Le sous-secrétaire italien aux Affaires étrangères discute de l’importance de renforcer les liens avec l’Ouzbékistan

0
298

Dans le cadre des nouveaux efforts de l’Ouzbékistan pour nouer des liens avec l’UE, la Nouvelle Europe s’est entretenue avec Manlio Di Stefano, sous-secrétaire italien aux Affaires étrangères, des relations bilatérales de Rome avec l’Ouzbékistan, le pays le plus peuplé d’Asie centrale et un acteur clé de la région. Ces dernières années, l’Italie a pris des mesures substantielles pour approfondir ses liens avec Tachkent sur diverses questions telles que la connectivité, l’énergie et l’éducation.

Nouvelle Europe (NE): Vous êtes allé plusieurs fois en Ouzbékistan, comment se sont déroulées vos visites ?

Manlio Di Stefano (MDS): Je peux vous dire que le bilan de notre dernière visite, en juillet 2021, a sans aucun doute été positif. Tout d’abord, il a permis à l’Italie – seul pays de l’UE présent au niveau politique – d’être entendue lors de la conférence internationale « Asie centrale et du Sud : connectivité régionale, défis et opportunités ». L’occasion était particulièrement propice à une série de rencontres bilatérales avec les républiques d’Asie centrale, qui ont permis d’approfondir les dossiers de coopération existants. L’événement, organisé par les autorités ouzbèkes, a réuni les dirigeants du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Kirghizstan et du Turkménistan, ainsi que le Haut Représentant de l’UE (Josep) Borrell, les pays de l’ASEAN, la Chine, la Russie, la Turquie, l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et les États-Unis. Il a eu un grand impact au niveau régional et international.

Outre la participation de haut niveau, l’importance de cet événement dépendait précisément de son thème – la connectivité, qui est devenue de plus en plus importante sur l’agenda international ces dernières années et a des implications stratégiques pour l’Italie et l’Europe.

Nous sommes en effet pleinement conscients du nouveau contexte géopolitique déclenché par la montée en puissance de la Chine et son projet de nouvelle route de la soie. Cela a ramené, pour la première fois depuis des décennies, l’ensemble de la région de l’Asie centrale à son ancienne centralité naturelle. En même temps, il ne faut pas penser que la connectivité est une question purement technique. Au contraire, c’est une question éminemment politique, précisément parce qu’elle permet des flux de transport, commerciaux, logistiques et culturels vers les pays de transit et de sortie. La connectivité en Asie centrale signifie, aujourd’hui, déterminer les priorités, les normes et les standards des connexions entre l’Asie de l’Est et l’Europe.

Enfin, il ne faut pas oublier que notre pays a un héritage historique dans la région, celui des grands explorateurs, dont Marco Polo (un Vénitien), qui les premiers se sont aventurés dans ces terres reculées pour ouvrir de nouvelles routes commerciales. Notre activisme, en tant que promoteurs d’un dialogue pacifique et d’une plus grande présence commerciale en Asie centrale, est également motivé par le désir d’honorer cet important héritage.

L’Italie est très active en Asie centrale, où elle a des intérêts importants. C’est pourquoi, en décembre 2019, j’ai personnellement lancé à la Farnesina (siège du ministère italien des Affaires étrangères), avec le ministre (Luigi) Di Maio, le format de la Conférence 1+5, réunissant l’Italie et les cinq anciens Républiques soviétiques d’Asie centrale. Ce format vise à renforcer les relations économiques, à développer des projets de connectivité et à explorer d’éventuelles coopérations scientifiques et universitaires, en encourageant le dialogue et les synergies entre les pays de la région.

Le 8 décembre 2021, la deuxième réunion de cette conférence a eu lieu à Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan. La session économique – que j’ai eu l’honneur d’animer, avec le premier vice-ministre ouzbek pour les investissements et le commerce extérieur, Laziz Kudratov – a constitué une occasion précieuse pour les autorités des cinq pays participants, et les représentants des agences gouvernementales italiennes responsables pour l’internationalisation du système économique, de se rencontrer.

L’événement a été une occasion précieuse pour les autorités des pays d’Asie centrale de rencontrer des représentants des agences gouvernementales italiennes responsables de l’internationalisation du système économique, à savoir ICE, SACE et SIMEST, ainsi que Confindustria, la principale association d’entreprises en Italie, et le think -tank ‘La Maison Européenne Ambrosetti’, qui a présenté les principaux outils promotionnels et financiers dont disposent nos entreprises pour développer davantage la coopération commerciale et industrielle avec la région.

L’Italie peut être un partenaire stratégique pour développer la capacité industrielle et commerciale des pays de la zone bien au-delà du secteur traditionnel des hydrocarbures. L’agro-industrie, les machines industrielles et les énergies renouvelables sont les domaines qui offrent les perspectives les plus intéressantes pour les entreprises italiennes.

En Ouzbékistan, il existe d’importantes opportunités pour la modernisation des secteurs de l’énergie, de la chimie, de l’informatique, des infrastructures et des transports, grâce aux fonds de l'”agenda vert” du pays, dont la modernisation est considérée comme une priorité par tous les pays de la région.

NE: Avez-vous des initiatives de coopération au niveau européen ? Quel rapport avez-vous avec Bruxelles ?

MDS : En 2019, l’Union européenne a publié sa stratégie pour l’Asie centrale, à laquelle l’Italie a apporté une contribution très importante. La stratégie se concentre principalement sur les questions de connectivité et de coopération régionale.

Les conclusions du Conseil de l’UE du 12 juillet réaffirment que la connectivité doit être durable, inclusive, fondée sur des règles et contribuer à la diversification des chaînes de valeur, tout en réduisant les dépendances stratégiques et, de cette manière, en renforçant la compétitivité de l’UE et de ses les partenaires. Nous avons donc l’intention d’investir à la fois dans les infrastructures physiques et les cadres réglementaires en soutenant le développement de normes internationales et de standards communs qui maintiennent et améliorent des règles du jeu équitables et encouragent l’investissement privé.

Nous sommes conscients que ces aspects détermineront l’issue du « Grand Jeu » du XXIe siècle en Asie centrale, compte tenu de la nouvelle centralité de la région, dont les pays regardent d’ailleurs dans notre direction avec de grands espoirs de développement économique et d’intégration logistique. En tant qu’Italiens, et en tant qu’Européens, nous avons un héritage à développer et, plus précisément, nous proposons un modèle de développement extrêmement attractif. Je pense aussi aux nouveaux enjeux de la durabilité environnementale, avec la nécessité pour les pays d’Asie centrale de faire en sorte que leurs économies produisent moins d’émissions et en même temps d’améliorer la production agricole de leurs immenses territoires. Du point de vue énergétique, le véritable enjeu est, ici comme ailleurs, la transition vers les énergies renouvelables – en particulier l’eau, l’éolien et le solaire – dont regorgent ces territoires.

Aujourd’hui déjà, l’Union européenne dans son ensemble est le deuxième partenaire commercial de la région, avec les hydrocarbures et les matières premières comme principales importations, et des exportations extrêmement variées, des machines aux produits agro-alimentaires. C’est certainement un point de départ solide à partir duquel il vaut la peine de continuer à construire des relations avec les pays de la zone.

NE: Quels sont les futurs grands domaines de collaboration avec l’Ouzbékistan ?

MDS : Il existe de nombreux domaines de collaboration possibles. L’Ouzbékistan est, en effet, un pays avec une grande histoire et un énorme potentiel. Ses villes anciennes – Samarcande, Boukhara, Khiva, pour ne citer que les plus célèbres – attirent de plus en plus de touristes par leur beauté naturelle. Il s’agit assurément d’un patrimoine à valoriser et à préserver, domaines dans lesquels l’Italie possède un savoir-faire reconnu dans le monde entier. En outre, l’Ouzbékistan est intéressé par une coopération avec l’Italie dans le domaine de l’éducation, de la science et de la technologie. Dès 2009, l’École polytechnique de Turin a créé à Tachkent l’une des universités de science et de technologie les plus renommées d’Ouzbékistan, atteignant des normes de formation et de recherche de classe mondiale.

Nous entendons capitaliser sur cette réussite et continuer à contribuer à la croissance du capital humain de l’Ouzbékistan et de l’Asie centrale avec des répercussions positives sur le développement économique régional du partenariat de l’Italie avec chacun de ces pays. Plusieurs autres universités italiennes ont déjà pris des mesures concrètes dans cette direction.

Le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio, accompagné du vice-ministre Manlio Di Stefano, s’est rendu à Tachkent, en Ouzbékistan, en décembre 2021 pour présider la 2e Conférence Italie-Asie centrale, au format 1+5 (Italie + Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan).

NE: Quelles opportunités l’Ouzbékistan pourrait-il offrir aux entreprises italiennes ?

MDS : L’Ouzbékistan montre un grand intérêt pour le savoir-faire de nos entreprises et ces dernières années, nous avons assisté à une intensification de la coopération commerciale, également en relation avec le vaste programme de réformes internes lancé par le président (Shavkat) Mirziyoyev, visant à libéraliser le système économique . Les secteurs de l’énergie, de la construction et des transports, de l’industrie, en particulier de l’agro-alimentaire, du textile, de la métallurgie, de l’or et de la pierre, de l’agriculture et de l’élevage intensifs, et de la restauration du patrimoine architectural, sont particulièrement porteurs.

Nos opérateurs sont très intéressés à contribuer au développement du système de production ouzbek avec des produits technologiquement avancés qui répondent aux normes les plus élevées de protection de l’environnement. Les outils dont nous disposons pour favoriser les relations entre les entreprises de nos systèmes de production sont nombreux. À cet égard, je me souviens avec satisfaction du “Forum des affaires Italie-Ouzbékistan”, qui s’est tenu virtuellement en décembre 2020, avec des sessions de “réseautage d’affaires” entre entreprises italiennes et ouzbèkes, pour un total de 173 réunions.

J’espère que l’appréciation dont jouit notre communauté d’affaires sur les marchés de la région de l’Asie centrale pourra être développée plus avant et concrètement grâce à des initiatives telles que des missions sectorielles ciblées, avec la participation d’associations professionnelles intéressées, et des forums d’affaires pouvant déboucher sur des formes de partenariat entre des entreprises ouzbèkes et italiennes. En ce sens, nous comptons sur la prochaine Commission économique mixte, que nous prévoyons de tenir en 2022 à Tachkent, pour donner un nouvel élan à ces dynamiques et que la hausse des échanges d’environ 35%, enregistrée sur les 10 premiers mois de 2021 , peuvent être consolidées en cours d’année.

Nous travaillons constamment à favoriser les contacts entre notre tissu entrepreneurial et les réalités de la région d’Asie centrale, où le soutien de l’autorité politique et de nos représentations diplomatiques sur place est souvent crucial pour explorer de nouveaux marchés et découvrir de nouvelles opportunités d’affaires.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire