L’énergie nucléaire n’est pas une alternative

0
142

S’adressant à l’Institut des Affaires Publiques plus tôt cette année, Peter Dutton a proclamé : « Le moment est venu d’engager une conversation sensée et sobre sur l’énergie nucléaire en Australie ».

Ayons une conversation sensée et sobre sur la forme de pouvoir la plus dangereuse au monde. Avec AUKUS, l’Australie connaît la plus importante expansion de la technologie nucléaire nationale sur nos côtes depuis des décennies. Il ne s’agit pas seulement de défenseurs enragés du capitalisme comme Peter Dutton qui réclament l’énergie nucléaire. Alors que les mouvements antinucléaires des années 70 et 90 disparaissent, l’énergie nucléaire est en train de renaître comme une solution miracle pour la production d’énergie verte.

Partout dans le monde, nous vivons une sorte de « renaissance nucléaire », avec plus de nouveaux réacteurs en construction aujourd’hui qu’à aucun autre moment depuis la fin de la guerre froide. Ce n’est pas une coïncidence si cela survient à une époque de tensions impérialistes croissantes à travers le monde, avec des tirs de sabre entre les États-Unis et la Chine.

L’énergie nucléaire ne devrait pas avoir sa place dans la transition vers les énergies renouvelables. Pour citer les scientifiques du projet Manhattan écrivant dans un rapport du Département d’État américain de 1946, « le développement de l’énergie atomique à des fins pacifiques et le développement de l’énergie atomique pour les bombes sont dans une grande partie interchangeables et interdépendants ».

Les bombes nucléaires à fission, comme celles larguées sur Hiroshima et Nagasaki, fonctionnent en divisant l’atome et nécessitent pour fonctionner des matières radioactives spécifiques. Ces matériaux, principalement de l’uranium 235 et différents types de plutonium, se trouvent soit en quantités infimes sur Terre, soit ne sont pas du tout présents dans la nature. Le premier réacteur nucléaire à grande échelle au monde, le Y-12 à Oak Ridge, dans le Tennessee, a été créé spécifiquement pour enrichir de l’uranium de qualité militaire pour le projet Manhattan.

Après la démonstration de la capacité nucléaire américaine au Japon et avec le début de la guerre froide, une course effrénée a eu lieu à travers le monde pour que d’autres pays impérialistes acquièrent une technologie rivale. Toutefois, sans une guerre chaude en cours, les gouvernements ont dû trouver d’autres justifications pour construire des capacités nucléaires d’une valeur de plusieurs milliards de dollars.

C’est ainsi que sont nées les premières centrales nucléaires, à Calder Hall et Chapelcross au Royaume-Uni. Ils ont été commandés explicitement pour la production de plutonium, mais ont été justifiés auprès du public comme une nouvelle forme de production d’électricité. L’énergie nucléaire est alors devenue, et reste aujourd’hui, la forme de production d’électricité la plus coûteuse au monde. Calder Hall deviendra plus tard le site de la première catastrophe nucléaire au monde : l’incendie de Windscale en 1957, entraînant des centaines de décès par cancer dans les années qui suivirent.

Aujourd’hui, chacun des sept pays qui disposent d’importants stocks d’armes nucléaires possède également un réseau considérable de centrales nucléaires nationales – un élément nécessaire à la construction d’armes. Quatre de ces États possèdent également un nombre non déclaré d’armes nucléaires développées à partir de programmes civils : Israël, le Pakistan, l’Inde et la Corée du Nord, certains des endroits les plus instables et militarisés de la planète.

De plus, tout pays doté d’une capacité nucléaire a une « bombe dans le sous-sol » : une grande quantité de matières fissiles disponible s’il souhaite un jour développer des armes nucléaires.

À cela s’ajoute le fait que l’énergie nucléaire n’est pas sûre, propre ou renouvelable.

La catastrophe de Tchernobyl est souvent considérée comme le résultat d’un manque de « culture de sécurité » en URSS, comme si la même volonté de profit au détriment de la sécurité n’était pas présente aujourd’hui dans tous les États dotés de capacités nucléaires. Un rapport de Greenpeace de 2016 révèle que rien que dans les réacteurs américains, 166 incidents « évités de justesse » ont été enregistrés au cours de la décennie précédente, soit un ou deux par mois. Un quart des réacteurs opérationnels aux États-Unis aujourd’hui, y compris ceux construits à quelques kilomètres des lignes de faille, ont été construits selon la même conception des années 60 que le réacteur de Fukushima. Le fabricant de ces réacteurs, General Electric, est encore aujourd’hui l’un des plus grands constructeurs de centrales nucléaires.

Il n’y a pas non plus de solution au problème des déchets nucléaires. Plus d’un quart de million de tonnes de déchets hautement radioactifs sont actuellement entreposés à proximité des centrales nucléaires et des installations de production d’armes dans le monde. Une grande partie est vieille de plusieurs décennies, radioactive pour des dizaines de milliers d’années à venir, générée par la promesse qu’une décharge nucléaire permanente était imminente. Près de 80 ans après l’aube de « l’ère atomique », il n’existe toujours pas de décharge de déchets nucléaires à long terme sur Terre. AUKUS a de nouveau soulevé la question d’une telle friche sur le sol australien – et inévitablement, il s’agit de terres autochtones à l’étude.

Enfin, l’énergie nucléaire est une ressource limitée. Une étude réalisée en 2011 par des chercheurs de l’Université nationale de Singapour a révélé que « même dans des hypothèses optimistes quant à la disponibilité du combustible, les réserves mondiales d’uranium ne permettront de soutenir qu’une croissance de l’énergie nucléaire de 2 % et ne seront disponibles que pendant 70 ans ». Le retraitement des déchets pour une utilisation en combustible nucléaire, souvent proposé comme solution, est exactement le même retraitement requis pour leur utilisation dans les armes nucléaires, et est donc interdit aux États-Unis pour des raisons de non-prolifération. Quoi qu’il en soit, réduire un peu plus l’utilisation des barres de combustible ne les rend pas renouvelables, car des matériaux moins viables sont acquis à chaque fois.

La promotion actuelle de l’énergie nucléaire n’a rien à voir avec la résolution de la crise climatique. L’Australian Minerals Council, dont Dutton est si souvent le porte-parole, a un autre intérêt : l’Australie du Sud est le site du plus grand gisement de minerai d’uranium au monde. Tant qu’il restera enfoui dans le sol, les riches et les puissants d’Australie tenteront de nous convaincre que nous devrions le déterrer.

Source: https://redflag.org.au/article/nuclear-power-no-alternative

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire