Le socialisme français a embrassé le néolibéralisme et signé son arrêt de mort

0
42

EF

Le PCF sentit qu’il perdait son rôle dominant au sein de la gauche française. Les communistes ont toujours su que le but de Mitterrand était d’assumer la direction de toute la gauche, mais ils croyaient pouvoir éviter ce scénario, grâce au fait qu’ils possédaient une base plus populaire que le PS. Cependant, ils ont finalement dû reconnaître que les socialistes étaient mieux placés pour saisir les aspirations frustrées de mai 1968.

Après une courte phase eurocommuniste, le PCF a choisi de se replier sur une identité léniniste à l’ancienne et surtout conservatrice. Cela s’est avéré être la décision la plus destructrice de la direction communiste française, qui dans le processus a perdu la dernière occasion d’éviter le sort ultérieur du parti. Au cours des années 1980, le PCF est entré dans une forte baisse, perdant à la fois des voix et des membres à une échelle énorme.

A court terme, la rupture de l’alliance entraîne une défaite électorale des partis de gauche en 1978, au moment où beaucoup s’attendent au premier échange de pouvoir de droite à gauche dans l’histoire de la Ve République. Cependant, à plus long terme, elle a certainement aidé le Parti socialiste à remporter les élections nationales de 1981, pour deux raisons. D’un côté, les socialistes ont réussi à apparaître, pour ceux qui voulaient encore une union de la gauche, comme la force non sectaire par rapport au PCF. D’un autre côté, les électeurs modérés étaient moins craintifs qu’ils ne l’avaient été par le passé, car ils voyaient maintenant qu’une victoire de la gauche n’équivaudrait pas à une victoire communiste.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici