Le soviet dans 1905 de Trotsky

0
60

“Une formidable vague de grèves a balayé le pays d’un bout à l’autre, secouant tout le corps de la nation… Les masses ouvrières ont été agitées jusqu’au plus profond de leur être.”

Ainsi, Léon Trotsky a décrit l’impact du massacre du dimanche sanglant à Saint-Pétersbourg le 9 janvier 1905, lorsque les troupes du roi russe ont tiré sur une foule d’ouvriers qui protestaient. Le soviet de Saint-Pétersbourg, ou le conseil des députés ouvriers, émergea de la lutte révolutionnaire dix mois plus tard, et Trotsky en fut élu président à seulement 26 ans.

Le soviet était une innovation d’une importance capitale. Il reste d’une importance fondamentale dans la lutte pour le socialisme en tant que site clé où les travailleurs s’organisent en période de bouleversement révolutionnaire. Institutions les plus démocratiques jamais vues, les soviets sont composés de délégués élus sur les lieux de travail, dans lesquels ils continuent à travailler, plutôt que de devenir des représentants détachés comme les politiciens des démocraties occidentales. La composition des soviets est sensible aux changements de la conscience politique car les délégués peuvent facilement être remplacés si les opinions changent.

Lors de la révolution de 1917, Trotsky et Lénine se sont inspirés de l’expérience de 1905, obtenant le soutien de la majorité pour leur slogan « Tout le pouvoir aux soviets ! et pour le renversement du gouvernement provisoire capitaliste. Les conseils ouvriers ont été la marque des luttes révolutionnaires ouvrières depuis lors. Ici, nous regardons comment Trotsky a enregistré leur rôle dans son livre 1905.

La tourmente a fluctué toute l’année. En septembre, les grèves des travailleurs de l’imprimerie au sujet des salaires ont déclenché une vague de grèves de masse. Le 10 octobre, les trains étaient à l’arrêt, le télégraphe était silencieux, l’industrie s’arrêtait et les banques fermaient. Tout cela nécessitait une coordination.

Dans un premier pas vers « la création d’un conseil ouvrier révolutionnaire d’autogestion », une quarantaine d’ouvriers, à la suggestion des socialistes, appellent la classe ouvrière de Saint-Pétersbourg à déclencher une grève générale et à élire des délégués. La proclamation qu’ils ont rédigée stipulait:

« Des événements décisifs vont se produire en Russie dans les prochains jours. Ils détermineront le destin de la classe ouvrière pour de nombreuses années à venir ; nous devons affronter ces événements en toute préparation, unis par notre soviet commun.

Trotsky a écrit :

« C’était… autoritaire et pourtant il n’y avait pas de traditions ; qui pourrait impliquer immédiatement une masse dispersée de centaines de milliers de personnes tout en n’ayant pratiquement aucun appareil d’organisation ; qui unissait les courants révolutionnaires au sein de la classe ouvrière ; qui était capable d’initiative et de maîtrise de soi spontanée – et le plus important de tous, qui pouvait être sorti du sous-sol en 24 heures.

Dès lors, le soviet est « la pierre angulaire » des événements, « le parlement librement élu de la classe ouvrière ».

Le soviet de Pétersbourg était un modèle pour Moscou, Odessa et plusieurs autres villes. Avant tout, « cette organisation prolétarienne purement fondée sur la classe était l’organisation de la révolution en tant que telle. Le soviet était l’axe de tous les événements, chaque fil courait vers lui, chaque appel à l’action en émanait ».

Le soviet a employé une gamme de tactiques, des appels verbaux à la coercition forcée, pour approfondir la grève. Un délégué rapporte qu’il s’est adressé au directeur d’une usine textile encore en activité : « Au nom du soviet, j’appelle à la fermeture immédiate de votre usine ». Le directeur a répondu : « Très bien, nous arrêterons le travail à 15 heures ».

Le 16 octobre, tous les lieux de travail étaient en grève dans les quartiers populaires. Trotsky a décrit la dynamique :

« En étendant la grève, le soviet s’est élargi et consolidé. Chaque usine en grève a élu un représentant… La deuxième réunion a réuni des délégués de 40 grandes usines, de deux usines et de trois syndicats.

Ses réunions « ressemblaient plus à un conseil de guerre qu’à un parlement… Les questions en discussion – l’extension de la grève et les revendications à adresser à la douma – avaient un caractère purement pratique et étaient débattues brièvement, énergiquement et dans un manière professionnelle. On sentait que chaque atome de temps était compté ».

Une députation devait soumettre leurs demandes à la Douma d’Étatun nouveau parlement fondé en concession à la révolution mais élu au suffrage très limité.

Avant de s’adresser à cette citadelle des classes possédantes, ils lui demandèrent de déclarer que si des députés ouvriers étaient arrêtés, elle informerait les hautes autorités qu’elle considérait cela comme une insulte à elle-même.

Après avoir exigé que des vivres soient distribués aux travailleurs, leur porte-parole a conclu :

« Le soviet des députés ouvriers exige — et il a le droit d’exiger, non de demander, puisqu’il représente plusieurs centaines de milliers d’ouvriers, habitants de cette ville, alors que vous ne représentez qu’une poignée d’électeurs… que les biens du ville soit mis à la disposition de tous les habitants de la ville pour la satisfaction de leurs besoins… Nous avons besoin de lieux où nous pouvons nous rencontrer, ouvrez-nous nos bâtiments communaux !

« Nous avons besoin de fonds pour continuer la grève : allouez des fonds municipaux à cet effet, pas pour soutenir la police et la gendarmerie !

« Nous avons besoin d’armes pour gagner notre liberté et la préserver. Allouez des fonds pour l’organisation d’une milice ouvrière !

C’était un agité afficher, pas un plaidoyer qu’ils s’attendaient à gagner des concessions. Par ce genre d’action, expliquait Trotsky, « le soviet est naturellement venu de plus en plus au premier plan politique ».

Les comités de grève acceptèrent l’autorité du soviet. “En plaçant de nombreuses organisations déconnectées sous son contrôle, le soviet a uni la révolution autour de lui.”

Un manifeste émis par le roi accordant des concessions ne garantissait pas la liberté de la presse, poussant le soviet à proclamer :

« Le soviet des députés décide que seuls pourront être publiés les journaux dont les éditeurs… refusent de soumettre leurs numéros à la censure… Les typographes et autres travailleurs de la presse ne travailleront qu’après que les éditeurs se seront déclarés prêts à mettre la liberté de la mettre en pratique… Le soviet des députés prendra toutes les mesures nécessaires pour payer aux camarades en grève tous les salaires qui leur sont dus. Les journaux qui n’accepteront pas la présente résolution seront confisqués.

C’est devenu la nouvelle loi sur la presse. Le manifeste de la monarchie devait être imprimé par des soldats et n’apparaissait que dans Journal officiel. Quand les réactionnaires Le monde (Lumière) a été publié à l’insu de ses propres typographes, son imprimerie a été dûment saccagée.

En réponse aux menaces du gouvernement, le comité exécutif soviétique a annoncé que Izvestiale journal soviétique, seraient imprimés dans des imprimeries saisies à leurs propriétaires. Quatre numéros ont ainsi été publiés. Trotsky a expliqué la position du soviet :

« N’aurait-il pas été possible au soviet d’exempter de la grève les journaux sociaux-démocrates légaux, se dispensant ainsi de la nécessité de piller les imprimeries de la presse bourgeoise ? Si la question est posée isolément, on ne peut pas y répondre. Mais tout s’éclaire si l’on voit le soviet dans son ensemble, dans ses origines et dans toutes ses tactiques, comme l’incarnation organisée des droits suprêmes de la révolution dans son moment d’extrême tension, où il ne peut ni ne veut s’adapter à l’ennemi…

“Pendant les grèves générales, quand toute vie s’arrêtait, l’ancien régime mettait un point d’honneur à continuer d’imprimer ses Journal officiel sans interruption, et ce, sous la protection de ses troupes. A cela, le soviet opposa ses détachements ouvriers armés, qui assuraient la publication du propre journal de la révolution.

Trotsky a soutenu qu’en raison de leur petit nombre, les révolutionnaires marxistes à Saint-Pétersbourg n’étaient « pas capables de créer un vivant lien organisationnel avec ces masses ». Cela signifiait:

« La création d’un non partie organisme [was] absolument essentiel. Pour avoir autorité aux yeux des masses le jour même de sa naissance, [it] devait reposer sur la représentation la plus large… Le processus de production étant le seul lien entre [workers] qui, au sens organisationnel, étaient encore assez inexpérimentés, la représentation devait être adaptée aux usines et aux usines.

Ce n’est pas seulement spécifique à la Russie, ou la conséquence de petites forces révolutionnaires. Les soviets sont nécessaires pour façonner la classe ouvrière en une force unie et puissante. Le conseil d’entreprise crée un forum dans lequel toutes les nuances d’opinion peuvent être débattues. Les moins conscients de classe peuvent être entraînés dans la lutte et peuvent apprendre par eux-mêmes et devenir des participants conscients et actifs dans le changement de la société.

Le régime a fomenté d’horribles pogroms pour semer le désarroi dans la révolution. Les soviets de Pétersbourg rôle était primordial dans la préparation de la défense de la ville :

“Les magasins d’armes, ignorant toutes les restrictions de la police, se sont livrés à un commerce fébrile de Brownings [a type of gun]. Mais les revolvers coûtent très cher… et les partis révolutionnaires et le soviet ont du mal à armer leurs détachements combattants… Toutes les usines et tous les ateliers ayant accès au fer ou à l’acier se mettent… à fabriquer des armes de poing. Plusieurs milliers de marteaux forgeaient des poignards, des piques, des fouets en fil de fer et des poings américains. Au … soviet, les députés montaient l’un après l’autre à la tribune, levant leurs armes au-dessus de leur tête et transmettant l’engagement solennel de leurs électeurs de réprimer le pogrom dès qu’il éclaterait.

Dans les zones d’usines, ils ont organisé une véritable milice. Une protection spéciale des locaux de la presse révolutionnaire est organisée alors que « le journaliste écrit et le typographe travaille avec un revolver en poche ».

La monarchie ne pouvait empêcher les soldats qui gardaient les usines d’être influencés par les ouvriers. Ils disaient : « Dès que tu te lèveras, nous nous lèverons aussi ; nous vous ouvrirons l’arsenal ».

L’existence du soviet a permis à ces liens informels de devenir formels, avec des soldats prenant la parole lors de ses réunions. Le soviet de Saint-Pétersbourg a émis un Manifeste aux soldats qui disait en partie :

“Vous vous adressez souvent à nous … pour obtenir des conseils et du soutien … Frères soldats, vous avez raison … Le gouvernement a mis en place une cour martiale pour juger les marins et les soldats à Cronstadt, et immédiatement les travailleurs de Pétersbourg se sont mis en grève partout… Nous sommes liés par les mêmes chaînes. Seuls les efforts conjugués du peuple et de l’armée briseront ces chaînes.

Un soviétique des députés des soldats est formé et les représentants des soldats rejoignent le soviet ouvrier.

Les travailleurs de Saint-Pétersbourg ont commencé à travailler une journée de huit heures, plutôt que d’attendre que cela devienne une loi. Avec la défaite de la révolution, la journée de huit heures a été systématiquement inversée. Un soviétique membre exécutif a conclu:

« Nous n’avons peut-être pas gagné la journée de huit heures pour les masses, mais nous avons certainement gagné les masses pour la journée de huit heures. Désormais le cri de guerre : Huit heures et une arme ! vivra dans le cœur de chaque travailleur de Pétersbourg.

La structure centralisée et démocratique du soviet a rendu l’organisation de toutes ces luttes beaucoup plus efficace que si elle était laissée à des lieux de travail aléatoires fonctionnant de manière indépendante. Cela a permis à la classe ouvrière de commencer à agir comme un gouvernement alternatif.

En 1905, le soviet de Saint-Pétersbourg était au centre de la révolution. Lorsqu’il fut écrasé par les autorités, il marqua le début de la défaite de la révolution.

Le 4 décembre, des policiers armés et des soldats fidèles à la monarchie ont encerclé le soviet en tant que délégués de l’industrie après que l’industrie eut signalé son soutien à l’appel du soviet de Moscou à une nouvelle grève politique générale. Ils seraient arrêtés et la révolution écrasée, mais ils ont fait une dernière résistance :

“Le bruit d’un fort claquement métallique est venu d’en bas. C’était comme si une douzaine de forgerons travaillaient à leurs enclumes. Les délégués brisaient leurs Brownings pour les empêcher de tomber entre les mains de la police !

Source: https://redflag.org.au/article/soviet-trotskys-1905

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire