Le syndicat des étudiants de l’université de Melbourne défend le droit de manifester

0
73

L’Union des étudiants de l’Université de Melbourne a pris une position importante en faveur des droits de manifestation, condamnant la victimisation des manifestants étudiants par la direction de l’université et la police de Victoria.

Le 4 août, le conseil étudiant du syndicat a adopté une mouvement “[opposing] La répression de la police de Victoria contre les militants qui protestaient contre les libéraux sectaires derrière l’Institut Menzies » et a engagé 500 $ « comme contribution aux amendes des étudiants et comme expression de solidarité ».

Cela survient après que plusieurs étudiants ont reçu des amendes totalisant plus de 3 000 $ pour un «comportement émeute» présumé lors d’une manifestation impromptue en mars contre l’Institut Robert Menzies. Dans une décision qui marque un dangereux précédent pour la collaboration entre la direction de l’université et la police de Victoria, les militants pensent que la direction a choisi des étudiants individuels et transmis leurs coordonnées à la police.

L’Institut Robert Menzies est un groupe de réflexion du Parti libéral qui a ouvert ses portes sur le campus en novembre 2021. Bien que présenté comme « non partisan », son conseil d’administration est composé de sommités du Parti libéral comme Peta Credlin, Georgina Downer et David Kemp, et il a été financé par l’ancien gouvernement fédéral libéral à hauteur de 7 millions de dollars. Son but est d’assainir et de célébrer la réaction héritage de l’architecte du Parti libéral Robert Menzies.

Les étudiants ont protesté contre l’Institut Menzies dès le début et ont construit un militant très populaire campagne contre elle, approuvée par le syndicat des étudiants de premier cycle, l’Association des étudiants diplômés et le Syndicat national de l’enseignement supérieur. Ce faisant, ils se sont tenus dans la meilleure tradition du syndicalisme étudiant radical, qu’il s’agisse d’étudiants de l’Université de Melbourne transformant leur bâtiment syndical en un refuge pour les insoumis opposés à la guerre du Vietnam ou d’étudiants de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud protestant contre le collège sur leur campus de L’Opus Dei, qui a financé les régimes fascistes en Espagne et au Chili.

La direction de l’Université de Melbourne a volontairement travaillé avec des personnalités du Parti libéral pour créer le Menzies Institute. Pour eux, le Parti libéral n’est qu’un autre soumissionnaire privé pour la propriété universitaire et le poids intellectuel, aux côtés de grands fabricants d’armes comme Lockheed Martin, dont la direction a accepté 13 milliards de dollars en 2016 pour ouvrir un centre de recherche pour le développement de la technologie militaire.

Des partenariats comme ceux-ci avec de grandes entreprises et leurs serviteurs parlementaires révèlent l’hypocrisie de la façade progressiste de l’Université de Melbourne. Malgré tout ce que la direction se vante de son engagement envers la réconciliation avec les peuples autochtones, cela ne l’a pas empêchée d’ouvrir un sanctuaire à un raciste de la classe dirigeante en coopération avec des guerriers de la culture conservatrice comme Peta Credlin.

La collaboration probable de la direction de l’université avec la police de Victoria démontre à quel point elle est déterminée à travailler avec les réactionnaires et à réprimer la dissidence. Le personnel et les étudiants n’ont eu aucune possibilité de s’opposer à l’institut, l’université le négociant par le biais d’accords en coulisse avec le Parti libéral. Maintenant, en révélant volontairement les détails de certains manifestants à la police, la direction de l’université cherche à intimider les étudiants pour qu’ils n’expriment pas leur opposition politique collective de la meilleure manière à leur disposition : par la protestation.

Partout, la protestation est de plus en plus attaquée. La Nouvelle-Galles du Sud a récemment présenté un projet de loi qui menace les manifestants d’amendes allant jusqu’à 20 000 dollars et d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison pour avoir bloqué la circulation ou marché sur les routes. Pendant ce temps, le gouvernement travailliste de Victoria a également adopté ses propres lois anti-manifestations conçues pour empêcher les militants du climat d’entraver la destruction des forêts indigènes.

Face à ces nouvelles lois anti-manifestations, la décision des syndicats étudiants de prendre position en faveur du droit de manifester est particulièrement importante. Les attaques contre les manifestants à tous les niveaux, y compris sur les campus, doivent être combattues comme un élément nécessaire de la lutte contre les injustices de l’État et du système qu’il sert.

Source: https://redflag.org.au/article/melbourne-university-student-union-defends-right-protest

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire