L’espionnage de Covid-19 réintroduit contesté devant un tribunal — RT World News

0
183

Des groupes de défense des droits humains en Israël ont demandé à la Cour suprême d’abroger le décret du gouvernement autorisant à nouveau le service de sécurité intérieure à espionner les téléphones portables dans le cadre d’un plan visant à arrêter la nouvelle variante Omicron Covid-19.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré au Shin Bet, le service de sécurité intérieure d’Israël, d’utiliser la technologie de suivi téléphonique initialement développée à des fins de lutte contre le terrorisme, dans le cadre des mesures annoncées dimanche visant à empêcher la propagation de la nouvelle souche Omicron du virus. Bennett a également scellé Israël à tous les voyageurs étrangers pendant 14 jours.

Lire la suite




Lundi, quatre groupes de défense des droits humains ont déposé une requête devant la Haute Cour de justice d’Israël, contestant la décision de Bennett car « mauvais et illégal » et en violation de la décision antérieure du tribunal.

« La Haute Cour a statué en avril 2020 que le Shin Bet ne peut pas être autorisé à mettre en œuvre la recherche des contacts via des règlements d’urgence ou une décision gouvernementale, mais doit convoquer la Knesset [Israel’s parliament] et faire avancer la législation. Ainsi, la reprise du programme via une réglementation d’urgence est un mépris flagrant de l’État de droit », l’Association pour les droits civils en Israël (ACRI), l’un des groupes impliqués, a déclaré dans un communiqué.

De plus, l’espionnage du Shin Bet « viole la confiance fondamentale entre le citoyen et le gouvernement », a dit l’ACRI. Le programme a été autorisé pour la première fois en mars 2020, dans le cadre des mesures d’urgence de Covid-19, mais le tribunal l’a statué “n’est plus justifiable” ce mois de mars.

La technologie de surveillance fait correspondre l’emplacement du téléphone d’une personne à d’autres à proximité pour déterminer qui a pu entrer en contact étroit avec un porteur potentiel du virus. Un responsable du ministère de la Santé a déclaré dimanche que son utilisation serait “chirurgical” et cibler uniquement les porteurs confirmés ou suspectés d’Omicron.

Israël compte deux cas confirmés et dix autres cas suspects de la nouvelle souche du virus, détectés pour la première fois en Afrique australe. Bien que les informations à son sujet soient encore limitées, des médecins d’Afrique du Sud et du Botswana ont déclaré qu’il semblait nettement plus transmissible que les variantes précédentes, tout en ne provoquant jusqu’à présent que des symptômes bénins.

La Cour suprême a donné à Bennett jusqu’à mardi pour répondre à la requête.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire