Le silence de Ghassan Kanafani – La dépendance d’Israël à la solution rapide de l’assassinat

0
40

Dans les archives cinématographiques de l’Associated Press, il y a 2,47 minutes de séquences tremblantes datées du 10e Juillet 1972. La couleur de la crosse est brute, la qualité granuleuse. Le clip est désorientant, la caméra bouge continuellement comme si elle cherchait du sens. C’est une actualité étrangement silencieuse. En l’absence d’un long plan, il y a peu de sens de l’emplacement. Vous devez connaître le contexte pour comprendre ce que vous regardez. Sur YouTube, le clip s’intitule “Ghassan Kanafani tué par une voiture piégée”. Les images se concentrent sur des détails : les jambes des membres d’une petite foule, un enjoliveur, une porte mutilée. Il y a un petit trou creusé dans le sol près des murs tachés et grêlés d’un garage. Ensemble, ces détails représentent l’épave d’un assassinat. Ou si vous préférez, un meurtre ciblé.

Le mois prochain verra le cinquantième anniversaire de l’assassinat du romancier et intellectuel palestinien Ghassan Kanafani à Beyrouth en juillet 1972. Kanafani était peut-être l’écrivain palestinien le plus important du 20e siècle. Sa mort a été attribuée au Mossad et son anniversaire mérite réflexion à la lumière du recours continu à la politique d’assassinat par l’État d’Israël.

Kanafani était un porte-parole du Front populaire de libération de la Palestine et son assassinat serait une réponse au meurtre de 26 personnes à l’aéroport de Lod en Israël en 1972 par des membres de l’Armée rouge japonaise. Le FPLP était lié au massacre et donc du point de vue d’Israël, Kanafani est devenu une cible légitime pour l’ultime acte de censure.

Kanafani avait 36 ​​ans à l’époque. Sa nièce Lamees, pour qui il avait composé des contes et des poèmes pour enfants, est morte avec lui lorsqu’une bombe attachée à sa voiture devant son domicile a explosé après qu’il ait tourné la clé de contact. Sa femme se souvient : « Nous avons trouvé Lamees à quelques mètres, Ghassan n’était pas là. J’ai appelé son nom – puis j’ai découvert sa jambe gauche.

Comme ses personnages, l’histoire de Kanafani est celle de l’exil. Réfugié à 12 ans, dans le sillage de la Nakba, sa famille a quitté Acre au nord de la Palestine pour le Liban. Il a ensuite fréquenté l’université de Damas. Après un passage au Koweït, il part pour Beyrouth en 1960 où il exerce diverses fonctions de montage et d’écriture et produit ses œuvres les plus marquantes. En 1967, il devint l’un des fondateurs du FPLP, éditant le magazine du Front et devenant un porte-parole officiel. Une nécrologie de l’époque le décrivait comme “un commando qui n’a jamais tiré avec une arme à feu”.

L’assassinat le mois dernier en Iran d’un colonel des Gardiens de la révolution aux mains d’hommes armés à moto illustre qu’Israël continue de poursuivre une politique d’assassinats extraterritoriaux. Il y a une longue histoire d’utilisation des « assassinats ciblés » des ennemis présumés du sionisme qui remonte aux années du mandat britannique. Comme l’ont soutenu l’historien palestinien Rashid Khalidi et d’autres, nombre de ces meurtres n’ont pas grand-chose à voir avec des considérations sécuritaires ou militaires. Il existe différentes utilisations de l’assassinat, telles que la nécessité d’apaiser l’opinion nationale, de recueillir des votes, de dissuader, de se venger ou d’affaiblir les dirigeants palestiniens. Khalidi a suggéré que Kanafani était visé précisément en raison de sa capacité à articuler la cause palestinienne.

Kanafani peut être considéré comme un symbole de l’effort continu pour supprimer la voix palestinienne, que ce soit par des mesures visant à rendre le drapeau palestinien illégal, l’interdiction des ONG palestiniennes ou le meurtre de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh. Et le silence s’est poursuivi en relation spécifique avec Kanafani dans les années qui ont suivi son assassinat avec le retrait par les autorités israéliennes d’un mémorial dans sa ville natale, Acre en 2018.

Il y a un danger avec Kanafani, en tant que figure de proue de la littérature de résistance, qu’il puisse être mythifié par des notions de martyre ou présenté comme une icône réductrice, un garçon d’affiche romancé pour la révolution palestinienne (son visage – plutôt absurdement – ​​ornant les goûts du thé les serviettes).

Nous devrions laisser la littérature parler pour l’homme réduit au silence. La nouvelle Hommes au soleil (1962) transmet radicalement une honnêteté critique sur l’aliénation, le désespoir et l’impuissance de l’exil, et expose l’indifférence du capitalisme des États du Golfe à la souffrance palestinienne (ce qui en fait une lecture particulièrement pertinente à l’époque des Accords d’Abraham). Styliste et expérimentateur de la forme, Kanafani ne s’est pas livré à un didactisme grossier qui exclut la considération de l’autre. Il y a un acte d’empathie extraordinaire qui cadre l’appel à la résistance dans son autre œuvre majeure, Retour à Haïfa (1970). La présentation par Kanafani du personnage israélien Miriam, une survivante de l’holocauste, représente un engagement avec l’ennemi basé sur une reconnaissance de la souffrance des deux côtés. L’humanité de la nouvelle a inspiré un dialogue indirect avec des écrivains israéliens tels que Sami Michael et Boaz Gaon.

Le nom de Kanafani n’est qu’un sur une longue liste de personnes assassinées par l’État juif. « L’État d’Israël est très fort », a ressenti le besoin d’affirmer le ministre de la Défense Benny Gantz à la suite de « l’assassinat ciblé » du mois dernier, qui fait partie d’une histoire récente notable des opérations israéliennes en Iran. Au-delà des questions de moralité, cela semble être moins un signe de force que d’une addiction néfaste au quick fix, une solution qui cartonne dans les médias locaux. Le débat public révélateur au sein d’Israël ces dernières semaines sur l’opportunité d’assassiner le chef du Hamas à Gaza semble le confirmer. Dans la sphère du discours public en Israël, l’assassinat a été normalisé.

L’addiction d’Israël à cette solution rapide, à la philosophie du « lève-toi et tue d’abord », peut satisfaire un goût biblique de vengeance dans une section de plus en plus fondamentaliste de la population qui voit la Bible comme un manuel de vie. Plus simplement, cela permet à un gouvernement d’être perçu comme faisant quelque chose par l’électorat national. L’assassinat est aussi finalement un moyen de museler la voix de l’opposition. Le meurtre de Ghassan Kanafani était à la fois un acte de vengeance pour la terrible violence de Lod et un acte de silence visant un intellectuel public éminent et articulé.

Sauf que Kanafani ne se tait pas ; son œuvre demeure. Son héritage a encore beaucoup à nous dire sur l’exil et les aspects les plus nuancés de l’expérience palestinienne. Il faut le lire non seulement pour son honnêteté critique et son expression de résistance mais aussi pour sa perspective morale. Comme le personnage Said l’avertit dans Retour à Haïfa – le plus grand crime qu’un être humain puisse commettre est de croire « que les faiblesses et les erreurs des autres lui donnent le droit d’exister à leurs dépens et de justifier ses propres erreurs et crimes ».

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/the-silencing-of-ghassan-kanafani-israels-addiction-to-the-quick-fix-of-assassination/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire