NRC : Les 10 crises de réfugiés « les plus négligées » au monde, toutes en Afrique | Actualités sur les crises humanitaires

0
150

En RD Congo, le pays le plus négligé de la liste pour la deuxième année consécutive, un tiers de la population a souffert de la faim l’année dernière.

Le monde accorde trop peu d’attention à une multitude de déplacements massifs de personnes à travers l’Afrique, risquant de mourir de faim et de prolonger les conflits, a averti le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

“Avec la guerre qui absorbe tout en Europe en Ukraine, je crains que la souffrance africaine ne soit encore repoussée dans l’ombre”, a déclaré le chef du groupe d’aide, Jan Egeland, dans un communiqué publié mercredi.

Les pays qui connaissent les crises les plus négligées selon le NRC sont, dans l’ordre : la République démocratique du Congo (RDC), le Burkina Faso, le Cameroun, le Soudan du Sud, le Tchad, le Mali, le Soudan, le Nigéria, le Burundi et l’Éthiopie.

C’est la première fois que les 10 crises figurant sur la liste annuelle du Conseil – basée sur les insuffisances de la réponse politique internationale, la couverture médiatique et le montant de l’aide promise – se produisent sur le continent africain.

En RDC, le pays le plus négligé de la liste pour la deuxième année consécutive, environ 27 millions de personnes ont souffert de la faim l’an dernier, soit l’équivalent d’un tiers de la population.

Pendant ce temps, 5,5 millions de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et un million d’autres ont fui à l’étranger, a indiqué le groupe d’aide.

Mais il n’y a pas eu de réunions de haut niveau ou de conférences de donateurs sur la crise de la faim en RDC ou sur le conflit dans l’est du pays, et seulement 44 % des 2 milliards de dollars demandés par l’ONU pour l’aide humanitaire ont été reçus.

En revanche, le COR a souligné qu’il n’a fallu qu’une seule journée en mars pour qu’un appel humanitaire pour l’Ukraine soit presque entièrement financé.

“La guerre en Ukraine a démontré l’immense fossé entre ce qui est possible lorsque la communauté internationale se rallie derrière une crise, et la réalité quotidienne pour des millions de personnes qui souffrent en silence dans ces crises sur le continent africain que le monde a choisi d’ignorer”, dit Egeland.

Crises exacerbées

Dans d’autres pays figurant sur la liste du Conseil, les chocs climatiques tels que les sécheresses et les inondations ont exacerbé les crises alimentaires, tandis que les conflits ou la violence endémique ont à la fois mis les civils en fuite et rendu plus difficile pour les groupes d’aide de les atteindre.

En avril, le Programme alimentaire mondial a sonné l’alarme que 20 millions de personnes risquent de mourir de faim cette année alors que les pluies tardives aggravent une sécheresse déjà brutale au Kenya, en Somalie et en Éthiopie.

La région de la Corne de l’Afrique, où se trouvent les quatre pays, connaît sa pire sécheresse depuis des décennies.

Les experts et les travailleurs humanitaires affirment également que la guerre en Ukraine a contribué à la hausse des prix du carburant et de la nourriture dans de nombreux pays d’Afrique. Selon la Banque africaine de développement (BAD), les importations de blé représentent 90 % du commerce de 4 milliards de dollars de l’Afrique avec la Russie et près de la moitié des 4,5 milliards de dollars du commerce du continent avec l’Ukraine.

“Si nous ne gérons pas cela [food crisis] très rapidement, cela déstabilisera en fait le continent », a averti le président de la BAD, Akinwumi Adesina.

Le NRC a noté que sept des 10 pays figurant sur sa liste avaient fait des apparitions répétées ces dernières années.

“Cela indique un cercle vicieux de négligence politique internationale, de couverture médiatique limitée, de lassitude des donateurs et de besoins humanitaires toujours plus profonds”, indique le rapport.

Le groupe d’aide a appelé à une “attention adéquate” de la part du Conseil de sécurité des Nations unies et d’autres organes internationaux, avec des mesures telles que l’affectation d’un ou plusieurs membres au “champion” de crises de déplacement spécifiques et un soutien aux organisations non gouvernementales (ONG) travaillant sur le terrain.

Il a également suggéré des mesures pour remédier à la lassitude des donateurs, telles que les gouvernements s’engageant à des flux de financement réguliers plutôt qu’à des promesses ponctuelles.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/1/worlds-most-neglected-refugee-crises-all-in-africa-ngo

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire