Le vote en Équateur montre les rôles contrastés des partis politiques et des mouvements sociaux

0
161

Le 20 août, en Équateur, l’avocate Luisa González, 45 ans, du parti politique Mouvement Révolution citoyenne (RC), a obtenu 33,6 % des voix au premier tour de scrutin pour huit candidats à la présidentielle. Le candidat à la deuxième place, Daniel Noboa, de l’Action nationale démocratique, homme d’affaires de 35 ans et néophyte politique, a obtenu 23,4% des voix. González et Noboa s’affronteront au deuxième tour le 25 octobre.

Le vote du 15 octobre déterminera le nouveau président de l’Équateur. Le RC représentait 39,4 % des voix pour les nouveaux délégués à l’Assemblée nationale, trois autres partis 45 % de ces voix et cinq partis pour le reste des voix.

Les électeurs ont également envisagé des référendums, l’un sur l’arrêt de l’extraction pétrolière de l’immense parc national Yasuní en Équateur et l’autre sur l’interdiction des activités minières dans une région de biosphère au nord-est de Quito. Les référendums ont été approuvés respectivement par 59 % et 68 % des votants.

Les circonstances étaient inhabituelles. Deux processus se sont déroulés sur des pistes parallèles et ont abouti ensemble. Il s’agissait de partis politiques participant aux élections et de mouvements sociaux organisant des référendums. Des contradictions sont apparues, accompagnées de promesses de troubles à venir et de signes d’engagement et d’espoir.

Le nouveau président ne remplira que les 18 mois restant du mandat de Guillermo Lasso qui, élu en 2021 pour un mandat de cinq ans, ne sera plus président lorsque le nouveau président équatorien prendra ses fonctions en novembre. Face à une procédure de destitution en mai 2023 pour corruption, Lasso a dissous l’Assemblée nationale et a ainsi, comme le prévoit la Constitution, lancé les préparatifs d’une nouvelle élection et de son propre départ.

Les manifestations autochtones à l’échelle nationale en 2022 ont accéléré la transition qui se déroule actuellement dans un contexte de violence attribuée au trafic de stupéfiants qui a coûté la vie à 4 671 personnes au cours de l’année écoulée. La campagne électorale elle-même a provoqué des assassinats, ceux du candidat à la présidentielle Fernando Villavicencio, législateur, journaliste et dirigeant syndical ; le maire de Manta Agustín Intriago, et d’autres. Les prisons meurtrières sont depuis longtemps un fléau de la violence dans les prisons équatoriennes, avec 31 prisonniers ayant été tués à Guayaquil le 22 juillet.

Le parti politique Mouvement Révolution citoyenne, représenté par la candidate à la présidentielle Luisa González, défend les politiques d’assistance sociale et de développement national mises en place sous la direction de l’ancien président Rafael Correa pendant son mandat de 2007 à 2017. La CR a pris forme en réaction au virage néolibéral pris. par le gouvernement de Lenin Moreno, ancien vice-président et successeur de Correa.

Son prédécesseur, sous la direction démocrate-socialiste de Correa, gérait l’économie nationale de manière à préserver les fonds destinés aux programmes sociaux en s’appuyant sur les exportations de pétrole et le crédit étranger. Le RC a mené les forces de gauche dans l’opposition au gouvernement néolibéral de Guillermo Lasso, au pouvoir depuis 2021.

Avec sa deuxième place lors du récent vote, le candidat Daniel Noboa a dépassé les attentes, en partie grâce à une excellente performance lors d’un débat télévisé. Il représente la richesse et le pouvoir. Son père, cinq fois candidat à la présidentielle, et son oncle président un conglomérat agro-exportateur et immobilier composé de 200 entités commerciales. Ils doivent au gouvernement 1 milliard de dollars d’arriérés d’impôts.

Aujourd’hui en campagne pour le second tour de l’élection présidentielle, la candidate du RC Luisa González semble très différente du prince d’un tel empire. “Nous allons nous attaquer aux causes fondamentales de la violence et de la criminalité que sont la faim, la pauvreté, le manque d’éducation et l’absence d’opportunités”, a-t-elle souligné en acceptant la nomination de son parti.

Mais tout n’est pas comme il semble. Les positions prises par les différents candidats à la présidentielle sur les référendums ont été révélatrices. Seuls quatre des huit candidats ont soutenu sans ambiguïté le référendum Yasuní ; trois d’entre eux représentaient des partis de droite. Daniel Noboa a justifié le fait de laisser le pétrole sous terre en arguant que le rendement financier est faible et qu’une dépendance excessive à l’égard des exportations pétrolières entrave la diversification de l’économie.

Le mouvement RC inspiré par Correa et sa candidate Luisa Gonzalez ont rejeté le référendum Yasuní. Les gouvernements précédents, ceux dirigés par Correa en particulier, ont adopté la position selon laquelle les revenus issus des exportations pétrolières sont essentiels au financement continu du progrès social.

Le contraste entre l’approbation aux élections pour les candidats des partis politiques et pour l’approbation des référendums était frappant : 33,6% et 23,4% respectivement, contre 68% et 59% respectivement. Certains résultats du vote témoignent de l’enthousiasme et de l’engagement des militants.

L’approbation des deux référendums reflète le plaidoyer et le travail acharné des environnementalistes, des militants autochtones et des défenseurs des droits des femmes. Selon NACLA.org, « le vote marque un triomphe pour les mouvements populaires anti-extractivistes, écologiques et autochtones du pays, dont le chemin vers la victoire vient d’une décennie de conflits sociaux et politiques autour des politiques relatives aux industries extractives. »

La journaliste Gabriela Barzallo examine les efforts collectifs visant à restreindre l’extraction pétrolière. Soulignant la participation persistante des mouvements sociaux, elle cite le sociologue équatorien Gregorio Páez :

« Ce prochain référendum… sert d’inspiration à tous les Équatoriens pour avoir le pouvoir de décider de nos ressources naturelles et pour donner aux gens les moyens de voir que l’activisme populaire peut réellement entraîner des changements dans les politiques. Páez considère le militantisme en Équateur comme « une source d’inspiration pour les mouvements sociaux à l’échelle mondiale ».

L’analyste Santiago Kingman explore l’impact des mouvements sociaux sur les élections :

Le triomphe des mouvements sociaux est compris comme une réponse positive de villes et de zones très éloignées du monde pétrolier. Au moins 59 % des citoyens équatoriens …sont éloignés du système électoral et des partis politiques et déclarent avoir une autre façon de faire de la politique. Ceux qui ont voté pour Noboa [who favored the referendum’s approval] sont contre la politique, mais ils ne sont pas anticapitalistes. Les organisations sociales derrière les référendums sont anticapitalistes et antipolitiques.»

Les mouvements sociaux ont façonné la résistance politique dans toute l’Amérique latine, dans certains pays plus que dans d’autres. Ils prospèrent, semble-t-il, dans des situations de deuil aux mains du capitalisme international. Il y a des conflits sur le contrôle des ressources foncières et souterraines, la fourniture d’énergie, la dette envers les créanciers étrangers et les prescriptions de l’étranger pour les économies nationales.

Les partis politiques à orientation capitaliste, qui facilitent souvent les prédateurs étrangers, offrent peu de résistance. Les mouvements sociaux actifs au Pérou, au Chili, en Bolivie, en Colombie et maintenant en Équateur ont partiellement comblé le vide. Les mouvements sociaux opérant en collaboration avec les gouvernements anticapitalistes ont des descriptions de poste différentes.

Les imaginations conduisent à des spéculations sur un rôle élargi des mouvements sociaux dans les nations capitalistes puissantes. On se souvient des soulèvements ouvriers aux États-Unis dans les années 1930 et du mouvement pour les droits civiques qui a culminé quelques décennies plus tard.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/09/01/ecuador-vote-shows-contrasting-roles-of-political-parties-and-social-movements/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire