Le rapport intergénérationnel prévoit un avenir sombre

0
66

Dans quarante ans, l’Australie comptera moins de jeunes, qui s’occuperont d’un plus grand nombre de personnes âgées tout en luttant contre des logements inabordables et un niveau de vie en baisse. Il fera souvent trop chaud pour sortir de chez soi pour travailler, et au lieu de dépenser de l’argent dans des services destinés à améliorer la situation, le gouvernement se lancera dans une guerre avec la Chine, réelle ou imaginaire.

C’est le tableau brossé par le sixième rapport intergénérationnel du Trésor, publié en août – si ce n’est exactement dans ses termes.

Ces rapports, commandés pour la première fois par le gouvernement Howard en 2002, visent apparemment à projeter les changements sociaux et économiques sur 40 ans. Dans la pratique, il s’agit d’affaires partisanes qui se rapprochent des enjeux que le gouvernement en place met déjà en avant (par exemple, le changement climatique a été peu mentionné dans la version du rapport d’un gouvernement libéral).

En outre, les prévisions sociales s’étendant sur plusieurs décennies sont vouées à être erronées. De nombreuses prédictions clés d’il y a vingt ans se sont déjà révélées incorrectes ou annulées dans des rapports ultérieurs.

Tout cela mis à part, celui-ci sonne plutôt vrai. La situation actuelle de la plupart des jeunes et des travailleurs est déjà sombre, et si aucune tentative sérieuse n’est faite pour améliorer la situation, l’avenir risque de s’avérer pire.

Prenez le vieillissement de la population. Le rapport prévoit que l’âge médian augmentera de 4,6 ans pour atteindre 43,1 ans en 2063 (après avoir déjà augmenté de huit ans depuis le début des années 1980) et que la part de la population âgée de plus de 65 ans augmentera jusqu’à près d’un quart. En apparence, cela devrait mettre en évidence quelques bonnes choses : les soins de santé se sont améliorés, de sorte que les gens vivent plus longtemps, et les femmes ont un meilleur accès à la contraception et davantage d’options pour vivre en dehors de la maison.

Mais si l’on considère l’état actuel des services de soins aux personnes âgées, cela est préoccupant. Le secteur regorge de travailleurs mal payés et est en proie à des scandales d’abus. Il est presque entièrement privatisé et stratifié selon les revenus et la richesse. Cela va se croiser avec la crise de l’accessibilité financière du logement (sur laquelle le rapport est remarquablement bref, le gouvernement albanais essayant de nous convaincre qu’il est en train de résoudre le problème) : de nombreuses maisons de retraite exigent désormais que les résidents vendent leur maison pour acheter une entrée dans l’établissement. Selon le dernier recensement, le taux d’accession à la propriété des 30 à 34 ans est tombé à 50 pour cent, contre 64 pour cent en 1971. C’est la génération qui prendra sa retraite dans 40 ans.

Il est possible que la responsabilité de prendre soin des personnes âgées soit transférée aux familles. Mais il s’agira de familles aux revenus relativement inférieurs à ceux d’aujourd’hui, selon le rapport. Le taux de croissance annuel moyen du revenu par personne devrait être de 1 pour cent, contre 2,1 pour cent au cours des 40 dernières années. Mais cela suppose que toutes les augmentations soient partagées de manière égale au sein de la population. Selon l’Australia Institute, entre 2009 et 2019, les 10 % les plus riches ont gagné 93 % de la croissance totale des revenus. Il faudra une bataille industrielle monumentale pour commencer à inverser la tendance.

D’autres tendances sombres sont évoquées dans le rapport : un système de retraite dépendant des pensions de retraite, dont les jeunes disposent de moins en moins ; l’impact des progrès de la technologie et de l’IA sur la main-d’œuvre (même si à ce sujet, le rapport dresse un tableau injustifiablement rose) ; et le nombre croissant de personnes qui dépendront de services sociaux qui se dégradent d’année en année.

Mais lorsque l’on pense à l’avenir, le problème le plus important qui sous-tend tous les autres est le changement climatique. Le rapport se concentre principalement sur la façon dont le changement climatique affectera la productivité du travail (la quantité de choses produite par un travailleur dans un laps de temps donné) : après tout, il est publié par le Trésor et s’intéresse principalement à la santé du capitalisme australien.

Mais la hausse des températures et la fréquence accrue des phénomènes météorologiques catastrophiques auront un coût social qu’il est encore difficile d’imaginer pleinement. Des saisons de feux de brousse sauvages, des factures d’énergie inabordables, des banlieues et des villes invivables, des réfugiés climatiques confrontés à la frontière militarisée de l’Australie et bien d’autres choses encore se profilent à l’horizon – en fait, certains d’entre eux sont déjà là.

Il y a ensuite les chocs qui pourraient aggraver la situation, mais qui ne figurent pas dans les hypothèses du Trésor. Une autre pandémie, un krach économique, une guerre entre grandes puissances : tout cela est possible.

Mais la question la plus flagrante qui se pose lorsque l’on réfléchit à l’avenir est la suivante : que compte faire le gouvernement à propos de tout cela ?

En l’état, rien.

La politique travailliste du logement n’effleurera même pas la surface de la crise. Malgré de nombreuses références dans le rapport (38 au total) à une « transformation nette zéro », le gouvernement développe l’industrie des combustibles fossiles et les émissions augmentent. Au lieu d’investir massivement pour renationaliser les services publics et redistribuer l’argent à ceux qui en ont vraiment besoin, Albanese poursuit la phase 3 des réductions d’impôts et augmente le budget militaire.

À ce rythme-là, notre avenir se résumera réellement à nous serrer les coudes dans des maisons de location pour échapper à la chaleur torride pendant que les sous-marins nucléaires patrouillent les frontières.

Source: https://redflag.org.au/article/intergenerational-report-forecasts-bleak-future

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire