L’effondrement du Credit Suisse et les limites de la déréglementation

0
59

La Suisse est sous le choc de l’effondrement de sa deuxième plus grande banque, le Credit Suisse, et de son rachat par sa plus grande banque, l’UBS. Alors que l’effondrement de la Silicon Valley Bank a provoqué des secousses en Californie et ailleurs, la faillite du Credit Suisse est ressentie ici comme un tremblement de terre. Sur l’échelle politique/économique de Richter en Suisse, c’était un Big One, plus grand que l’échouement et la faillite de l’ancienne compagnie aérienne nationale suisse Swissair en 2002. L’ironie de l’effondrement et de la prise de contrôle est que la communauté bancaire elle-même qui réclame continuellement plus liberté et moins de réglementation gouvernementale est le plus soulagé que le gouvernement suisse et la Banque nationale suisse (BNS) soient intervenus avec une aide d’urgence afin qu’UBS puisse acquérir le Credit Suisse.

La crise actuelle, comme celle aux États-Unis, montre les limites de la déréglementation et la logique incohérente des banquiers et de leurs partis politiques. C’est une chose de parler au nom d’une plus grande liberté, de l’individualisme et d’une moindre intervention gouvernementale, c’en est une autre de crier à l’aide du secteur public lorsque le navire coule. Ceux qui prêchent l’éthique protestante de l’initiative privée, du dynamisme individuel et du succès préétabli des élus sont ceux-là mêmes qui se tournent vers le communal/national pour les renflouer avec de l’argent, des prêts et des garanties de la BNS publique. Dans la ville puritaine de Calvin, à Genève, ainsi que dans la place financière suisse de Zurich, la débâcle du Credit Suisse a montré que l’empereur est scandaleusement sans vêtements.

Le contribuable et les actionnaires suisses n’ont pas été consultés sur la fusion des deux plus grandes banques ni sur la manière dont leur argent était dépensé. Il n’y avait pas de temps pour le traditionnel référendum ou l’initiative chère à la démocratie directe suisse. L’urgence était si désespérée que le Conseil fédéral s’est réuni en session extraordinaire sans inclure les représentants du peuple au Parlement. Sans consultation, le Conseil fédéral a décidé que l’argent des contribuables suisses serait dépensé pour des garanties et des prêts à hauteur de 259 milliards de francs.

Le fait que les anciens dirigeants du Credit Suisse aient obtenu d’énormes bonus et des parachutes dorés dans les dizaines de millions de dollars en gérant la banque alors que le navire était à la dérive enrage encore plus. On pourrait ajouter la corruption à l’indignation si l’on énumère le nombre d’amendes que le Credit Suisse a payées pour des activités illégales. (Il y a des mouvements pour forcer les dirigeants du Credit Suisse à rembourser leurs bonus.)

Pourquoi la banque n’a-t-elle pas été surveillée plus étroitement? La Suisse a son autorité de surveillance bancaire, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). «La FINMA était inutile dans ce cas», a déclaré un journaliste économique suisse bien connu. Trois jours avant l’effondrement du Credit Suisse, la FINMA a déclaré dans un communiqué conjoint avec la BNS: «Il n’y a aucun risque de contagion directe entre les problèmes rencontrés par certaines banques aux États-Unis et le marché financier suisse.»

Pour tenter d’établir la responsabilité de la crise, le Parlement suisse tiendra une session extraordinaire à la mi-avril au cours de laquelle il interrogera le ministre des Finances, le chef de la FINMA ainsi que le chef de la BNS.

Comprendre pourquoi il n’y avait pas de supervision bancaire plus étroite implique de comprendre une simple idéologie philosophique/politique. La Suisse, comme les États-Unis, est basée sur une éthique capitaliste qui donne la priorité à l’industrie privée par rapport à l’intervention publique de l’État. Une grande partie de cette division remonte à la révolution russe et à la crainte en Occident que l’intervention du gouvernement ne conduise à un gouvernement centralisé, au socialisme et au communisme. L’Organisation internationale du travail a été fondée à Genève en 1919 pour améliorer la justice sociale afin que les travailleurs du monde ne s’unissent pas.

La peur de l’implication du gouvernement dans le marché libre s’est poursuivie après la Révolution avec la peur supplémentaire d’un totalitarisme rampant sous le fascisme. Opposé au socialisme, au communisme et au totalitarisme, le capitalisme de laissez-faire est la pierre angulaire du fondamentalisme du marché libre. Comme décrit par Naomi Oreskes et Erik M. Conway dans le Le Grand mythe : comment les entreprises américaines nous ont appris à détester le gouvernement et à aimer le marché librece mythe fondateur repose sur « une fausse dichotomie entre le capitalisme de laissez-faire et l’embrigadement communiste ».

Aux États-Unis, ce faux schisme a été médiatisé par des campagnes régulières contre le grand gouvernement, historiquement mis en évidence contre le New Deal de Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930 et 1940 par des organisations telles que la National Electric Light Association (NELA), l’American Liberty League et l’Association nationale des fabricants (NAM). C’est un leitmotiv permanent des arguments contre une réglementation publique efficace au nom de la liberté privée.

Alors que l’on pourrait discuter indéfiniment de différents types de liberté – la liberté de et la liberté d’Isaiah Berlin – il ne devrait y avoir aucun doute qu’il n’y a pas de liberté absolue aujourd’hui, sauf peut-être sur l’île imaginaire de Robinson Crusoé. La seule question aujourd’hui est le degré de limitation de la liberté, le degré de contrôle du gouvernement.

La Californie se prépare depuis des années à un tremblement de terre majeur. Même la Suisse a de petites secousses et des avertissements de tremblement de terre. Comme les Boy Scouts, la Suisse affirme qu’elle est préparée à une catastrophe naturelle. Si la Suisse se prépare correctement à une catastrophe naturelle majeure, est-ce trop demander au secteur public d’essayer de se préparer à une catastrophe bancaire ? Le lobby bancaire est-il si puissant et la peur du socialisme/communisme/totalitarisme si déterminante ?

Les banques et les banquiers profitent des bons moments ; les citoyens moyens les renflouent lorsque le navire coule. Les banques ont le beurre et l’argent du beurre. Ils prônent la liberté, le laissez-faire et l’efficacité du marché pour appeler à l’aide lorsque leur navire commence à puiser de l’eau. Si la leçon de la crise bancaire actuelle est un socialisme spécial pour les banquiers privés et un capitalisme public pour ceux qui n’ont aucune garantie, alors le récit général et ses conséquences doivent changer. Le mythe de la haine du gouvernement et de l’amour du marché libre, décrit avec tant de force par Oreskes et Conway, doit être démythifié. C’est le bien commun qui est trop grand pour échouer.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/03/31/the-credit-suisse-collapse-and-the-limits-of-deregulation/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire