Le renforcement militaire de la Chine doit être transparent : Australie | Nouvelles

0
47

Singapour – Lors de son premier déploiement international depuis sa prestation de serment en tant que vice-Premier ministre et ministre de la Défense australien, Richard Marles a assisté à un important sommet sur la sécurité régionale à Singapour, connu sous le nom de Dialogue Shangri-La.

La conférence de trois jours, organisée par l’Institut international d’études stratégiques basé à Londres, a attiré des chefs de la défense de toute la région Asie-Pacifique. Moins d’un mois après avoir prêté serment, le nouveau gouvernement australien a intensifié ses efforts diplomatiques pour dialoguer avec ses voisins.

La ministre des Affaires étrangères Penny Wong s’est rendue dans le Pacifique quelques jours seulement après avoir prêté serment et a rejoint le Premier ministre Anthony Albanese lors de sa visite en Indonésie. Au cours de la conférence, le ministre a rencontré ses pairs de toute la région, dont son homologue chinois, le général Wei Fenghe.

Il s’agissait de la première réunion de haut niveau avec Pékin depuis janvier 2020, marquant la fin d’un gel diplomatique entre l’Australie et la Chine. Dimanche, Marles a déclaré aux journalistes que la réunion était “une première étape cruciale”.

Jessica Washington d’Al Jazeera a rencontré Marles au Shangri-La Dialogue, où il a partagé ses réflexions sur la revitalisation des liens avec le Pacifique et les relations de l’Australie avec la Chine.

Al Jazeera: Vous êtes ici au Shangri-La Dialogue à Singapour. Votre premier voyage international en tant que ministre de la Défense. Quelles sont vos priorités ici ?

Marles : C’est formidable d’être ici, c’est formidable d’être ici pour discuter avec tant de ministres de la Défense dans le monde, mais particulièrement avec les ministres de la Défense de notre région. La priorité est de rencontrer les gens, de les connaître, de comprendre leurs enjeux. Les messages que nous apportons à ce dialogue sont l’importance de l’ordre mondial fondé sur des règles, l’importance d’avoir établi des règles de conduite.

Que la manière dont les pays interagissent est déterminée par la primauté du droit et non par la primauté du pouvoir. Et c’est particulièrement le cas lorsque vous pensez à quelque chose comme la convention des Nations unies sur le droit de la mer, qui prévoit la libre navigation en haute mer, sur des étendues d’eau comme la mer de Chine méridionale, où se déroulent de nombreux échanges, où la plupart des traversées commerciales de l’Australie, et il est très important que ces règles s’appliquent.

Al Jazeera: Dans votre discours, vous avez mentionné qu’il est important que le renforcement militaire de la Chine soit un processus transparent. Pensez-vous que c’est possible?

Marles : En matière de sécurité, le sentiment d’insécurité des nations est à l’origine d’une course aux armements. Il est important qu’il y ait de la transparence associée aux pays qui cherchent à moderniser leur armée. Nous comprenons parfaitement le droit des pays à le faire – nous le faisons nous-mêmes.

Mais il est important qu’il y ait de la transparence autour de cela. Il est important qu’il y ait un savoir-faire politique rassurant qui accompagne cela afin que ceux qui vous entourent puissent ressentir un sentiment de confiance quant à ce que vous faites et au comportement que vous adoptez.

Parce que nous assistons à un renforcement important de la part de la Chine, c’est le plus grand renforcement militaire que nous ayons vu dans le monde depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est très important que cela se produise de manière transparente, afin que l’insécurité n’en résulte pas.

Al Jazeera: La région du Pacifique est très importante pour vous. Nous avons vu récemment beaucoup d’activités diplomatiques de la part de l’Australie dans le Pacifique et en Asie du Sud-Est. S’agit-il de l’influence de l’Australie dans la région face à l’influence croissante de Pékin ?

Marles : Nous faisons ce que l’Australie devrait faire. Ce que l’Australie aurait toujours dû faire. Le Pacifique est une partie très importante du monde pour l’Australie. Les pays du Pacifique ont de nombreux défis, il y a beaucoup de défis de développement. L’Australie peut jouer un rôle si positif dans l’amélioration de la vie des habitants du Pacifique.

Je pense depuis longtemps, et nous pensons en tant que gouvernement, que si nous allons dans les pays insulaires du Pacifique, faisons le travail, plaçons leurs intérêts au centre de notre engagement, alors le reste prend soin de lui-même. Nous deviendrons le partenaire naturel de choix.

C’est ce que tout gouvernement australien devrait faire en toutes circonstances. C’est fantastique que nous ayons vu la ministre des Affaires étrangères Penny Wong, si rapidement. Elle a prêté serment un lundi, elle y était jeudi.

Cela en dit long sur la priorité que nous allons accorder au Pacifique. Nous voulons également revitaliser nos relations avec l’Asie du Sud-Est. L’ASEAN est tout à fait au cœur des intérêts de sécurité de l’Australie et de nos intérêts économiques, et vous verrez également l’accent mis sur cette région.

Al Jazeera : Un avion de chasse chinois a intercepté un avion de surveillance australien en mai. Êtes-vous particulièrement préoccupé par le fait que l’Australie soit ciblée ?

Marles : Nos préoccupations fondamentales ici sont que lorsque les pays exercent leurs droits, s’engagent dans leurs activités de routine, ce que nous faisons depuis des décennies, cela peut se produire d’une manière sûre, et la manière dont les pays interagissent les uns avec les autres se fait de manière un chemin qui est sûr. Et c’est le point que nous avons fait valoir.

La liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale, et cela inclut la liberté de l’espace aérien, où les gens ont le droit de s’engager en vertu du droit international, ce que fait l’Australie. C’est vraiment important pour l’ordre fondé sur des règles qui existe en Asie de l’Est, en fait dans le monde entier. C’est important pour la libre circulation des échanges et des personnes, et c’est tellement fondamental pour l’intérêt national de l’Australie. Nous continuerons à participer à ces activités à l’avenir. Nous n’allons évidemment pas nous laisser décourager par ce qui s’est passé à cet égard, car l’affirmation de la liberté de navigation, l’affirmation de l’ordre mondial fondé sur des règles dans ce domaine est vraiment essentielle à notre intérêt national.

Al Jazeera : Beaucoup de choses ont été dites lors de ce sommet sur Taiwan.

Marles : Nous ne soutenons pas l’indépendance de Taiwan. Nous avons une politique d’une seule Chine. Et c’est une politique bilatérale et bipartite en Australie depuis de nombreuses décennies maintenant et rien de tout cela ne change. Nous ne voulons pas voir de mouvement unilatéral de part et d’autre du détroit de Taiwan, en termes de statu quo existant, et la résolution de la situation entre Taiwan et la Chine devrait se faire d’une manière mutuellement et par accord, c’est-à-dire fondamentalement le statu quo et c’est la position, la position bipartite que nous avons eue par rapport à Taiwan depuis de nombreuses décennies maintenant.

Al Jazeera : Dans la région, en pensant aux voisins de l’Australie, il y a eu des soupçons sur les arrangements de défense. De nombreux pays de la région ont différentes manières de voir la montée en puissance de Pékin. Comment gérez-vous ces différences?

Marles : Nous voulons construire notre relation de sécurité avec les pays d’Asie, et cela inclut l’Indonésie, où il existe en fait une relation militaire très forte… à bien des égards, c’est le cœur de la relation bilatérale plus large entre l’Australie et l’Indonésie. Nous voyons cela comme un très bon point de départ. Nous voulons évidemment construire une relation économique beaucoup plus importante entre nous et l’Indonésie.

Nous avons une relation unique avec Singapour, où nous contribuons à la formation des forces armées de Singapour. Nous continuerons à construire nos relations de sécurité avec les pays de l’ASEAN et avec l’ASEAN elle-même, en comprenant la centralité de l’ASEAN, en travaillant avec les ministres de la défense de l’ASEAN, en considérant cela comme le moyen prééminent de l’architecture de défense et de sécurité en Asie du Sud-Est. Nous continuerons à développer nos relations avec des pays comme le Japon et la Corée.

Il y a eu beaucoup de questions sur AUKUS, qui n’est pas une alliance de sécurité. C’est un partage de technologie entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis. Et d’abord, d’une manière qui permette à l’Australie de se doter de sa prochaine génération de sous-marins, des sous-marins qui seront à propulsion nucléaire.

Al Jazeera: Vous avez mentionné dans votre discours l’importance d’être respectueux avec les autres pays, même lorsqu’il y a une relation complexe. Comment l’Australie entretient-elle cette relation respectueuse lorsqu’il y a ces grandes questions de différence?

Marles : En fait, les grandes questions de différence sont ce qui motive le besoin de respect. Lorsque les choses sont complexes, c’est là que le dialogue est le plus important. C’est là que la diplomatie prend tout son sens. Nous sommes de grands partisans de la diplomatie.

À l’avenir, c’est ainsi que nous avons l’intention de nous engager avec le monde – professionnellement, de manière respectueuse, en comprenant l’importance du dialogue et de la diplomatie.

Cela inclut également nos relations avec la Chine. Lorsque les relations sont complexes, lorsqu’il y a beaucoup de problèmes à résoudre, c’est le moment où le dialogue compte le plus, alors nous en voyons vraiment l’importance.

Al Jazeera: Sur l’invasion russe, des commentaires ?

Marles : Évidemment, nous avons complètement condamné l’action russe au cours de cette année. Tout ce que j’ai dit sur l’importance d’un ordre mondial fondé sur des règles est remis en question par la conduite épouvantable de la Russie, qui franchit la frontière de l’État souverain et cherche vraiment à construire des relations sur la base du soutien, ce qui n’est absolument pas ce qui devrait être se passe en 2022.

Je ferais également observer que la résistance dont ont fait preuve les Ukrainiens a été tout simplement inspirante. Nous avons entendu une allocution du président [Volodymyr] Zelensky hier. Je pense vraiment que lui et le peuple ukrainien ont été tout simplement incroyables d’une manière qui a été inébranlable face à l’agression russe.

Et vraiment, ils sont un phare pour le monde et ils inspirent le monde. Il est vraiment important que nous soyons solidaires de l’Ukraine. C’est loin de l’Australie, mais il est vraiment important que nous soyons aux côtés de l’Ukraine.

Al Jazeera: Diriez-vous la même chose du peuple du Myanmar, plus d’un an après le coup d’État ?

Marles : Nous sommes très préoccupés par la situation au Myanmar. Nous voulons voir un retour à la démocratie au Myanmar. Le Myanmar était sur une bien meilleure voie il y a quelques années. Et il est vraiment important que nous voyions le Myanmar revenir sur la voie démocratique et nous sommes très préoccupés par le développement du Myanmar au cours de la dernière période.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/qa-australias-deputy-pm-on-beijings-military-build-up

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire