Le problème d’Erdoğan n’est pas avec la Suède et la Finlande mais avec la vocation occidentale de la Turquie

0
134

Lors d’un sommet historique cette semaine, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord adoptera un nouveau concept stratégique, le premier en 12 ans, pour guider les politiques de l’alliance dans un environnement de sécurité européen de plus en plus incertain. Cependant, l’objection du président turc Recep Tayyip Erdoğan à l’adhésion de la Suède et de la Finlande se profile. Les premières attentes selon lesquelles Erdoğan se laisserait “cajoler, persuader et éventuellement récompenser pour sa coopération” ne se sont pas concrétisées. Un effort de dernière minute pour négocier une percée la semaine dernière a également échoué, laissant le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, espérer une résolution « dès que possible » de l’impasse après le sommet.

L’intransigeance d’Erdoğan est largement attribuée à des considérations politiques intérieures, y compris un besoin désespéré de détourner l’attention de l’état désastreux de l’économie turque ainsi que de renforcer son baisse des sondages en jouant sur les sentiments nationalistes et anti-occidentaux endémiques. Aussi plausibles que soient ces explications, elles sont également sous-jacentes au propre malaise d’Erdoğan face à la vocation occidentale de longue date de la Turquie, symbolisée par son appartenance à l’OTAN ainsi qu’au Conseil de l’Europe. Il instrumentalise la question de l’adhésion de la Suède et de la Finlande pour affaiblir cette vocation, sinon la briser, pour éliminer les derniers contrôles institutionnels sur son règne d’un seul homme.

Il est important que les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN évitent les politiques qui joueraient dans l’agenda d’Erdoğan jusqu’aux élections nationales – en juin 2023 – avant d’annuler complètement une Turquie orientée vers l’Occident. Cela pourrait maintenir en vie les perspectives d’une Turquie capable de reconstruire sa démocratie et son économie, et de mieux servir ses propres intérêts de sécurité et ceux de l’alliance transatlantique, en ces temps instables.

Ce qui se cache derrière l’opposition d’Erdoğan à l’adhésion suédoise et finlandaise à l’OTAN

Erdoğan a d’abord annoncé qu’il ne voyait pas d’un bon œil les candidatures à l’adhésion à l’OTAN de la Finlande ou de la Suède, au motif qu’elles étaient devenues des “maisons sûres” pour les terroristes. Il s’agissait d’une référence à la présence et aux activités d’individus et d’organisations liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ainsi qu’aux Gülenistes, largement reconnus comme les auteurs de la tentative de coup d’État contre lui en juillet 2016. L’annonce a été faite en mai. 13 et a peut-être initialement été une tentative de détourner l’attention de deux événements à cette époque : l’interdiction politique du politicien de l’opposition Canan Kaftancıoğlu, largement reconnu pour avoir organisé la défaite du candidat préféré d’Erdoğan aux élections municipales de 2019 à Istanbul, et l’intervention violente de la police israélienne lors des funérailles de la journaliste américano-palestinienne assassinée Shireen Abu Akleh, sur lesquelles Erdoğan a choisi de garder un silence inhabituel. Il a ensuite intensifié ses objections en ajoutant que “toutes les formes d’embargos sur les armes”, en particulier par la Suède, contre l’industrie de défense turque vont à l’encontre de “l’esprit de partenariat militaire sous l’égide de l’OTAN”.

Erdoğan a depuis précisé qu’il ne renoncerait pas facilement à son veto à moins que ces objections ne soient traitées. Une vague d’activités diplomatiques a suivi pour répondre à ce que Stoltenberg a défini à de nombreuses reprises comme les préoccupations « légitimes » de la Turquie, sans résultats concrets. L’impasse semble résulter de différentes définitions du « terrorisme » et de l’insistance d’Erdoğan sur l’extradition de personnes, y compris des ressortissants suédois et un membre du parlement suédois. Il va sans dire que le soutien matériel direct, comme l’ont souligné plusieurs experts et anciens diplomates turcs, apporté au PKK – reconnu par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne comme une organisation terroriste – est en effet problématique et doit être résolu. La complication découle d’une définition du terrorisme dans la législation turque qui va au-delà de la criminalisation de la participation à des actes de violence et porte atteinte à la liberté fondamentale d’expression. Ce cadrage lâche et souvent agressif des termes terroriste et terrorisme est régulièrement utilisé par Erdoğan et les membres de son gouvernement pour faire taire et réprimer leurs détracteurs et opposants.

La position intransigeante d’Erdoğan contraste avec les premières années de sa direction de la Turquie, lorsqu’il semblait attaché aux valeurs démocratiques libérales et lorsqu’Ankara – avec un soutien considérable des États-Unis, de la Finlande et de la Suède – a entamé son processus d’adhésion à l’UE. La Turquie a réalisé sa plus grande intégration avec la communauté transatlantique, et a partagé les responsabilités de maintien de la paix au nom de l’OTAN dans son voisinage, et a constamment soutenu l’élargissement de l’OTAN, y compris la politique de la « porte ouverte ».

Erdoğan a depuis transformé le système parlementaire turc en un système présidentiel sans pratiquement aucun frein et contrepoids à son pouvoir. L’autoritarisme croissant et la répression des critiques et des opposants sont devenus un visage déterminant du pays, avec la condamnation de l’activiste de la société civile Osman Kavala et Selahattin Demirtaş, ancien chef du principal parti politique kurde, ainsi que la probabilité que le maire d’Istanbul Ekrem Imamoğlu, qui aime meilleures notes dans les sondages qu’Erdoğan, pourrait également faire l’objet d’une interdiction politique.

L’OTAN est devenue une autre cible du vitriol d’Erdoğan alors qu’il blâme l’Occident pour les maux économiques et l’isolement politique croissants de la Turquie. Cela remonte au lendemain de la tentative de coup d’État de 2016, lorsque des députés du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir ont allégué l’implication de l’OTAN sans présenter la moindre preuve, la qualifiant même d’« organisation terroriste ». Cette allégation a été périodiquement entretenue par le gouvernement même si Erdoğan l’a personnellement évitée. Pourtant, les relations étroites d’Erdoğan avec le président russe Vladimir Poutine, la décision d’acheter des missiles S-400 à la Russie et une bataille diplomatique acharnée à leur sujet avec Washington ont profondément nui à la fiabilité de la Turquie en tant qu’allié de l’OTAN. Le scepticisme quant à la place de la Turquie dans l’alliance a été encore aggravé par la menace d’Erdoğan d’expulser 10 ambassadeurs occidentaux, dont sept alliés, pour lui avoir demandé de mettre en œuvre une décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) et de libérer Kavala. Au lieu de cela, Erdoğan a choisi de rejeter catégoriquement la décision de la CEDH ainsi que l’ouverture par le Conseil de l’Europe d’une action disciplinaire contre la Turquie.

Ce récit anti-occidental et anti-américain persistant a trouvé un climat réceptif dans une population turque privée d’accès à des discours alternatifs. Sans surprise, le public turc a perçu ces dernières années une plus grande menace pour la sécurité des États-Unis que de la Russie (voir les diapositives 81-83 ici). Selon Metropoll, une société de recherche sur l’opinion publique, 65% des personnes interrogées en avril 2022 ne faisaient pas confiance à l’OTAN; en janvier, 39,4% préfèrent des relations plus proches avec la Chine et la Russie contre 37,5 % préférant des relations plus étroites avec l’UE et les États-Unis

Les réalités géopolitiques limitant Erdoğan et l’OTAN

Pourtant, malgré les sentiments anti-occidentaux qu’Erdoğan a suscités, il reste spectaculairement timide à l’idée de rompre les liens avec l’OTAN. Ses confrontations intermittentes au cours des dernières années n’ont pas atteint un point où il peut se permettre d’annoncer l’abandon de l’alliance par la Turquie. Le plus fort qu’il puisse parler au niveau national, c’est lorsqu’il reste silencieux face aux suggestions selon lesquelles la Turquie devrait quitter l’OTAN, comme son allié politique Devlet Bahçeli, le chef du Parti du mouvement nationaliste ultra-nationaliste, l’a hardiment défendu le mois dernier. Pour le public occidental, il a même réitéré dans un article récent de The Economist son engagement envers l’OTAN et son expansion. L’ambiguïté d’Erdoğan quant à savoir s’il est disposé ou capable de séparer la Turquie de l’OTAN et de l’Occident au sens large démontre les limites de son pouvoir et offre une ouverture à des considérations politiques.

Le président turc s’est retrouvé dans une situation où il doit négocier son malaise avec l’Occident et tout ce que cela représente avec la réalité sur le terrain. La situation géopolitique entourant la Turquie – et plus particulièrement la guerre de la Russie contre l’Ukraine – exacerbe les maux économiques du pays et a un impact négatif sur sa sécurité nationale. Près de 58 % du public turc croit toujours que l’OTAN est nécessaire pour la sécurité de la Turquie. L’objection d’Erdoğan à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN est un symptôme de son aversion pour les valeurs représentées par l’adhésion de la Turquie à l’alliance et à d’autres institutions occidentales, notamment le Conseil de l’Europe et la Cour européenne des droits de l’homme. Ces valeurs et institutions sont un obstacle à son règne d’un seul homme ainsi qu’à son objectif idéologique de briser à terme la vocation occidentale traditionnelle de la Turquie.

Mais l’OTAN a aussi besoin de la Turquie, comme l’a souligné un ancien commandant des forces américaines en Europe qui a déclaré : « Je ne veux même pas penser à l’OTAN sans la Turquie. L’avenir de la Turquie au sein de l’OTAN dépendra en grande partie des résultats des élections dans le pays l’année prochaine. L’opposition a exprimé à plusieurs reprises son engagement à relancer la démocratie turque même si, en matière de politique étrangère, jusqu’à présent, elle est restée à l’écart ou s’est sentie obligée de suivre la ligne nationaliste d’Erdoğan. Jusque-là, il est important de ne pas radier la Turquie.

Dans le cas de l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, on peut s’attendre à ce que les deux parties finissent par se rencontrer dans une solution pragmatique. En cas d’échec, des membres clés de l’OTAN comme les États-Unis et le Royaume-Uni semblent disposés à étendre les garanties de sécurité bilatérales à la Suède et à la Finlande. En fin de compte, le maintien de la Turquie dans l’OTAN pourrait une fois de plus – tout comme il y a 70 ans lorsqu’elle a rejoint l’alliance pour la première fois – servir de vecteur pour renforcer mutuellement la vocation occidentale de la Turquie et sa démocratie tout en bénéficiant à la sécurité transatlantique, en particulier à une époque aussi difficile que le nouveau Le concept stratégique de l’OTAN est censé répondre.



La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire