subventions pour la garde d’enfants en termes concrets.

Pour comprendre le régime global de subventions pour les six années pendant lesquelles le programme est mis en œuvre, vous devez examiner deux parties distinctes de la section garde d’enfants.

La première partie établit une quote-part de garde d’enfants à échelle mobile basée sur le revenu familial. La façon dont cela fonctionne est qu’une formule de quote-part sera appliquée au revenu de chaque famille pour déterminer combien ils doivent payer pour la garde d’enfants. Si le montant de la quote-part est inférieur au prix total de la garde d’enfants, le gouvernement couvrira le reste.

Le tableau suivant résume la formule de quote-part :

La deuxième partie qu’il faut examiner est la définition du projet de loi d’enfant admissible. Cette définition établit des seuils de revenu stricts qui rendent chaque famille qui gagne un ou plusieurs dollars au-dessus du seuil complètement inéligible aux subventions. Les familles au-dessus de ces « falaises d’avantages » devront payer la totalité du prix non subventionné de la garde d’enfants, peu importe ce que dit la formule de co-paiement à échelle mobile.

Le tableau suivant montre le seuil de revenu dur pour les six années du programme :

Tout ce qui précède est indexé sur le revenu médian d’une manière ou d’une autre. Mais le projet de loi ne définit pas le terme. Le terme utilisé dans la législation est « revenu médian de l’État pour une famille de même taille », ce qui semble impliquer que les subventions d’une famille de deux personnes seraient indexées sur le revenu médian de toutes les familles de deux personnes dans leur État, un les subventions des familles de trois personnes seraient indexées sur le revenu médian de toutes les familles de trois personnes dans leur état, et ainsi de suite.

D’après ce que je sais, les auteurs de la loi n’ont pas l’intention que le projet de loi fonctionne de cette façon. Au lieu de cela, ils pensent que ce langage sera interprété par le ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) comme exigeant que toutes les subventions soient indexées sur le revenu médian des familles de quatre personnes dans chaque État, tel qu’ajusté par le programme d’aide à l’énergie domestique à faible revenu. (LIHEAP) échelle d’équivalence de revenu.

Cela signifie que, aux fins de la formule de quote-part des avantages et de l’échelle mobile ci-dessus, le revenu médian de l’État pour les familles de toutes tailles sera déclaré égal aux pourcentages suivants du revenu médian de l’État pour quatre personnes :

Si j’écrivais une loi dans laquelle je voulais que « revenu médian d’État pour une famille de même taille » soit interprété de cette façon, je dirais simplement cela dans le projet de loi lui-même plutôt que de supposer que le HHS va l’interpréter de cette façon. Mais dans la mesure où les démocrates contrôlent le HHS via le secrétaire Xavier Becerra, je suis sûr qu’ils ont raison sur la façon dont cela va se passer, et j’utilise donc ces chiffres dans l’analyse ci-dessous.

Pour avoir une idée de ce que tout cela signifie en termes concrets, j’ai utilisé le supplément social et économique annuel de la Current Population Survey 2019 pour calculer le revenu médian de quatre personnes pour l’ensemble des États-Unis et pour chaque État. J’ai ensuite utilisé l’échelle d’équivalence de revenu LIHEAP pour ajuster ce chiffre pour les familles de plus ou moins de quatre membres. J’ai déterminé la taille de la famille en utilisant des unités de mesure supplémentaire de la pauvreté et j’ai défini le revenu comme un revenu brut en espèces, ce que le Congressional Research Service a fait lors de l’analyse du projet de loi.

Pour indiquer la valeur du coût moyen national des soins aux nourrissons et aux tout-petits selon le projet de loi, j’utilise l’estimation du Center for American Progress du coût des services de garde de haute qualité, qui est d’environ 25 000 $ par an.

Ma feuille de calcul contient les points de coupure pertinents pour les cinquante États et DC, mais pour les quatre graphiques ci-dessous, je traite les États-Unis comme s’il s’agissait d’un seul grand État afin de visualiser comment ces subventions fonctionneront en moyenne.

Au cours de la première année du programme (2022), les subventions pour la garde d’enfants ressemblent à ceci :

Pour une famille de trois personnes, la garde d’enfants est gratuite jusqu’à environ 66 481 $ de revenu. Entre 66 582 $ et environ 88 642 $ de revenu, la famille doit payer une quote-part de 1 $ et 1 773 $ respectivement pour la garde des enfants. Les familles de trois personnes ayant un revenu de 88 643 $ et plus paieront la totalité des frais de garde d’enfants non subventionnés, estimés à 25 000 $.

La deuxième année du programme (2023) ressemble à ceci :

La troisième année du programme (2024) ressemble à ceci :

Les années quatre à six du programme (2025 à 2027) ressemblent à ceci :

Ces falaises d’avantages semblent ridicules parce qu’elles sont ridicules. L’idée qu’une famille d’un enfant avec deux parents gagnant 45 000 $ chacun par an devrait payer la totalité des frais de garde non subventionnés, ce à quoi ressemble le programme la première année, semble absurde, surtout si l’on considère que le coût non subventionné de la garde d’enfants monter sous la facture. Donc, ce n’est pas seulement qu’ils sont exclus des subventions. C’est que les prix qu’ils paient vont augmenter.

Dans la pratique, bien sûr, les familles à deux revenus dont les revenus sont juste au-dessus de ces falaises verront souvent l’un des revenus quitter le marché du travail afin de pouvoir prétendre aux subventions pour la garde d’enfants.

L’autre chose à retenir ici est que les gens ne paient pas les frais de garde d’enfants sur leur revenu brut. Ils paient les frais de garde d’enfants sur leur revenu net, c’est-à-dire le revenu après impôt. Pour atteindre le seuil de rentabilité sur une facture de garde d’enfants de 25 000 $, le deuxième soutien d’une famille doit gagner peut-être 40 000 $ par an, et non 25 000 $.

Une autre chose qui ressort de ces graphiques est à quel point les quotes-parts sont élevées pour de nombreuses familles situées sous les falaises. Une famille de trois personnes dont les deux parents gagnent environ 70 000 $ par an ne reçoit aucune subvention au cours des trois premières années du programme. Puis, au cours de la quatrième année, lorsqu’ils pourront enfin en bénéficier, ils découvriront qu’ils sont toujours obligés de payer environ 10 000 $. Bien sûr, 10 000 $, c’est un rabais important par rapport aux 25 000 $ de coûts non subventionnés qui résulteraient de la loi. Mais ce n’est pas un rabais si important sur les frais de garde d’enfants non subventionnés actuels.

Enfin, il est important de noter que ces graphiques sont pour les familles avec un enfant en service de garde. Pour les familles en dessous du seuil de revenu, le montant qu’elles paient ne change pas si elles ont plus d’un enfant utilisant des services de garde : elles continuent de payer leur quote-part en fonction du revenu et le gouvernement prend le reste. Pour les familles au-dessus des seuils de revenu, le montant qu’elles doivent payer pour la garde d’enfants double si elles ont deux enfants en garderie, triple si elles ont trois enfants en garderie, et ainsi de suite. Ainsi, une famille au-dessus du seuil de revenu qui a des jumeaux paierait 50 000 $ par an, et non 25 000 $.

Le plan de garde d’enfants est un endroit où un peu plus de dépenses pourrait faire beaucoup pour s’assurer que tous les utilisateurs de services de garde sont pris en charge de la même manière que tous les utilisateurs de la maternelle à la 12e année sont actuellement pris en charge. Mais ce n’est pas la voie que les démocrates ont choisie.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire