Le président finlandais va appeler Poutine – médias — RT World News

0
163

Sauli Niinistö dit qu’il s’entretiendra avec le dirigeant russe pour discuter de l’évolution de la situation suite à la décision de rejoindre l’OTAN

Le président finlandais Sauli Niinistö aurait l’intention d’appeler son homologue russe, Vladimir Poutine, pour discuter de l’évolution de la situation sécuritaire dans la région maintenant que les dirigeants d’Helsinki ont décidé de rejoindre l’OTAN.

Niinistö a commenté son intention de contacter Poutine dans une interview avec l’agence de presse suédoise TT vendredi, un jour après avoir publié une déclaration selon laquelle la Finlande “doit demander l’adhésion à l’OTAN sans délai.” Le Kremlin a déclaré que l’adhésion de la Finlande à l’OTAN serait une menace pour la Russie et que l’expansion vers l’est du bloc militaire dirigé par les États-Unis compromet la sécurité dans la région.

“Je ne suis pas le genre de personne qui glisse au coin de la rue” Niinistö a parlé de ses efforts pour discuter de la question avec Poutine. “Je vais l’appeler et lui dire que la situation a changé, comme nous le savons tous les deux.”




La Finlande partage une frontière terrestre de 1 340 kilomètres (832 milles) avec la Russie et a mené une guerre avec l’Union soviétique en 1939. Avant la pandémie de Covid-19, Niinistö et Poutine se rencontraient généralement en personne deux fois par an. Le dirigeant finlandais s’est rendu à Moscou pour une réunion avec Poutine en octobre dernier, et les deux hommes se sont entretenus par téléphone en mars, lorsque Niinistö a fait part de ses inquiétudes concernant l’invasion russe de l’Ukraine deux semaines après le début de l’offensive militaire contre Kiev.

La Finlande a maintenu sa neutralité militaire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et les Finlandais se sont historiquement opposés à l’adhésion à l’OTAN. L’opinion publique a radicalement changé après l’arrivée des forces russes en Ukraine le 24 février. Un sondage réalisé par le média YLE a révélé qu’un record de 62 % des Finlandais étaient favorables à l’adhésion à l’OTAN. La Suède, qui a une histoire de neutralité militaire remontant à plus de deux siècles, envisage également de rejoindre le bloc.

Niinistö et le Premier ministre suédois Magdelana Andersson se sont entretenus par téléphone avec le président américain Joe Biden vendredi matin, quelques jours après que les deux dirigeants nordiques ont rencontré le Premier ministre britannique Boris Johnson. “Nous partagions une profonde inquiétude face à la guerre de la Russie contre l’Ukraine”, Niinistö a dit de l’appel de vendredi avec Biden. « J’ai passé en revue les prochaines étapes de la Finlande vers l’adhésion à l’OTAN. La Finlande apprécie profondément tout le soutien nécessaire des États-Unis.

LIRE LA SUITE:
Le Royaume-Uni signe de nouveaux accords de sécurité “pré-OTAN”

Bien que les dirigeants finlandais et suédois aient déclaré que l’invasion de l’Ukraine par la Russie les avait forcés à repenser leur position en matière de sécurité, ils cherchent maintenant à faire l’une des choses qui auraient déclenché le conflit actuel : demander l’adhésion à l’OTAN. Plutôt que de récolter les dividendes de la paix attendus après la fin de la guerre froide en 1989, l’OTAN a étendu sa portée jusqu’aux frontières de la Russie, rompant les promesses contre l’expansion vers l’est. Le bloc a ajouté 14 nouveaux membres depuis 1999, et l’Ukraine et une autre ancienne république soviétique, la Géorgie, ont demandé à faire partie de la prochaine vague d’expansion de l’OTAN.


L'adhésion de la Finlande à l'OTAN déclenchera une réaction – Moscou

Les dirigeants russes ont fait valoir que le fait d’avoir des membres de l’OTAN et des armes stratégiques déployées à la porte de leur pays viole le principe de “sécurité indivisible”, ce qui signifie que ni le bloc occidental ni Moscou ne devraient être autorisés à renforcer leur propre sécurité aux dépens de l’autre partie.

La Russie a attaqué l’Ukraine à la suite de l’échec de l’État voisin à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire