Monstres : et eux ? – CounterPunch.org

0
110

En juin dernier, j’ai écrit sur la controverse autour des noms, en ciblant le naturaliste/artiste américain John James Audubon et en me prononçant finalement en faveur de la suppression de son nom des organisations de conservation, ce que de nombreux anciens « chapitres » d’Audubon ont commencé à faire, mais ce que l’organisation nationale refuse.

Je réfléchissais également à la question plus large de savoir comment gérer d’autres héritages entachés, de personnes à la fois vivantes et mortes – Wagner, le chef d’orchestre James Levine, Woody Allen, Kevin Spacey et une galerie de voyous d’autres – et ce n’est pas par hasard, tous blancs. mâles. (Tout comme Audubon. Un lecteur averti m’a corrigé sur ce point : toutes les preuves disponibles indiquent que les parents d’Audubon étaient blancs.)

Il s’avère que l’écrivain Claire Dederer avait les mêmes pensées que moi. Son livre fascinant, Monstres : le dilemme d’un fana été publié en avril 2023. Son exploration approfondie couvre bon nombre des personnalités mentionnées ci-dessus, ainsi que d’autres telles que Picasso, Raymond Carver, Michael Jackson, Ernest Hemingway, quelques femmes (parmi lesquelles Joni Mitchell et Sylvia Plath) et Romain Polanski.

Surtout Roman Polanski. Dederer ne peut détourner son regard des films de Polanski, qu’elle considère comme du grand art. Moi non plus, je compte quartier chinois l’un des trois plus grands films de tous les temps, aux côtés Le parrain et Casablanca. Les questions posées par Dederer sont les suivantes : « Que devrais-je ressentir à ce sujet ? Dois-je me sentir coupable ? Dois-je arrêter de regarder ? Ou simplement accepter la contradiction ?

(À part : comme il est approprié et stimulant que les médias de divertissement viennent d’annoncer qu’Allen et Polanski présenteront tous deux de nouveaux films à la Mostra de Venise !)

J’apprécie profondément que Dederer ne se contente pas de réponses faciles. Il n’y a pas de réponses faciles. L’un des points qu’elle fait valoir avec astuce est que nos choix en tant que membres du public – consommateurs, essentiellement – ​​ne représentent pas une colline de haricots dans ce monde. Pire encore, ils nous enferment dans une sorte de fausse sécurité qui alimente directement le projet capitaliste. (Autre aparté : j’ai vivement applaudi à cela. J’ai longtemps pensé la même chose à propos de nos choix éco-consuméristes. Plastique ou papier ? Plus d’aérosols contenant des CFC ? Nous avons besoin de changements systémiques, pas de ces actes symboliques.)

Une métaphore centrale utilisée par Dederer est une tache. Les mauvaises choses perpétrées par les monstres ont la qualité d’une souillure. Ils sont indélébiles. Ils s’infiltrent dans toutes les directions – passé, présent, futur. Nous serons peut-être émus par une soirée de Wagner Siegfried, mais nous ne pouvons pas ignorer la tache de son proto-nazisme et de son antisémitisme. En discutant de ce dernier point, Dederer fait valoir un point similaire à celui que j’ai avancé à propos d’Audubon : Wagner (et Audubon) avaient le choix. Il ne s’agissait pas simplement de navires poussés par les vents dominants de leur époque. Wagner était bien conscient de anti-les écrits antisémites, montre Dederer, tout comme Audubon devait être au courant de l’abolition.

Monstres est, sans aucun doute, une œuvre féministe, une mise en accusation du privilège du patriarcat, qui a donné et continue de donner aux hommes carte blanche pour se comporter aussi mal qu’ils le souhaitent – ​​au nom de « l’art », ou du « génie », ou peu importe. « Génie » en tant qu’adjectif est rarement associé à quelqu’un d’autre qu’aux hommes blancs. Lorsqu’elle s’adresse aux femmes, c’est pour montrer que le dilemme auquel elles sont confrontées est endémique et insoluble : carrière contre maternité. L’abandon des enfants définit presque invariablement les femmes comme des « monstres ». Il n’existe pas de laissez-passer pour ce que Dederer appelle « le landau dans le couloir ».

Ce qui rend “Monstres” vraiment captivant, en fin de compte, c’est la façon dont il se transforme progressivement en voyage intérieur de l’auteur. Elle traite non seulement la « monstruosité » des personnages célèbres, mais aussi la sienne. Elle se débat avec son choix occasionnel d’écrire (son art) plutôt que de devenir mère. Elle lutte avec le fandom, avec la beauté inéluctable de l’art et de la créativité qui apporte l’amour au monde et nous oblige à ne pas détourner le regard. Elle finit proche de la rédemption : avec la connaissance que personne dans ce monde n’est parfait, et que si nous aimons suffisamment, nous pouvons aimer les monstres aussi – même et surtout ceux de nos propres vies.

J’ai lu Monstres donnez-moi une réponse à la question du nom « Audubon » ? Eh bien, cela n’a pas changé ma position selon laquelle retirer son nom des sociétés Audubon est une étape plutôt simple et indolore pour éliminer la tache – et que c’est important parce que cette tache est profondément blessante pour quiconque souhaite être inclus ; des gens comme celui qui se décrit lui-même comme « Black birder » et le boursier MacArthur J. Drew Lanham, qui a écrit un essai cinglant à la suite de la décision de National Audubon de s’entêter.

Ce que cela m’a apporté, c’est une compréhension plus profonde et plus nuancée des choix difficiles que nous devons faire chaque jour, dans nos propres vies ainsi que dans la façon dont nous réagissons aux œuvres et à la vie des autres. Et peut-être autre chose qui n’est pas explicitement déclaré par l’auteur : que nous devons poursuivre la lutte contre le racisme, le sexisme, la masculinité toxique et tous les autres maux systémiques auxquels nous sommes confrontés.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/28/monsters-what-about-them/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire