Le style paranoïaque dans la politique canadienne

0
51

Pierre Poilievre, espoir à la direction du Parti conservateur canadien et favori présumé, fait du commerce dans une politique loufoque à la YouTube. Sa messagerie chouchoute et encourage les types de théorie du complot. Il mène une fausse campagne populiste, flirtant avec une cohorte dangereuse et mécontente qu’il ne pourra jamais satisfaire – et ne devrait vraiment pas essayer de le faire. Mais il continue, alimentant une colère et un ressentiment nocifs et réactionnaires. Cette rancœur répond aux conspirations qui échangent de minuscules tranches de réalité, transformant des faits banals en fantasmes sauvages qui sont bien plus compliqués et absurdes que les problèmes qu’ils prétendent expliquer.

L’une des cibles de Poilievre est le Forum économique mondial (WEF), l’organisation non gouvernementale mondiale dont le tristement célèbre rassemblement à Davos, en Suisse, représente la lutte entre les classes dirigeante et ouvrière. Poilievre a déclaré qu’en tant que premier ministre, il interdirait aux ministres et aux représentants du gouvernement d’y assister. Il a tenté de lier l’ancien ministre conservateur et candidat à la direction Maxime Bernier au WEF. C’était peut-être une tentative de préparer une stratégie pour gagner les électeurs du Parti populaire du Canada de Bernier, un contre-mouvement étrange et toxique au conservatisme traditionnel.

La balustrade de Poilievre contre le WEF est si cynique et transparente que même le Soleil de Toronto l’a appelé pour cela, le chroniqueur Brian Lilley soulignant que «[Former Conservative Prime Minister] Stephen Harper ne serait pas considéré comme assez bon pour un poste au Cabinet dans un gouvernement dirigé par Pierre Poilievre. Harper, bien sûr, a assisté au WEF.

L’extrême droite attaque régulièrement le WEF. Ces attaques ne se concentrent pas sur le pouvoir structurel du capital et son contrôle manifeste sur les conditions de travail et la politique économique et sociale de l’État. Au lieu de cela, l’extrême droite fait circuler des théories du complot sur des propositions politiques nébuleuses d’élites cosmopolites. Et sur ce point, au moins, il y a une part de vérité – les “mondialistes” en bas de soie tant détestés sont, en fait, les gardiens de la flamme du statu quo. Cependant, les intrigues explicatives auxquelles ils sont liés sont généralement liées à des tropes antisémites classiques dans le style des Protocoles des Sages de Sion. Ces histoires juste comme ça remplacent les analyses complexes des systèmes d’exploitation par des boucs émissaires racistes et des fantasmes sombres mettant en scène des cabales de marionnettistes intrigants.

Cette colère dépasse souvent son objectif ou est tellement outrée qu’elle dégénère en dérangement. Les tentatives mal définies de faire le bien de la part de la classe mondiale des jet-setters deviennent des exemples monstrueux de despotisme à la Frankenstein. Prenez, par exemple, la “Grande réinitialisation”, qui, selon les théoriciens du complot, signale la montée d’un gouvernement socialiste mondial omnipotent qui privera de liberté toutes les personnes de bonne volonté éprises de liberté. En réalité, c’est le thème de la réunion du WEF 2020-21 et son initiative visant à stabiliser les relations mondiales, à libéraliser les économies mondiales et à sécuriser les biens communs mondiaux face au changement climatique. Comme toujours, il y a beaucoup à critiquer là-bas, mais rien de nouveau ou de particulièrement excitant.

Dans le sillage de la pandémie, les angoisses sociales déjà exprimées dans le monde fou de QAnon se sont intensifiées et les partisans du complot mettent partout en garde contre un état de surveillance mondial lancé sous couvert de vaccins COVID. Mais il n’y a pas de gouvernement mondial autoritaire omnipotent caché dans les buissons. Au lieu de cela, c’est simplement plus la même chose : les privations et les inégalités résultant d’un système voué au profit.

Les gens croient aux théories du complot parce qu’ils veulent appartenir et ont besoin de donner un sens au monde. Comme l’écrit Mark Lorch dans Conversation,

L’une des raisons pour lesquelles les théories du complot surgissent avec une telle régularité est due à notre désir d’imposer une structure au monde et à notre incroyable capacité à reconnaître des modèles. En effet, une étude récente a montré une corrélation entre le besoin de structure d’un individu et sa tendance à croire à une théorie du complot.

La pression des pairs alimente également les croyances complotistes. Les gens veulent s’intégrer. Ils veulent que les autres dans et autour de leur groupe social les aiment et les acceptent. Les théories du complot sont intrinsèquement social phénomènes. Ils proviennent des mêmes sources que tant de nos comportements communs, de l’encouragement d’une équipe sportive à l’accompagnement pour s’entendre au travail. Ils sont fondamentalement humains, trop humains.

Pour les groupes exploités, appauvris, marginalisés, perdus et effrayés, les théories du complot fournissent un point d’ancrage. Ils sont une sorte d’espace sûr pour les mécontents. Le problème est qu’ils sont souvent venimeux et dangereux. C’est pourquoi il est imprudent de mobiliser et d’exploiter les théories du complot et leurs partisans, pourquoi le jeu de Poilievre est si cynique et risqué, et pourquoi la gauche doit maintenir des critiques fondées et responsables de certaines cibles partagées avec des conspirationnistes.

Le facteur de complication dans le traitement du complot prend le WEF est que le WEF mérite critique – en particulier de la gauche. Comme Cas Mudde l’a souligné dans le Gardien en 2019, le WEF n’avait alors aucun problème à coopérer avec des extrémistes de droite et des populistes comme le Brésilien Jair Bolsonaro. Il existe, après tout, des intérêts qui se chevauchent entre ces groupes, comme la déréglementation du marché. Comme l’a conclu Mudde, « les élites néolibérales de Davos à Seattle ne s’opposent pas à l’agenda populiste de droite. Ils essaient de façonner le monde post-Trump, dans lequel les grandes entreprises peuvent amasser des profits sans l’opposition d’États largement privatisés et sous-financés.

L’ensemble de Davos, en effet, joue son propre jeu dangereux avec les cousins ​​des théoriciens du complot qui s’opposent à eux avec tant de véhémence. Si Poilievre gagnait, ils joueraient sans aucun doute avec lui aussi, car ils partagent les mêmes objectifs de fondamentalisme du marché – même s’ils s’affrontent en marge, par exemple, de la politique environnementale. Quoi qu’il en soit, ni les trieurs du WEF ni Poilievre n’ont l’intention de bouleverser la politique du marché de manière fondamentale.

La gauche doit redoubler d’efforts dans sa propre critique soutenue du WEF et d’organisations similaires. Le problème est que la critique de la gauche est fondée sur la réalité – la réalité que les avatars et les fonctionnaires du capitalisme à travers le monde coopèrent pour protéger et faire avancer leurs intérêts matériels contre les intérêts des travailleurs. Et cette réalité est ennuyeuse. De plus, il faut du temps pour expliquer. Mais c’est la seule voie à suivre.

La réponse à ce problème se trouve dans le nom de l’hebdomadaire socialiste du Midwest de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, Appel à la raison. Les travailleurs comprennent que les cartes sont contre eux et qu’ils sont exploités. Les conspirations peuvent être passionnantes, mais les êtres humains n’ont pas besoin du sucre de la conspiration pour permettre à la médecine de l’analyse raisonnée de s’effondrer.

L’omniprésence de la conspiration et l’exploitation de leur prévalence par des acteurs de droite comme Poilievre offrent une opportunité à la gauche de se distinguer. Nous devrions saisir l’occasion d’offrir une alternative plus convaincante et fondée qui explique précisément quel est le problème. Aucun complot n’est requis. Le problème, ce sont simplement les intérêts capitalistes ordinaires.

S’il faut se méfier des théoriciens du complot et des politiciens qui les utilisent cyniquement, la gauche ne doit pas abandonner ses critiques des institutions et des acteurs qui attirent leur attention. Ce qui apparaît comme des affinités partagées ne l’est que de la manière la plus superficielle. La gauche devrait également se prémunir contre les opposants qui mobilisent l’opposition complotiste, réduisant toute critique du WEF à la conspiration. Une politique de critique sans paranoïa est un bon début. S’ILS veulent vraiment vous avoir, ce n’est pas de la paranoïa. Et le fait est : ils sommes pour nous avoir, mais il n’y a rien de nouveau ou de cape et d’épée à ce sujet.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire