L’Iran et les États-Unis relancent des pourparlers nucléaires cruciaux au Qatar avec la médiation de l’UE | Actualités de l’énergie nucléaire

0
135

Les pourparlers prévus à Doha pourraient être une dernière occasion pour Washington et Téhéran de sauver l’accord nucléaire historique de 2015.

Téhéran, Iran – L’Iran et les États-Unis reprendront leurs pourparlers bloqués, visant à rétablir un accord nucléaire historique de 2015, au Qatar avec la médiation de l’Union européenne.

Nasser Kanani, récemment nommé porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré lundi au site d’information iranien IRNA que le négociateur en chef de Téhéran, Ali Bagheri Kani, se rendrait à Doha mardi pour entamer les pourparlers.

L’envoyé spécial américain pour l’Iran, Robert Malley, se serait également rendu dans la capitale qatarie.

Des informations parues dans les médias iraniens et occidentaux indiquent que Bagheri Kani et Malley rencontreront séparément le ministre qatari des Affaires étrangères, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman bin Jassim Al Thani.

La nouvelle des pourparlers intervient deux jours après que le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, s’est rendu à Téhéran pour rencontrer le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabdollahian et les deux parties ont annoncé une reprise “immédiate” des pourparlers qui étaient dans l’impasse depuis mars.

L’Iran a soutenu que, plus que toute autre chose, il veut s’assurer que les avantages économiques promis dans le cadre de l’accord initial seront garantis pendant les négociations. Les États-Unis veulent rétablir l’accord pour rétablir les freins au programme nucléaire iranien, qui, selon Téhéran, est pacifique.

Les États-Unis ont unilatéralement abandonné l’accord en 2018 sous la présidence de Donald Trump et ont imposé des sanctions sévères à l’Iran qui sont appliquées à ce jour par l’actuel président Joe Biden.

Les pourparlers pour rétablir le Plan d’action global conjoint (JCPOA), comme l’accord est officiellement connu, ont commencé en avril 2021 entre l’Iran et le P4+1 – Chine, Russie, France, Allemagne et Royaume-Uni – à Vienne avec une participation indirecte des États-Unis .

La plupart des questions ont été convenues en mars, mais quelques questions consécutives concernant la portée de la levée des sanctions restaient entre l’Iran et les États-Unis. Les pourparlers se sont poursuivis indirectement par le biais de la médiation de l’UE, mais les négociateurs ne sont pas parvenus à s’entendre sur ces questions, dont l’une était de savoir si la désignation d’« organisation terroriste étrangère » sur le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien serait levée.

Il n’y a aucune garantie que les pourparlers du Qatar aboutiront à un accord final, mais ils pourraient signaler un effort final car le temps qu’il reste pour relancer l’accord nucléaire pourrait être limité.

Plus tôt ce mois-ci, l’Iran a démantelé 27 caméras de surveillance mises en place par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans le cadre du JCPOA, et installé des centrifugeuses avancées, en réponse à une censure de Téhéran proposée par les États-Unis et leurs alliés européens au conseil d’administration de l’agence. de la réunion des gouverneurs.

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, et Borrell de l’UE ont averti que la décision de Téhéran pourrait s’avérer fatale aux efforts du JCPOA si une solution n’est pas trouvée dans les semaines.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/27/iran-us-restart-crucial-nuclear-talks-in-qatar-with-eu-mediation

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire