Le Tribunal des Peuples condamne le meurtre de journalistes

0
39

Les forces de sécurité israéliennes ont tiré et tué la vénérée journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh le 11 mai de cette année alors qu’elle couvrait un raid de l’armée en Cisjordanie occupée. Elle portait un gilet de presse et n’était entourée que d’autres journalistes, dont l’un a également reçu une balle dans le dos.

Quelques semaines plus tard, le journaliste britannique Dom Phillips a été assassiné dans la forêt amazonienne brésilienne, avec l’activiste Bruno Pereira. Il faisait un reportage sur le braconnage illégal sur les terres indigènes, qui a reçu le feu vert sous le président Jair Bolsonaro.

Les deux meurtres ont suscité l’indignation internationale, et leur proximité a rappelé que les journalistes sont trop souvent assassinés pour avoir découvert des histoires que des personnes puissantes préféreraient garder cachées.

Au moins 2 658 journalistes ont été assassinés de 1990 à 2020, selon la Fédération internationale des journalistes. La plupart ont été tués en représailles à leur travail, plutôt que par des tirs croisés dans des situations dangereuses. Plus de la moitié travaillaient dans dix pays connus pour la guerre, la violence sanctionnée par l’État et la corruption. L’Irak a été l’endroit le plus meurtrier, suivi du Mexique, des Philippines, du Pakistan et de l’Inde.

Dans huit cas sur dix d’assassinat d’un journaliste, les meurtriers ne sont pas condamnés.

Trois principaux groupes de défense de la liberté de la presse – Free Press Unlimited, Committee to Protect Journalists et Reporters sans frontières – ont approché le Tribunal permanent des peuples en 2020 pour obtenir une forme de justice pour trois journalistes qui ont perdu la vie à cause de leur travail : Miguel Ángel López Velasco du Mexique, Lasantha Wickrematunge du Sri Lanka et Nabil Walid Al-Sharbaji de Syrie.

Le Tribunal permanent des peuples, réuni pour la première fois en 1979, se décrit comme « un tribunal international d’opinion compétent pour statuer sur tout crime grave commis au détriment des peuples et des minorités ». Le concept a été inspiré par le tribunal Russell de 1966, initié par le philosophe britannique Bertrand Russell et Jean-Paul Sartre pour enquêter sur les crimes de guerre américains au Vietnam. Aujourd’hui, il est composé d’un président, de quatre vice-présidents, d’un secrétaire général et de 66 membres internationaux issus de diverses disciplines dont le droit, la sociologie, l’économie et les arts.

Plus de 50 sessions du Tribunal des peuples ont été tenues sur des questions telles que le comportement prédateur des sociétés multinationales, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, un salaire décent pour les travailleurs asiatiques de l’habillement, les crimes du Myanmar contre les peuples Rohingya et Kachin, et la violation des droits de l’homme des migrants et des réfugiés.

« La plupart des tribunaux des peuples sont organisés pour tenir les États responsables des violations du droit international en sensibilisant le public et en générant un dossier de preuves légitimes », note le Tribunal sur le meurtre de journalistes. Ils “peuvent également jouer un rôle important dans l’autonomisation des victimes et l’enregistrement de leurs histoires”.

Son existence est une reconnaissance tacite que le cadre institutionnel existant qui prétend défendre les droits de l’homme internationaux, comme la Cour internationale de justice des Nations Unies, échoue souvent à le faire.

En ce qui concerne les journalistes assassinés, le tribunal a conclu, dans un jugement sommaire rendu le 21 septembre, « que par leurs actes et omissions (l’absence d’enquête, l’absence de réparation pour les victimes et la pleine impunité) les États du Mexique, Le Sri Lanka et la Syrie sont coupables de toutes les violations des droits de l’homme portées contre eux dans l’acte d’accusation ».

Le Tribunal des Peuples n’a aucune autorité légale et aucun des gouvernements accusés n’a présenté de défense ou n’a engagé le processus. Mais lorsque le jugement a été rendu en septembre, les proches des journalistes assassinés en ont été témoins, tenant des photos de leurs proches.

Miguel Ángel López Velasco a été assassiné avec sa femme et son fils le 29 juin 2011 à l’intérieur de leur maison dans la ville portuaire mexicaine de Veracruz. Miguel était un chroniqueur bien connu qui écrivait sur la politique, la corruption, la criminalité et le trafic de drogue, impliquant souvent des fonctionnaires de l’administration du gouverneur Javier Duarte. Son fils, Misael, était un photographe qui a travaillé à ses côtés.

Veracruz est l’endroit le plus meurtrier du Mexique pour les journalistes. Sur les 31 journalistes assassinés dans la région depuis 2000, dix-huit ont été tués pendant le mandat de Duarte en 2010-2016. Les rapports soumis au tribunal révèlent que Duarte a personnellement menacé de nombreux journalistes. Aucune des enquêtes sur les 31 meurtres à Veracruz n’a été résolue, ce qui reflète un schéma national d’impunité pour les meurtres de journalistes.

Lasantha Wickrematunge était l’un des journalistes sri-lankais les plus en vue à avoir fait des reportages critiques sur les responsables gouvernementaux lors de l’escalade de la guerre contre les Tamouls à la fin des années 2000. Il est devenu une cible directe du président Mahinda Rajapaksa et du secrétaire à la Défense Gotabaya Rajapaksa après avoir publié des articles dans son journal le Chef du dimanche qui ont révélé leurs pratiques de corruption.

Dans les semaines qui ont précédé sa mort, Lasantha a dit à sa famille qu’il était suivi par un groupe d’hommes à moto qui ont ensuite été identifiés comme faisant partie du peloton de Tripoli du ministère de la Défense. Quelques jours auparavant, une couronne funéraire avait été livrée à son bureau, ainsi qu’un exemplaire de son journal avec le message à la peinture rouge : « Si tu écris, tu seras tué ». Quelques jours avant son assassinat, des soldats armés d’armes automatiques ont pris d’assaut la chaîne de télévision indépendante où il présentait une émission hebdomadaire d’actualité.

Lasantha a été assassiné le 8 janvier 2009 à un carrefour très fréquenté à moins de 200 mètres d’un poste de contrôle militaire. “Des commandos masqués vêtus de noir sont arrivés à moto, frappant Lasantha et brisant les vitres de sa voiture”, décrit le dossier du tribunal sur le Sri Lanka. “Après avoir percé un trou dans son crâne à l’aide d’un instrument pointu, les motocyclistes ont accéléré et sont entrés dans une” zone de haute sécurité “sous le contrôle exclusif de l’armée de l’air sri-lankaise … il est décédé quelques heures plus tard.”

Les autorités sri-lankaises n’ont pas mené d’enquête crédible sur son meurtre et de nombreuses ingérences dans l’enquête ont été documentées par des agences indépendantes. Gotabaya Rajapaksa a qualifié le meurtre dans une interview avec la BBC de “juste un autre meurtre”.

Nabil Al-Sharbaji était un jeune blogueur, journaliste et militant politique pendant la révolution syrienne de 2011. Il a aidé à organiser des manifestations dans la ville de Darayya contre le président Bashar al-Assad, et a documenté et photographié la révolution en cours. Il a coordonné un groupe de jeunes militants et journalistes par le biais du Comité de coordination local de Darayya, les aidant à documenter les crimes du régime.

Nabil a été arrêté une première fois en 2011, puis de nouveau le 26 février 2012, sans inculpation formelle. Il a été emmené dans plusieurs prisons gérées par l’armée, où il a été torturé et privé de l’accès à un avocat.

Le 3 mai 2015, Nabil est décédé à la prison militaire de Sednaya en raison de ses conditions de détention et des tortures qu’il avait subies pendant trois ans. Son corps n’a pas été rendu à sa famille, qui n’a été informée de sa mort que des semaines plus tard.

Ces trois cas sont symptomatiques de la répression plus large des journalistes au Mexique, au Sri Lanka, en Syrie et au-delà, et de l’impunité accordée aux auteurs.

Gill Boehringer, ancien doyen de la faculté de droit de l’Université Macquarie, qui a été juge pour cette audience, s’est entretenu avec Drapeau rouge sur le problème plus large.

“Beaucoup de choses terribles se sont produites de plus en plus au cours des deux dernières décennies, et les gens dans de nombreux pays n’ont plus d’organisations capables de résister efficacement aux gouvernements, comme des syndicats indépendants forts”, a-t-il déclaré. “Dans de nombreux cas, ce sont les journalistes qui exposent la corruption, la brutalité, tout ce que font les États et les entreprises.”

Souvent, les mêmes organisations ostensiblement chargées d’enquêter sur les crimes violents, comme la police, sont celles qui tuent, avec le soutien des législateurs qui ont intérêt à faire taire la dissidence à leur violence domestique et à la corruption.

Par exemple, une enquête conjointe du groupe de recherche basé à Londres Forensic Architecture et du groupe de défense des droits des Palestiniens Al-Haq a révélé des preuves que Shireen Abu Akleh avait été délibérément tuée. Pourtant, une enquête israélienne a admis seulement qu’il y avait une “forte possibilité” qu’elle ait été “accidentellement touchée” par des tirs israéliens. Il n’y aura pas d’enquête criminelle.

Le jugement sommaire du tribunal reconnaît ce lien institutionnel, qui fait que les auteurs ne sont souvent jamais traduits en justice. Le tribunal encourage la reconstruction d’organisations démocratiques de base comme moyen de lutter contre l’impunité et la restriction de la liberté d’expression.

Source: https://redflag.org.au/article/peoples-tribunal-condemns-murder-journalists

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire