Seul l’Occident peut sauver la Géorgie

0
117

« Nous avons besoin de vous, Tim », n’a dit personne. « La couverture de ce qui se passe en Géorgie n’est tout simplement pas suffisante. Bon sang, il n’y a qu’Ani Chkhikvadze dehors qui explique les choses avec style et substance – tu ne veux pas planter ta rame ? Vous vous appelez anglais, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est votre droit national d’intervenir lorsque vous n’avez pas été invité et lorsque votre contribution n’est probablement pas souhaitée. »

— Bon sang, tu as raison, soupirai-je. Et donc, comme un flic de LA sortant de sa retraite pour résoudre la grande affaire, je me retrouve métaphoriquement en train d’avaler la dernière goutte de whisky dans le verre, de remettre mon pistolet politique dans son étui et de dépoussiérer mon badge de chroniqueur.

Me voici donc, ressentant l’habituelle frustration ébouriffante mélangée à une étrange légèreté de cœur, comme un homme portant un lourd fardeau, et me retrouve une fois de plus à contempler les choses à Tbilissi.

Je commence à penser que j’étais à la Géorgie ce qu’Atlas était au monde dans la mythologie grecque, le tenant et le maintenant stable – je veux dire, l’endroit est vraiment devenu un endroit pour les chiens depuis que je suis parti il ​​y a six mois. Et, comme toujours, à peu près tout le monde est à blâmer.

Cela n’a cependant pas été une période ennuyeuse. Saakachvili a tourné à son avantage une situation personnellement désastreuse, la faction Georgian Dream a finalement fourni suffisamment de preuves qu’elles partagent toutes les mêmes trois cellules cérébrales, et nous avons eu droit à une masterclass de jeunes politiciens ukrainiens sur la façon de torpiller des carrières politiques prometteuses. avant qu’ils ne décollent à peine du sol.

[Note: if you are fortunate enough to be one of my regular readers, you might recall the piece I wrote in the wake of having spent some time with Saakashvili in Ukraine earlier this year. It has come to my attention that a number of commentators in Georgia have insinuated that I could have made a pile of cash from the Georgian Dream party by penning such a critical piece. Well, nobody offered and I wouldn’t have accepted; I am firm but fair, as A. A. Gill once said about his own work – although mine is without his skill, style, or cash. Besides, I imagine I said too many nice things about Saakashvili for Georgian Dream’s taste, anyway.]

Partant de l’évidence, je commencerai notre exploration des lignes de fracture avec le parti Georgian Dream. Ils ont d’abord eu des difficultés à appréhender Saakachvili lors de son entrée illégale en Géorgie et de la reconstitution ultérieure de Catch Me If You Can ; ils ont ensuite tenté de dissimuler leur incompétence en affirmant qu’ils avaient simplement dit qu’ils ne pouvaient pas le trouver pour l’attirer dans un faux sentiment de sécurité, comme s’il était un tigre du Bengale en liberté du zoo de Londres qui a besoin de zapper avec un tranquillisant arme à feu.

Cela a été suivi d’une performance politique équivalant à des cadres supérieurs de Georgian Dream montrant leurs culs nus à Bruxelles tout en souriant à leurs amis à Moscou. Après tout, il a fallu beaucoup trop de temps pour l’accuser de quoi que ce soit.

Maintenant, ignorons l’illégalité de garder quelqu’un sous clé sans inculpation et concentrons-nous sur sa stupidité. Pendant près d’une décennie, l’équipe de Georgian Dream (il reste insensé de les appeler une fête ces jours-ci) a insisté sur le fait que Saakashvili est un criminel et qu’il doit être renvoyé en Géorgie pour faire face aux accusations portées contre lui. Maintenant qu’ils l’ont en fait, ils ne semblent pas savoir quoi faire de lui.

Les cyniques – ou logiques, qui sont des termes synonymes dans cette affaire – pourraient se demander pourquoi diable il leur a fallu autant de temps pour l’inculper s’il est si coupable : ils ont eu une décennie pour rassembler les preuves, donc si c’est aussi clair- coupé comme ils le disent depuis 2012, continuez et emprisonnez-le.

Ces accusations sont centrées sur de vagues accusations de corruption, d’abus de pouvoir et de détournement de fonds, et là encore, sur ces pages, je dois exprimer ma sympathie aux diplomates occidentaux car la nature incessamment malhonnête et incompétente de la politique géorgienne signifie que chaque côté pourrait avoir raison . Je peux bien croire que les accusations d’abus de pouvoir de Saakachvili pourraient rester devant les tribunaux, en particulier concernant des incidents tels que son raid sur Iberia TV en 2004 ; la corruption aussi pourrait probablement être mise en cause, notamment en ce qui concerne la nomination d’amis ou de jeunes femmes séduisantes (vous avez peut-être remarqué que sa carrière politique semble suivre un schéma partout où il va).

Mais alors, ce genre d’accusations peut se résumer à des questions d’opinion. Pour jouer l’avocat du diable – et dans l’esprit de Georgian Dream, pour autant qu’il en ait un, Saakachvili est le diable mélangé à Hitler et Kevin Spacey – Saakachvili a nommé Vera Kobalia il y a toutes ces années parce qu’elle a, comme j’aime à le dire, le message pour les gars, n’est guère aussi mauvais que Bidzina Ivanishvili sélectionnant des Premiers ministres consécutifs. Et si elle a obtenu ce travail en prenant le Saakashvili Political Express comme certains le prétendent, eh bien, au moins elle avait étudié au Canada plutôt qu’à Moscou. En d’autres termes, si ce genre de chose est ce qu’ils appellent de la corruption, Georgian Dream ferait mieux de faire attention.

Les accusations de détournement de fonds sont une autre affaire. À mon avis, cela semble être quelque chose dont Saakashvili serait capable, de la sorte qu’en tant que «sauveur de la nation» autoproclamé, il pourrait penser qu’il méritait quelques gâteries supplémentaires dans le pot à biscuits financier; en même temps, c’est exactement le genre de choses sur lesquelles Georgian Dream mentirait. Oui, je plains vraiment les diplomates occidentaux. Obtenir la vérité sur ces situations est à peu près aussi simple que de naviguer dans un labyrinthe les yeux bandés et de recevoir des coups de pied au visage à plusieurs reprises.

Comme l’ont montré les images de leur traitement à son égard, leur imagination pour le traiter comme une menace ne va nulle part au-delà de « Saakachvili est notre ennemi. Il faut se débarrasser de lui ». Qu’ils essaient de le faire d’une manière si pathétiquement maladroite en dit long sur leur capacité intellectuelle collective ou leur absence. Le temps qu’il leur a fallu pour le faire comparaître en justice ne peut être dû qu’à ce qu’ils craignent que les accusations ne collent pas et qu’une comparution devant le tribunal ne fasse que lui donner une plate-forme majeure.

Il est, après tout, un bon orateur – pas pour lui la rhétorique brouillonne, maladroite, maladroite et souvent paniquée ou réactionnaire que vous voyez dans le rêve géorgien. Et après une grève des accrocs, avec des images diffusées de son traitement épouvantable en détention…? Non, ils n’osent pas laisser monter sur scène le vaillant martyr meurtri et meurtri mais toujours déterminé à se faire entendre – et il se ferait entendre, il est clair que même eux n’en doutent pas.

Bien sûr, ils sont déjà tombés dans son piège. C’est un homme astucieux et il semble avoir correctement deviné que sa performance en tant que patriote battu et affamé susciterait la sympathie du public – quelque chose que, encore une fois, le parti Georgian Dream ne semble pas comprendre.

Comme je l’ai déjà écrit sur ces pages, j’aimais davantage Saakachvili avant de le rencontrer, mais j’ai également témoigné de mon admiration pour son talent politique. Et je dois dire qu’il a réussi à faire triompher une rentrée désastreuse en Géorgie. Je ne doute pas qu’il ait d’abord cru qu’à son retour, il aurait droit à Rose Revolution 2.0 avec toutes les personnes affluant dans ses tripes avec des drapeaux rouges et blancs. Quand il s’est rendu compte que les gens s’en fichaient, il fait ils s’en soucient. Autant je déplore son arrogance et son incapacité à être critiqué, autant je ne peux m’empêcher de respecter son courage physique.

Mais l’homme lui-même est également fautif dans tout cela. À mon avis, ce grand retour glorieux en Géorgie est venu simplement parce que Saakachvili avait – enfin – réalisé que sa capitale politique en Ukraine était à moins de chiffres depuis des années. Ce genre de troubles politiques n’est pas ce dont la Géorgie a besoin – pas pour Saakachvili la maxime du « si vous aimez quelque chose, laissez-le partir ». Cela ne veut pas dire, bien sûr, que ce qu’il Est-ce que besoin est plus de rêve géorgien, avec leurs tendances rétrogrades démocratiques et autoritaires de plus en plus effrontées.

Je suppose que c’est mon principal point d’ombrage : l’idée que les seuls choix de la Géorgie pour son avenir sont soit Saakachvili devenant effectivement roi, soit Ivanishvili continuant sa conduite sur la banquette arrière. Comme l’a écrit l’ancien ambassadeur américain Ian Kelly sur Twitter : « Les deux sont un poison dans le corps politique. Comme tous les hommes politiques, y compris dans mon pays, qui privilégient le conflit et le pouvoir personnel à l’intérêt national ». Je n’aurais pas pu mieux le dire moi-même – c’est évidemment la raison pour laquelle je l’ai cité ici. Il a aussi mis le doigt sur un point clé dans tout ce triste scénario.

Vous avez peut-être vu des photos des manifestations de l’opposition, certaines personnes tenant des pancartes disant « Non à BeloGeorgia ! Bien qu’il s’agisse d’un coup de poignard évident contre Alexandre Loukachenko du Bélarus et de la comparaison prévisible avec Ivanishvili, la Géorgie deviendrait inévitablement BeloGeorgia si Saakachvili revenait. Saakachvili respecte-t-il les processus démocratiques ? En pratique, j’imagine (mais je n’en suis pas certain) qu’il le fait. En principe, cependant, je ne pense pas qu’il soit entièrement d’accord avec cela. Après tout, Saakachvili n’a pas compris après les élections successives en Géorgie et en Ukraine qu’il n’est pas ce que les gens veulent.

Bien sûr, l’homme se sent aussi probablement satisfait de lui-même pour avoir provoqué un incident diplomatique majeur entre Kiev et Tbilissi, ce qui était sans aucun doute son intention. Au moment où la Géorgie et l’Ukraine se raccommodaient et rejouaient bien, la Géorgie arrête un citoyen ukrainien. Même Volodymyr Zelensky – un acteur dont le talent politique pourrait peut-être être qualifié d’amateur par charité – remarqua que ce n’était guère une bonne nouvelle.

Je crains de ne pas pouvoir non plus absoudre les étrangers du blâme, de la poignée de députés ukrainiens bien intentionnés à l’Occident inactif. La pratique de l’Europe et de l’Amérique consistant à donner aux pays en développement les outils et l’argent nécessaires pour construire leurs nations a manifestement échoué partout où elle a été tentée. Bien sûr, des conseils ont été fournis, mais cela a davantage pris la forme d’un professeur de piano âgé que d’un instructeur militaire. Naturellement, c’est plus agréable quand quelqu’un exprime une « grave inquiétude » au sujet de vos défauts plutôt que de vous donner un coup de pied dans les côtes, mais le résultat final est assez différent.

Des partisans de l’ancien président Mikeil Saakashvili assistent à une manifestation dans la capitale géorgienne Tbilissi pour exiger sa libération de prison.

Bien sûr, si l’Occident adoptait une approche plus directe en disant aux Géorgiens ce qu’il faut faire, il serait seulement accusé de néo-impérialisme, mais puisque cela leur est de toute façon reproché, ils pourraient tout aussi bien y aller. À vrai dire, je connais pas mal de Géorgiens qui, à ce stade, en ont marre de leurs propres politiciens, ne s’opposeraient même pas à être nommés 51st Etat.

Quant aux députés ukrainiens bien intentionnés, que j’ai rencontrés et que j’ai plutôt appréciés, mon conseil serait de prendre du recul. Il y a une chance – juste une chance, remarquez – que Saakachvili soit vraiment coupable de certaines des choses dont il a été accusé ; en outre, il a définitivement franchi une frontière sans présenter de passeport, ce qui est une pratique généralement mal vue par les esprits légaux. Mais je comprends pourquoi ils sont si passionnés à le défendre : après tout, ils n’ont entendu que sa version des faits.

Cela m’amène à voir à quel point Saakachvili a un grand talent pour faire tomber ses partisans, de ceux qui l’ont abrité à son arrivée en Géorgie (je me demande ce qu’on leur a promis ?) à son nouveau partenaire. Je ne serais jamais du genre à faire obstacle au véritable amour, bien sûr, mais annoncer une relation sur Facebook alors que la femme néerlandaise de Saakachvili – qui s’est même présentée aux élections pour représenter son parti en son absence – n’était pas au courant de cette heureuse nouvelle union est juste un peu insipide (de plus, ma chère, étudier pendant un an à Oxford ne constitue pas réellement «être allé à Oxford»). D’ailleurs, vu comment Saakachvili m’a expliqué dans un parc de Marioupol à quel point les filles russes étaient des filles ukrainiennes (ses mots exacts étaient un peu plus grossiers), même si son nouveau partenaire ukrainien se tenait à seulement vingt pas… d’un gentleman, ni de quelqu’un d’amoureux. Bon sang, cela aurait sonné ringard de la part d’un adolescent de seize ans au coin d’une rue, sans parler d’un ancien chef d’État.

Je ne mentionne pas cela pour être facétieux – enfin, peut-être un peu, mais c’est un fruit à portée de main – je ne vois tout simplement pas comment cela pourrait éventuellement faire avancer la carrière de ces députés ukrainiens en s’accrochant à un homme dont l’héritage politique sera, s’il a de la chance, dans les mémoires comme « mixte ».

Alors qui est responsable de cette farce ? Pratiquement tout le monde. Mais quant à savoir qui perdra le plus, peu importe le résultat, je crains que la réponse ne puisse être que la Géorgie. L’Europe a, à mon avis, une dernière chance d’affirmer sa revendication d’influence régionale dans le Caucase en prenant maintenant la main lourde en Géorgie, mais il est extrêmement douteux qu’elle en ait la volonté.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire