Les Verts capitulent sur le logement

0
145

Alors que la crise du logement continue de s’aggraver, les Verts ont capitulé devant le Parti travailliste, l’aidant à adopter une législation totalement inadéquate sur le Housing Australian Future Fund. Ils n’ont obtenu aucun soulagement pour les locataires, bien qu’ils se soient positionnés comme « le parti des locataires », selon le chef Adam Bandt, depuis les élections de l’année dernière.

Les Verts avaient de bonnes raisons de bloquer le HAFF, qui a été présenté pour la première fois au Parlement en février. Le Premier ministre Anthony Albanese a promis 10 milliards de dollars pour des logements sociaux et abordables, mais pas de financement direct. Au lieu de cela, l’argent devait être investi dans le Future Fund, le fonds souverain australien, et les liquidités allouées à la construction de logements seulement après que l’investissement ait produit un retour.

En juin, les travaillistes ont amendé la législation pour inclure 500 millions de dollars de dépenses annuelles garanties, suite à la pression des Verts. Les travaillistes ont également inclus le Social Housing Accelerator de 2 milliards de dollars : un paiement unique aux États pour le logement social.

Les Verts ont toujours refusé de le soutenir, arguant, à juste titre, qu’il ne faisait rien pour les locataires et qu’il ne suffisait pas d’argent pour financer des logements abordables. Max Chandler-Mather, le porte-parole des Verts en matière de logement, a appelé à un gel des loyers sur deux ans, suivi d’un plafond de 2 % sur les augmentations annuelles des loyers, ainsi qu’à une dépense annuelle de 5 milliards de dollars pour le logement abordable, que les Verts ont ensuite révisé à la baisse à 2,5 milliards de dollars. .

Chandler-Mather a écrit dans un communiqué de presse de juin : « Les Verts continueront à se battre pour geler et plafonner les augmentations de loyer, et donneront aux millions de locataires qui s’en prennent à la tâche un peu de lumière au bout du tunnel ».

Cette semaine, Chandler-Mather et ses collègues sénateurs verts ont éteint la lumière. Non seulement ils ont adopté la loi, mais ils la considèrent comme une victoire. Mais qu’ont-ils accompli ? Un gel national des loyers ? Non. Un plafond de 2 % sur les augmentations annuelles de loyer ? Non. Une dépense annuelle garantie de 2,5 milliards de dollars pour le logement abordable ? Encore une fois, non. Les Verts n’ont pas sécurisé une seule de leurs prétendues lignes rouges.

Au lieu de cela, le parti travailliste a proposé un autre paiement unique d’un milliard de dollars au Fonds national pour les infrastructures de logement afin d’investir dans de nouveaux logements sociaux et abordables. Mettons cela en perspective.

Il y a 175 000 personnes sur la liste d’attente pour un logement social – un nombre qui a augmenté de plus de 11 000 personnes en 2022 et qui continue d’augmenter – et la population australienne a augmenté de plus de 600 000 personnes au cours de l’année jusqu’en juin. Pourtant, le milliard de dollars promis constitue un paiement unique. L’Institut Grattan a estimé plus tôt cette année qu’en moyenne, chaque nouvelle construction de logements sociaux coûte 300 000 dollars. Ainsi, même si chaque centime était dépensé pour de nouveaux logements (plutôt que pour réparer les propriétés existantes), cela se traduirait par environ 3 300 logements supplémentaires.

Les Verts vantent désormais ce chiffre dérisoire et désespérément insuffisant comme une victoire.

De plus, il n’y a pas le moindre soulagement pour les locataires – et les loyers continuent de grimper à un rythme bien supérieur à la croissance des salaires.

Chandler-Mather insiste sur le fait que les Verts continueront à se battre pour le gel et le plafonnement des loyers, mais le parti vient de perdre le seul pouvoir de négociation dont il disposait en adoptant le HAFF. Il l’a d’ailleurs dit lui-même dans un article publié sur le jacobin site internet en juin :

«La menace de voter contre le HAFF est le seul levier immédiat dont disposent les Verts pour contraindre les travaillistes à prendre des mesures sérieuses. Si les Verts faisaient adopter le projet de loi sur le HAFF, cela exclurait la possibilité d’exercer la pression sociale et politique nécessaire. obliger le gouvernement à prendre des mesures significatives… permettre l’adoption du HAFF démobiliserait une partie croissante de la société civile, qui est à juste titre en colère contre le degré de pauvreté et de tensions financières qui existe dans un pays aussi riche.»

Les travaillistes le savaient également. Ainsi, en adoptant la législation, Albanese a déclaré : « C’est le dernier des engagements que j’ai pris dans les réponses budgétaires à inscrire dans la législation. Nous avons passé notre temps dans l’opposition à élaborer de bonnes politiques qui deviendront de bons programmes gouvernementaux. Pour les travaillistes, c’est un logement fait et dépoussiéré. Et le gouvernement a obtenu gain de cause grâce aux Verts.

Il y a un modèle ici. Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement albanais a traité les questions les plus urgentes comme une simple liste de contrôle. Que ce soit le environnementles relations professionnelles ou maintenant le logement, les travaillistes ont présenté une législation qui donne l’impression que le gouvernement prend des mesures sérieuses, mais qui n’est généralement qu’une façade du statu quo.

Les Verts ont développé leur propre rythme en tandem avec le gouvernement. Premièrement, ils critiquent le projet de loi parce qu’il ne va pas assez loin. Ensuite, ils l’adoptent quand même, en prétendant avoir obtenu de grandes concessions. Enfin, ils insistent sur le fait qu’ils continueront à se battre, même s’ils ont perdu tout moyen de pression.

Ce qui rend encore pire la capitulation des Verts en matière de logement, c’est que leurs propositions ont bénéficié d’un soutien sérieux. Chandler-Mather a écrit dans le jacobin article : « Selon les données recueillies en faisant du porte-à-porte, plus de 80 pour cent des personnes avec lesquelles nous avons parlé dans tout le pays conviennent que les Verts devraient refuser de soutenir le HAFF jusqu’à ce que les travaillistes acceptent de coordonner un gel des augmentations de loyers et d’investir des milliards par an dans le logement public. » . Un sondage Guardian Essential de mai a révélé que la plupart des gens soutiennent un gel des loyers. Les efforts combinés du Parti travailliste, des médias et du secteur des ONG pour critiquer les Verts pour avoir bloqué la législation n’ont tout simplement pas porté leurs fruits.

Suite à l’annonce des Verts concernant le HAFF lundi, Chandler-Mather s’est adressé à X (anciennement Twitter) pour envoyer un message à ses partisans : « Aux prochaines élections, les travaillistes devraient être prêts à entendre haut et fort le point de vue des locataires ». Plus tôt, lors d’une conférence de presse, il avait déclaré : « Maintenant, si nous arrivons aux prochaines élections – et c’est peut-être ce qu’il faudra – et que les travaillistes perdent un tas de nouveaux sièges au profit des Verts parce qu’ils ignorent le tiers de ces sièges. pays qui loue, alors qu’il en soit ainsi, c’est peut-être ce qui doit arriver ».

Le message est donc « votez vert ».

Le principal argument des Verts est qu’ils sont l’alternative progressiste aux travaillistes. Leur stratégie consiste à remporter des sièges au parlement, à équilibrer le pouvoir et à l’utiliser pour forcer le gouvernement à adopter des réformes. Mais les deux fois où ils ont obtenu ce pouvoir – sous le gouvernement Gillard de 2010 à 2013 et encore aujourd’hui – ils n’ont pas réussi à réaliser de réformes significatives et ont plutôt approuvé le programme travailliste, bien qu’avec quelques critiques. Mais les mots n’ont aucun sens sans les actes.

Source: https://redflag.org.au/article/greens-capitulate-housing

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire