Le tsunami des pensions de Rhode Island

0
62

Quand je reçois Compass, la newsletter du système de retraite des employés du Rhode Island, je grince des dents ! L’édition de juin 2022 de cette newsletter n’a pas fait exception, en fait, c’était plus une horreur que les newsletters précédentes.

Dans ce bulletin, le trésorier général du Rhode Island, Seth Magaziner, s’adresse aux membres collectifs des employés publics passés et présents ayant des intérêts directs dans le système de retraite : “c’est donc un grand honneur pour mon équipe et moi de vous servir et d’être sensible à ces commentaires [about the retirement pension system].”

Plus loin dans son message Compass, il déclare que le fonds de pension « a augmenté de plus de 3 milliards de dollars depuis 2015… a dépassé 92 % des régimes de retraite publics pairs ».

Ceux qui sont passés et présents au pouvoir dans le bureau politique du Rhode Island doivent penser que certains lecteurs de boussole sont de parfaits ignorants ! En effet, c’était le Rhode Island il y a dix ans qui avait baisé ses employés et retraités de l’État et municipaux, ses enseignants, ses pompiers et sa police. Quelques-uns ont tenu bon et certains ont été investis dans d’autres régimes de retraite, mais la majorité de ceux qui ont donné leur vie professionnelle dans la fonction publique aux habitants de Rhode Island ont eu la putain de fin de vie !

Cette déroute du système de retraite dans le Rhode Island a été utilisée comme modèle pour visser d’autres employés publics dans d’autres États et aggrave encore l’appauvrissement des travailleurs de la fonction publique dans le Rhode Island, passé et présent. La personne qui a mené cette charge éhontée contre les travailleurs est l’actuelle secrétaire au commerce de l’administration Biden, Gina Raimondo, qui était alors, au moment de la débâcle des retraites dont elle est l’auteur, la trésorière générale du Rhode Island.

Mais Raimondo n’était pas seul dans sa perfidie. Elle avait l’aide du gouverneur de l’État de l’époque, de la législature et des tribunaux. Raimondo, avec un imprimatur de Wall Street et des amis dans ces endroits avec de gros sacs d’argent, a été le principal moteur de la catastrophe des retraites. Elle utiliserait ces contacts pour investir une partie des fonds de la pension. Elle est ensuite devenue gouverneure de l’État et est maintenant installée à Washington, DC, dans un département qui supervise l’expansion des intérêts financiers et autres intérêts commerciaux des États-Unis ici et dans le monde.

Aujourd’hui, alors que l’inflation brûle dans les finances et dans les poches des retraités à plus de 8 %, nos concitoyens de la classe ouvrière et de la classe moyenne ont déjà vu à quel point leurs intérêts ont été décimés depuis les années 1980 par la désindustrialisation et les accords commerciaux. Tout a été scénarisé ! C’est un système prédateur du capitalisme qui est rapace.

Lorsque la débâcle des pensions de Raimondo a été instituée, les retraités du secteur public avaient des pensions qui représentaient une partie du nombre d’années de travail et le salaire moyen des trois dernières années de travail. De plus, les retraités ont bénéficié d’un ajustement annuel de 3 % au coût de la vie, ou COLA. Ces COLA ont été supprimés par la réforme des retraites de Raimondo et les retraités ont depuis vu une somme infime d’argent leur être versée pour le coût de la vie, ou jetée sur eux comme autant de miettes en plus de leurs pensions régulières depuis la débâcle des pensions. Les salariés du secteur public en activité au moment de la loi de réforme des retraites ont également vu les conditions de leurs futures retraites modifiées.

Les lecteurs peuvent bien imaginer les résultats de l’attaque contre les travailleurs du secteur public dans le cas des célibataires qui ont pris leur retraite il y a des décennies avec un salaire relativement bas et un salaire moyen sur trois ans.

Alors que la catastrophe des retraites se déroulait dans le Rhode Island, j’ai interviewé et discuté avec quelques présidents de syndicats et anciens responsables syndicaux. La conversation a été difficile jusqu’à ce que l’affaire atterrisse devant la cour supérieure de Rhode Island et que le juge qui a présidé le dénouement final de la catastrophe des retraites ait approuvé les actions antérieures du gouverneur et de la législature sur la loi de «réforme» des retraites. J’ai témoigné contre la refonte des pensions devant la cour supérieure. Au lieu de faire un argument quelconque pour sauver nos pensions, j’aurais dû refuser de quitter le bar à la fin de mon témoignage et risquer d’être arrêté pour acte de désobéissance civile. Je ne sais pas quelles contraintes m’ont empêché de faire un acte honorable ce jour-là ?

Un président de syndicat, le chef d’un syndicat d’enseignants d’État, a été honnête et a déclaré que le syndicat n’avait pas les fonds nécessaires pour lutter contre les changements apportés au système de retraite. Un autre président d’un syndicat du secteur public a déclaré que l’entente était ce qu’il y avait de mieux à faire. Plusieurs anciens membres du syndicat ont déclaré que nous, les retraités, ne pouvions pas tirer le sang d’une pierre, se référant aux finances publiques du Rhode Island. Toutes ces années plus tard, alors que les retraités sont frappés par des niveaux d’inflation historiques, il est plus que douloureux de lire ce qui semble être réjouissant sur les revenus des caisses de retraite. Les « réformateurs » des pensions ont cité un fonds de pension sous-financé et une mauvaise gestion du système de pension du passé dans leur refonte réussie du système de pension de Rhode Island.

Alors que certains membres du système de retraite ont soutenu l’élimination du COLA, un rapport du 18 février 2022 du Pew Research Center a révélé que parmi les personnes interrogées aux États-Unis, 58% ont déclaré que la baisse précipitée de l’adhésion syndicale était “assez ou très mauvaise pour le pays », et une plus grande majorité, 61 %, ont déclaré que c’était « mauvais pour les travailleurs ».

Voici les chiffres du Pew Research Center qui montrent le déclin précipité de l’adhésion syndicale sur plusieurs décennies : « La part des travailleurs américains qui appartiennent à un syndicat a diminué depuis 1983, lorsque 20 % des travailleurs américains étaient syndiqués. En 2021, 10,3 % des travailleurs américains étaient syndiqués. »

Dans le Rhode Island, la débâcle des retraites s’est déroulée principalement sous la gouvernance des démocrates, dont Gina Raimondo fait désormais partie à Washington, DC. Le syndicalisme était perçu et est perçu comme un moyen de soutenir le bien-être des travailleurs au travail et à la retraite. Ces valeurs n’étaient pas évidentes dans la débâcle des pensions de Rhode Island.

J’ai aidé de nombreux étudiants au cours des années où j’ai travaillé à Rhode Island, mais cela n’avait pas d’importance pour ceux qui cherchaient à réduire la valeur des pensions publiques. Je me souviens très bien de l’après-midi de février 1978, alors que je rentrais chez moi après mon travail d’enseignant alors que le grand blizzard de 1978 se rapprochait de Rhode Island et d’ailleurs. Je ne savais pas si je rentrerais à la maison (c’est ce que j’ai fait), mais les gens étaient bloqués dans tout l’État alors que les conditions de blizzard s’installaient. Je regardais à la fois la route devant moi et ce qui se passait derrière dans mon rétroviseur. Je ne savais pas ce jour-là, quand j’ai pris mon travail et travaillé de bonne foi, avec des milliers d’autres travailleurs du secteur public du Rhode Island, que les membres du gouvernement du Rhode Island planifieraient un tsunami de retraite quelques décennies plus tard.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/the-rhode-island-pension-tsunami/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire