Le régime pro-nazi de Vichy en France a toujours des défenseurs

0
66

JW

La période initiale d’après-guerre a été marquée par divers arguments qui ont construit le rôle de la résistance. Les manuels scolaires parlaient du fait que les Français étaient des résistants plutôt que des collaborateurs. Un argument s’est développé selon lequel Vichy jouait le rôle de bouclier tandis que De Gaulle et la résistance jouaient le rôle de l’épée : autrement dit, il y avait une sorte de complémentarité entre les deux.

Les mentalités ont changé au lendemain de 1968. C’était en partie parce qu’il y avait une remise en cause générale de l’establishment, et en partie à cause de la sortie de films comme Le chagrin et la pitié ou des livres comme l’étude de Robert Paxton sur Vichy France. Parallèlement aux histoires de survivants juifs de l’occupation, ils ont révélé la complicité du régime de Vichy dans les crimes de l’occupation, montrant que Vichy a adopté ses propres mesures contre les Juifs en tant que collaborateur volontaire de l’Allemagne nazie.

Un certain nombre d’événements charnières ont ensuite ramené la question de Vichy et des crimes de l’occupation sur le devant de la scène. L’un était l’émergence du Front National, un parti politique majeur dont la direction, certainement pendant la majeure partie des années 1970, comprenait d’anciens membres de la milice de Vichy et de la Waffen-SS. Le passé politique de Jean-Marie Le Pen inclut la conduite d’une campagne présidentielle pour un ancien ministre de Vichy. Cela a attiré l’attention sur les continuités entre le présent et le passé.

Il y a eu une série d’essais très médiatisés, ou de tentatives d’essais, de collaborateurs. Paul Touvier était un membre de la milice de Vichy à Lyon qui a servi sous Klaus Barbie et a réussi à échapper, pendant plusieurs années, aux accusations de crimes contre l’humanité. Georges Pompidou lui accorde une grâce présidentielle.

Il y a eu des retards dans les enquêtes policières. Le clergé catholique lui a fourni des maisons sûres. Tout cela signifie que Touvier n’a été arrêté qu’à la fin des années 1980, puis il y a eu de nouveaux retards pour le traduire en justice avant qu’il ne soit finalement condamné en 1994. Le cas individuel de Touvier, en d’autres termes, a mis en lumière le rôle de plusieurs institutions dans la société française.

Le cas de René Bousquet était similaire. Bousquet est devenu le chef de la police sous Vichy et a organisé la rafle des Juifs au Vélodrome d’Hiver en 1942. Il a supervisé plus de soixante mille déportations vers les camps de la mort. Le nombre total de déportations était de soixante-seize mille.

Bousquet n’était pas simplement protégé – il a continué à mener une carrière réussie dans la période d’après-guerre. Il était ami avec François Mitterrand. Il a fallu près de cinquante ans pour que son rôle dans la déportation des Juifs soit révélé, et il a été assassiné avant d’être traduit en justice.

L’affaire Bousquet a mis en lumière le rôle de Mitterrand, ce qui a soulevé un certain nombre de questions inconfortables, non seulement sur Mitterrand lui-même, mais sur toute la période d’occupation. Mitterrand a donné une série d’entretiens confessionnels vers la fin de son deuxième mandat en tant que président. Cela a rappelé des souvenirs de Vichy et souligné l’élément de continuité entre Vichy et les périodes qui l’ont précédé et suivi.

Mitterrand avait flirté avec l’extrême droite avant la guerre, et il était honoré par le régime de Vichy. Il a joué plus tard un rôle dans la résistance, mais il a continué à cultiver son amitié avec Bousquet dans la période d’après-guerre. Il a refusé en tant que président de s’excuser pour les crimes du régime de Vichy, car il soutenait que la République française n’avait rien à voir avec cela et que la France n’était pas responsable. Ce n’est que son successeur Jacques Chirac qui s’est excusé au nom de la nation française pour sa complicité dans la Shoah, tout en soulignant qu’il existait une autre France à l’époque, représentée par la résistance.

Le procès de Maurice Papon en 1997-98 a une nouvelle fois mis en lumière le rôle des fonctionnaires complices des crimes de l’occupation puis servis dans les administrations d’après-guerre sous la IVe et la Ve République. Il y avait un autre élément avec Papon. Ayant joué un rôle dans la déportation des Juifs de la région bordelaise pendant la guerre, après la libération, il a également joué un rôle dans les mesures coloniales françaises de répression.

Il était préfet de police à Paris. En octobre 1961, des policiers sous son commandement ont participé à l’arrestation d’une dizaine de milliers d’Algériens, dont beaucoup ont été battus à mort, leurs corps jetés dans la Seine. Il a été contraint de se retirer après l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, l’homme politique de l’opposition marocaine, en 1965, mais il a tout de même été directeur de la société Sud Aviation.

En d’autres termes, non seulement le procès Papon a mis à nu les continuités entre le régime de Vichy et la fonction publique d’après-guerre, il a également mis à jour les continuités entre les crimes de l’occupation et les crimes de la période coloniale. Il a mis en lumière les deux tabous politiques dominants de l’après-guerre, dont l’un, Vichy, a commencé à être abordé, tandis que l’autre n’a pas été correctement abordé du tout.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici